Et tout à coup nous nous sentons bien

Publié le par imagiter.over-blog.com

4890332987_989238b9de.jpg

Et tout à coup nous nous sentons bien

 

Une parole dite, un acte qui semble aller tout à l'encontre de l'opinion générale ou de ce que les autres attendent de nous, et, tout à coup, nous nous sentons si bien si bien. Ca tinte harmonieusement en nous…Nous sommes en totale cohérence avec nous-mêmes. Nous sommes en plein dans l'essentiel…

 

Serions-nous dans un manifeste de désobéissance envers autrui? Cet autrui qui voudrait "nous voler notre vie, notre tête, nos propres opinions, jusqu’à notre voix" ?

En accord avec soi plus important que tout ? Purée de chez pomme de terre !

 

Mais avant d'être en accord avec soi – il faut d'abord être soi. Donc posséder la capacité de désirer, de penser, de parler en son nom propre. Ce qui induit de refuser les intrusions d'autrui si elles ne nous semblent pas tenir la route, ni fondées sur du solide ou aptes à se laisser propager…

 

Les "réfractaires" sont, comme les matériaux, de meilleurs diffuseurs de chaleur ? En plus une chaleur équitablement répartie ? Les démagos, qui plaisent à la première rasade, nous offrent- elles/ils tout ceci ?

 

Et tout à coup nous nous sentons bien…nous venons de répondre non ! quels délices de songer à ces têtes dures, à ces joyeux qui ne plient pas, qui nous ouvrent la voie ? Combien de fois ont-ils ressenti cet accord profond avec soi (agir selon ses propres valeurs) qui se vit en un bien être immense ? Bien, bien  - autant que de représailles visibles nous permettent de les compter…oui représailles, vous savez de ces comportements suffisamment discrets pour passer inaperçus  aux yeux du plus grand nombre. Mais assez ciblés pour bien nuire à leur vie…

Etre soi, faut arriver à le dire c'est, clairement, résister, s'affirmer lorsqu'il s'agit de justice ou d'honnêteté – donc  ça rend heureux ? Gonfle de tant de bien être ? Emplit et soulève de fierté ? Semblerait que oui !!!

 

Dire que nous avions trop prêté la main à toutes celles/ ceux qui veulent détruire toutes ces beautés !!!

 

Et tout à coup nous nous sentons bien…nous venons de dire non, c'est fini…nous attirent toujours plus, les irréductibles (tellement que le bien être d'eux mêmes n'a pu trouver mieux ailleurs!), les indomptables, les courageux, les récalcitrants…Fiabilité et loyauté – ne pas fuir ses responsabilités, aider réellement, ne pas trahir : cette unité, reconnue en psychologie, comme nœuds des valeurs morales qui existent chez toutes et tous. Mais plus ou moins denses, actives et exigeantes…Et dont la qualité infiniment incroyable repose dans ceci – respecter ces valeurs nous fait atteindre une joie intérieure, un bonheur serein, une paix nourrissante, que rien d'autre ne parvient à imiter…

 

Essayez tout et le reste. Râpé ! râpé ! y’a qu’être soi qui « soulève » jusqu’au sommet de toutes les joies. Qu'allons-nous bien dire à toutes celles/ ceux que nous avons plus ou moins persécuté de briller de tant d'honnêtes ferveurs ?

 

Et tout à coup nous nous sentons bien

 

Développer les capacités psycho affectives? Tout est là et qui a donc le courage de le dire ? Qui affronte la difficulté de "se décoller" des normes collectives, comme des attentes et des projections d'autrui ? Qui n'attendra plus jamais la validation des autres avant d'offrir le meilleur de lui/elle- même ? Qui ? puisque ceci peut impliquer des conflits qu'il ne faut pas fuir ? Le donnant donnant "intéressé" – soit tu fais ce que j'exige soit tu n'es plus rien – obtient cette terreur de mal faire, de mal dire ou de faire de la peine…Pas joli le bilan…S'en libérer représente un soulagement gigantesque…nous fait cadeau d’un espace de plénitude sans pareil.

 

Et tout à coup nous nous sentons bien

 

Vivre "sa" vie c'est avoir fait la grande évasion : ne plus être prisonnier du regard des autres implique qu'ils ne soient pas très contents de votre libération, non ? Fin des culpabilités qui tiraillent, douloureusement, et vous écartèlent entre le désir et le refus…Autrui comme un ogre qui, plus vous lui donnez, plus en redemande…jusqu’à épuisement…

 

Vivre "sa" vie - cela inclut d'accepter "la douleur d'être soi", la difficulté de ne pas être toujours en harmonie, de connaître des hauts et des bas, etc (le juste prix de la liberté que vous ne faites, surtout pas, "payer à autrui" !)…Et ouvre, parfois, la certitude, coulant comme du miel : "purée ! sur ce coup là les autres! Eh bien! ils ont tout faux !" …Ne plus, de la sorte, avoir peur permanente de leurs réactions…Puisqu'à l'évidence ils se plantent tout autant que vous…

 

Et tout à coup nous nous sentons bien

 

Infiniment attentifs aux autres mais ne vivant plus pour eux…

 

Fin de la psychose collective ?

 

Qu’est- ce qui nous a donc pris de voir en l’autre, un ennemi, un adversaire, un concurrent, qu’il nous faudrait blesser puis abattre ? qui nous a insufflé des idées aussi fantaisistes , faisant de ce monde un enfer ? Qui ?

 

Et tout à coup nous nous sentons bien

 

Ne sommes – nous pas, toutes et tous, constitués de la même géométrie psycho affectives intérieure ? Nous pouvons donc repérer « où » en est chacun et chacune…Pourquoi alors n’usons nous pas de cette géométrie ? etc.

Etc.

 

…et si ça le fait pas…qui nous aveugle ? Qui 

 

(à suivre)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article