Est-ce que les phénomènes physiques "obéissent" à des lois?

Publié le par imagiter.over-blog.com

3507250061_27a0afa8a9.jpg

Notre langage et notre manière de penser sont encore imprégnées de l'idée étrange de lois auxquelles les phénomènes "obéissent". Ils se foutent en rang, deux par deux, et au garde à vous, disent oui oui nous "nous alignons" obéissants tout plein à la loi surgie du cosmos. Toute écrite sur le chapiteau. "Mais dans ses procédures réelles, le scientifique traite une loi comme une simple corrélation stable de changements dans ce qui se passe, comme un énoncé sur la manière dont un phénomène varie quand tel autre phénomène spécifié varie. La "causation" est une affaire de séquence historique ou d'ordre dans lequel se fait une série de changements." (p 303 – John Dewey - Le public et ses problèmes, avril 2010)

 

Tu crois que le scientifique lui "obéit" à la loi physique ? Que non point, il fout les pieds dans les plats du réel et te corrèle ou décorrèle, sans aucun respect conformiste. Seules les invariances lui marchent au pas la tête. D'où peut donc venir cette aperception de la vérité du fonctionnement scientifique ?

  

Devant les faits lourds des conformismes, il reste efficace d'utiliser des raccourcis que vous juxtaposez, promptement. Il paraît que l'allumette des sidérations se fait prendre en considération. Tentons donc pour voir…"La découverte de la malaria ne modifie pas sa causation existentielle telle qu'elle est intellectuellement perçue, mais elle modifie finalement les faits dont provient la malaria." (p 288 – John Dewey - Le public et ses problèmes, avril 2010). Donc vous comprenez un phénomène opaque et obscur pas parce que la découverte de l'origine du phénomène est faite mais parce que cette découverte agit sur le futur du phénomène. Il ne peut plus agir comme hier. Vous avez des prises sur lui. Vous le nommez afin d'accélérer le travail de reconnaissance des poursuivants, pas comme le point d'arrivée on arrête tout. Jusqu'à ce que la patine et le polissage, causés par les diverses interventions, rendent le phénomène entièrement vérifiable et reproductible. Par quiconque maîtrise ces deux ensembles de techniques.

 

Oui mais, entre temps, il y a bien eu une bascule mentale, un bouleversement de l'ancienne vision et un surgissement de la nouvelle théorie qui éclipse totalement la précédente. Si vous ne vivez pas "l'expérience" (au sens existentiel, corporel et sensuel), effectivement, vous ne "pouvez pas" "comprendre" (au sens de prendre avec soi, contre soi, tout en soi) ce qui "se passe"…Comme un passage de relais "se passe" à la précision prés !!!

 

Oui mais le tilt, où est-il le tilt ? Eh bien ! que dites vous de ceci ? "Le pouvoir des faits physiques à susciter une conviction ne réside pas dans le phénomène nu. Il provient d'une méthode, d'une technique de recherche et de calcul. Personne n'est jamais contraint par une simple collection de faits d'accepter une théorie particulière concernant leur signification." (p. 81 – John Dewey - Le public et ses problèmes, avril 2010).

 

Croire que les phénomènes physiques "obéissent" à des lois appartient tout à fait à qui n'a pas vécu "l'expérience". Il prend les effets pour la cause. Une aperception ou un trompe l'œil. Nous venons de voir que la signification du phénomène physique provient d'une méthode, d'une technique de recherche et de calcul. Ce sont cette méthode et cette technique qui aboutissent à l'éclaircissement. Qui se formule en une ou plusieurs formules. La formule donne forme ramassée à tout le phénomène. Mais la formule formule, aussi, dit, explicite, prédit, vérifie, contrôle et demeure prête à réfuter la "donnée" physique. Dans la compréhension nouvelle que nous en avons.

 

Devant cette formule (divination sur l'invisible qui, comme magiquement, sort les mots et chiffres directement efficaces sur lui) qui formule (articule, prononce et dit tout du phénomène) – sûr qu'un regard rapide peut y voir un phénomène physique qui "obéit" à des lois. Ces "lois" se trouvent dans les formules d'élucidations effectuées. Et l'obéissance dans le fait que cette formule "formule" son énoncé même. Comme si il lui préexistait et qu'elle ne faisait que lire un texte déjà présent. Le "trouble" provient, aussi, d'un ensemble de mots métaphysiques. Comme la Recherche. Oui, nous ne pouvons "rechercher" que quelque chose que nous avons perdu, égaré ou qui a "disparu". Et si nous l'avions égaré c'est qu'il existait bien avant notre recherche qui ne fait que le re-découvrir. Et puis re-cherche avoue de précédentes cherches, oui ou non ?

 

Puisque dans l'ignorance absolue d'un phénomène qui se dévoile seulement sous nos yeux. Pour une première fois. Oui dans cette découverte nue et spontanée – c'est le mot "Cherche" qui reste le plus adapté. Tu cherches tu trouves. Tu recherches tu re- trouves…Tout à fait inconscients et ignorants de ce que nous allons découvrir nous "cherchons" à tâtons dans l'aventure de la découverte de l'inconnu qui n'a pas encore de nom.

 

Tandis que "Recherche" symbolise le palimpseste que nous grattons: en dessous est déjà écrite, et depuis combien de temps, la "formule". Nous ne faisons que la lire, nous ne l'inventons pas, ça a déjà été opéré. Mais, notre mémoire n'en avait plus le souvenir formulable. Voilà, ces quelques vocables (réunis) offrent bien le raccourci premier que les phénomènes physiques semblent vraiment "obéir" à des lois invisibles (mais décryptées: on déchiffre le palimpseste ou on chiffre la découverte nue).

 

Faire la bascule de ce mirage (du ça "obéit" à une loi) s'obtient par de tels chemins de réflexions – comme ceux qui précèdent. Ajoutez-y une pincée de ceci. "Accuser la science physique des maux présents c'est faire d'elle une entité CAUSALE et non une production humaine historique." (p 288 – John Dewey - Le public et ses problèmes, avril 2010). Les faits d'anthropomorphismes (prêter à toute chose des traits, des réactions, des intentions et des pensées strictement humaines) ne sont pas assez diffusés pour que, tous, nous nous en méfions. Complètement.

 

Car, oui oui, Il est tellement important de détruire la désinformation selon laquelle les phénomènes physiques "obéissent" à des lois, parce que des pervertissements graves peuvent en découler. Ainsi, j'ai vu des gens qui, de leur propre volonté, s'arrêtent, se jugent et se punissent eux- mêmes. Au point que pas besoin de flics avec eux, tellement ils sont fliqués jusqu'au fond du cerveau.

 

Les maux causés par les auto- culpabilisations et toutes les culpabilités psychologiques, en général, nous dévoilent bien des individus enfermés dans leurs propres prisons mentales. Des tendances perverses de la société les y incitent. Mais nous sentons bien que, désormais, la roue tourne, les mutations s'accélèrent, et que chaque victoire contre les prétendues élites actuelles émancipent et libèrent, vraiment, les peuples.

 

Non non les phénomènes physiques "n'obéissent" pas du tout à des lois ? Le processus du savoir est historique et reste une production bien humaine. Rien ne vous oblige à obéir à une historicité. Tout comme l'imposture qu'est l'idéalisme métaphysique capitalisme ne peut vous obliger à vous plier "aux lois d'airain du marché". Aux prétendues lois du marché du travail, aux lois de l'offre et de la demande, etc, et à toute l'escroquerie inexcusable nommée "pensée unique". Vous pensez bien que si pour les phénomènes physiques les "lois" ne sont qu'un processus historique constitué d'une méthode et d'une technique de recherche et de calcul, le capitalisme métaphysique, lui, ne peut prétendre être fondé sur aucune "loi" cosmique. Le capitalisme n'a, en conséquence, aucune "loi". Vous n'avez donc pas du tout à lui obéir. Puisque, comme dit Dewey, personne n'est jamais contraint par une simple collection de faits d'accepter une théorie particulière concernant leur signification. Le capitalisme n'aura été qu'une interprétation de faits – le contraire d'une science…

 

Quitter cette interprétation se nomme "économiser l'économie", s'en passer carrément… Bye bye, quitter le capitalisme n'est qu'un événement historique parmi d'autres. Pas du tout un séisme, rien qui ne remette en cause l'axe de la Terre !!!

 

Par contre, plonger dans le fait que le capitalisme n'ait aucune "loi" oblige à reconsidérer la suite. C'est justement ça "son" problème: il le prouve en n'obéissant, lui, à aucune loi. 

 

Historiquement, nous sommes tenus d'y remédier.

 

(à suivre)

trouvez un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits freethewords.org,   onglet 4  "Nul n'est  nul", onglet 3 "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), onglet 4  "La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir ". Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3,   LE ROMAN DE L'ECONOMIE,  ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? etc), onglet 2.

Résistance au changement      Implique changement de la résistance

 

Si ce blog a su retenir votre attention dans les 700 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on trouve plus que prévu

 

Publié dans sciences

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article