Erreurs de méthodes existentielles (1)

Publié le par imagiter.over-blog.com

197223344_d4d75cdf69.jpg

Lorsque vous déambulez à gauche à droite, vous croisez, parfois, de ces oasis humaines en train de discuter. Il peut arriver que l'intonation vous fasse entendre (sans que vous écoutiez!) des mots et le sens de la conversation…d'où l'impact, léger tac tac comme d'une ligne à pêche sur le gras du doigt, de "répondre"…

 

Nous avons, ensuite, vérifié dans un certain nombre d'autres occasions et par différentes personnes la proportion de ces archétypes de discussions…Les bribes de départ parlaient de la santé et de ses troubles…Mais, au lieu de chercher à rééquilibrer, à compenser, à replacer en harmonie, à restituer la situation de plénitude. Oui au lieu de s'échanger toutes les sources de bien être, toute l'aura de la conversation se montrait constituée de mal être.

 

Ne citait que les souffrances, les malaises, le mauvais côté des soins, les thérapies ou hospitalisations. Mais avec une posture corporelle et une articulation de gorge tellement crispées que le corps en absorbe plus de maux que de bienfaits. Avec un de ces choix de mots qui pressent à la dé-pression. Avec les insistances sur les passages les plus douloureux…etc. Tous les œufs dans le même panier, tous les poids du même côté de la balance, toutes les équités niquées…

 

Il n'est pas lieu de nier la présence des maladies ou des souffrances – juste de souligner fermement, que des attitudes adaptées à ces maladies et souffrances en écourtent la durée et en allège les poids…A telle enseigne que c'est presque de la "non-assistance à personne en danger" que d'en empêcher la divulgation. Comme de censurer les meilleurs penseurs actuels…Qu'un état intérieur (avec de nombreuses variantes) existe qui sait amoindrir, voir annuler, la surface des malaises, métisser la douleur avec des rivières de bien être la parcourant ou se créer un cocktail d'émotions qui affectent le "terrain corporel" où se situe le mal être. Que des sentiments positifs forment comme des massages des flux électriques ou des circulations chimiques…etc. et tant d'autres méthodes.

 

Le fond de la compréhension c'est que le cerveau est parvenu à faire "entendre" et ressentir au corps que tous deux aspirent au même bien être et à la même harmonie et que de partager leurs deux savoirs ne peut qu'abréger le temps d'arrivée de la réponse. Ainsi, toute la batterie d'attitudes (distiller les sentiments, créer un ensemble d'émotion, savoir diriger son attention, apprendre à se concentrer comme une offrande en un point unique, pratiquer le nettoyage psycho-corporel, user des rapports "position" physique et "position" mentale afin de transmuter…etc.) demeure là. Afin que nous apprenions à parler des maladies ou des souffrances avec les bonnes méthodes.     

 

L'attitude intérieure et le choix du pinceau d'attention et de concentration (tellement négligés dans l'anti-civilisation actuelle) forment la bonne réception aux méthodes pas assez diffusées…Et ce qui semblait concerner que les discussions sur la santé se dévoile englober toutes les scènes de la vie quotidienne…La même erreur d'approche, le malaise identique,  le semblable alourdissement du problème chargé à rebord, la similaire attitude inadaptée, etc. y règnent…

 

En conséquence, de bien comprendre et ressentir sur ce qui se joue dans ces conversations sur les maladies ou les souffrances, aller jusqu'au bout des raisonnements…

 

De nombreux témoignages signalent "une pression sociale forte à exprimer son pessimisme", les pulsions compulsives de tout salir (l'amour est laid et sale – et la haine alors?) comme de tout nier et renier (pas d'enthousiasme, de ferveur, de plénitude, d'extases – aucune harmonie, synthèse, désintéressement, aventure ou sensualité, etc.) voire de fuir (rien à découvrir, l'intelligence doit être bannie, nulle beauté ni bonté, on expérimente rien, ne "vit" rien, on n'est plus qu'objet recyclable par le robot global de la consommation unique, etc)…Ces discussions à l'envers doivent représenter quelques symptômes de la diminution, allant jusqu'à la perte, en cours, des facultés qui forment la "pensée"…

 

L'anti-civilisation dominée par les médias fous et la consommation sans issue – n'est, explicitement, pas "durable"…Cela ne va pas donc durer longtemps !!! Clairement régressive, anti Evolution et progrès "humain" – elle s'est révélée incapable de comprendre ce que disait Albert Einstein en "la théorie est l'essentiel"…Ces oasis humaines, en conversations autour des maladies ou des souffrances, alimentaient des postures de malaises et usaient de formulations de mal êtres…Uniquement, faute de connaître "la théorie"…d'où compréhension des attitudes adaptées… 

 

Cette théorie pourrait aisément être diffusée.

La presque de la "non-assistance à personne en danger" que d'en empêcher la divulgation – risque de devenir de la vraie "non-assistance à personne en danger"…comme quoi qui est décrété, déloyalement, "tendance" n'est pas du tout avenant, accueillant, obligeant, communicatif, serviable, prévenant ou affable…

 

…si facile, pourtant, que d'éviter ces erreurs de méthodes !!!

 

(à suivre)

 

trouvez un complément à cette réflexion sur le site internet à but non lucratif freethewords.org,   onglet 1  "Les mamelles du repos" et  "Remue- ménage",  onglet 2 "Présent !", onglet 4  "Nul n'est nul" ou, encore,  "Je ne parle plus à qui a raison".

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article