Fragmenter la pensée

Publié le par imagiter.over-blog.com

4610899270_1371fcc899.jpg

Nous avons besoin de modèles de société procurant la sécurité par coopérations organiques. Alors que la rigidité, désormais maniaque, des pouvoirs, ne peut plus rien justifier, sinon à coups de matraques (preuves "pédagogiques" qu'ils ont déjà entièrement "perdu" dans le domaine des idées !)

 

Oui des modèles antiautoritaires résilients comme comptabilité optimum (la supérieure : celle où nous pouvons COMPTER sur les autres !!!)

 

Or notre société fonctionne par fragmentation et séparations de tout. Plus il y a de divorces et de séparations plus jubile le commerce puisque chacun seul c'est le marché "captif" maximal. Structurellement (même sans désir formulé) et fonctionnellement tout divorce, tout se désunit, tout disjoncte (jonction), tout rompt, tout se méfie. Et le corps est prétendu indépendant de l'esprit, la nature divorcée de la culture, l'art singulier et autonome, le travail n'est pas loisirs, la science n'est pas l'explication de vie, et les disciplines étanches y sont multipliées. Pas une jonction, pas un attachement, pas une union.

 

Des murs dressés partout…or, à tout compartimenter, cloisonner, diviser, dissocier et morceler, se perdent les facultés de pensée qui ne fonctionnent qu'à l'holisme, au tout, au global, par intégrations successives de tous les fils qui RELIENT notre monde et nos vies individuelles - ENSEMBLES.

 

La force centripète crée la dissociété (soi la société détruite par le haut, par ses dirigeants hooligans) puisque l'associéTé c'est association, union, confiance et solidarité. Et qu'à force d'exciter les forces de propriété, de profits individuels, d"'égoïsmes solipsistes et d'y avoir fait entrer ce qui s'est inversé en poison dans les coins les plus reculés de la civilisation, le vrai discours c'est. N'ayez confiance en personne, n'ayez confiance qu'en vous, isolez-vous, rendez-vous seuls. Protégez- vous, mettez le maximum de barreaux, de murs, de portes blindées, de séparations entre vous et les autres…

 

Et comme si cet éclatement social n'était pas suffisant - des forces de zombification viennent s'y ajouter. Le discours est morbide et suicidaire sous une apparence séductrice : seul l'amusement doit occuper tout mon temps, tout le reste est, violemment, interdit. Je joue de tout et tout le monde devient un jeu pour moi. A force de zapper les autres, mes émotions se sont congelées, mes sentiments anesthésiés, mes pensées éteintes. Et même mes sensations sont asthéniques, mes plaisirs ne sont plus que décharges électriques (comme pour tout zombi ?). Devant ce naufrage de ma vie , je maintiens que tout ce qui n'est pas amusement régressif, enfance (son côté sombre) prolongée, puérilités saccadées n'existe tout nullement pas…Le despotisme de l'amusement, du divertissement obligatoire et permanent, du MUMUSE unilatéral, bat son "vide". Penser est rejeté de mon monde et je m'insinue pour l'empêcher, aussi, si je puis, chez autrui : pourtant mon arrogance est extrême, je sais tout par automatisme et piétine tout individu talentueux qui connaît bien ce dont il/ elle parle et moi à l'évidence pas du tout. Avec moi les vraies valeurs sont inversés : plus on est con plus on est déclaré intelligent, plus on copie plus on est prétendu orignal, moins on a de sensibilité plus on est falsifié comme perspicace, bref d'etcs…

 

Les héroïsmes (!) se vautrent, ainsi, dans la médiocrité la plus "ignorante" (refuser de savoir, dédaigner tout sans rien vérifier est pire que tous les analphabétismes). Ainsi, écouter une musique, regarder un film, se déguiser comme la mode "l'ordonne" c'est s'octroyer tous les droits à tout diriger, sermonner, censurer, accuser et se blanchir…vous "louez" à piaillez dans les médias du non art, de la non culture ou de la non politique – vous participez à plein au délitement social. En action – vous êtes devenu vraiment l'ennemi d'absolument tout le monde. L'effondrement moral et la misère mentale, nommée publicité, n'a que des éloges pour votre nihilisme conformiste. Partout vous n'êtes qu'une émeute sans but et sans issue…vous devriez "purger" de longues "peines" et ce sont les vrais défenseurs de la Société et de la civilisation qui se voient "taxés" de délinquances…

 

Le monde qui nous encercle (sauf pour les irréductibles qui se sont simplifiés jusqu'à n'avoir qu'un Je et plus de Moi!) est le fidèle reflet de ces modes de pensés dominantes. Ce qui domine c'est anti-socialités, sociopathies et perversions…la "simplicité" actuelle c'est vous changez de pensées (et de méthodes qui les relient toutes) vous changez le monde autour de vous.

 

L'acte fondamental (auquel se sont rendus inaccessibles les zombis glorifiés par les médias) c'est changer de méthodes de pensées. Vous ne le faites pas. Ringards, arriérés, dépassés, démodés, désuets, obsolètes – vous faites (désormais dans le vide) comme si vous étiez à la mode, top, in, hip, cool, winner…alors que vous n'êtes plus que ringards, arriérés, dépassés, démodés, désuets ou obsolètes. Et risquez de le rester !!!

 

Ne pas changer de méthodes de pensée c'est comme de foutre des godasses sur les arbres de façon à les voir sous toutes leurs facettes.

Et donc de marcher sur la tête !!!

 

Pourquoi aborder, sous cet angle, un aspect si peu connu de la réalité ? Toutes nos interrogations auprès de nos diverses sources ont obtenu un constat unanime. Nous sommes plutôt dans une époque de régression barbare au niveau de la pensée, avec une mesquinisation de chaque individu. Lorsque l'on arrive au sommet ce rapetissement des individus devient très dommageable. Et correspond un peu au livre en 2 tomes de Georg Lukacs "La destruction de la raison", paru dans les sinistres années 1930…s'il y a des similitudes avec aujourd'hui ceci s'arrête à ce qu'il existe des esprits vigilants (on les reconnaît à ce que "une conjuration d'imbéciles …etc") qui veillent et démontent tous les mécanismes anti-sociaux, dans la même indifférence que dans ces années 1930…sauf que (la stratégie ne se dit pas…)…

 

Fragmenter la pensée c'est, aussi, détruire la société (superstructures et infrastructures) dans sa trame même, dans la consistance de chaque lien social…Et ce sont les prétendues élites qui effectuent ce double travail de voyou en se leurrant, complètement, sur le "peut-on vraiment régner sur ce qui est toujours plus divisé ?". ou juste admirer veulement ses perversions ?

Pour vous (les vrais héros de l'époque), outre de leur glisser entre les doigts, de s'en démarquer fortement (ce qui a son petit côté ascèse), c'est tracer, plus que fermement, un autre sillon (ceci c'est l'extase de vivre au quotidien "le cerveau sensualisé", qu'apparemment nul de ces prétendues élites ne connaît même par rumeur – c'est eux qui se privent, se mutilent, se diminuent et se dessèchent en ascèse alors ?)…il nous faut pallier le fait que les grands esprits (les non fragmentés – les globaux irradiants) ne soient plus vraiment diffusés. La soi-disant globalisation c'est un éparpillement irresponsable. Chacun, en "ignorant" bestialement les autres (les rares qui savent "écouter" restent des prodiges bêtement négligés), court dans le vide de son intérêt halluciné. Résultat TOUT LE MONDE EST PERDANT par rapport à ce que la collectivité réouverte pourrait apporter individuellement !!!

SE RASSEMBLER et au niveau du social et au niveau du corps et au niveau de la pensée c'est l'acte de grande santé. Avoir une pensée globale, se vit, alors par des assauts rapprochés de toutes les sensualités. Juste afin de s'extraire du marasme collectif. Qui, au niveau corporel, correspond bien à de l'auto-empoisonnement.

Ensuite, vous pouvez, souverainement, prendre votre envol pur. Pensée réunifiée, ardemment unitaire, incluant tout. Et corps aligné, en paix parce que unifié (ou inversement). Vie sociale ouverte sans empiétement si constrictif de l'égoïsme qui souille tout. Etc.

Lorsqu'il devient plus difficile de transmettre des réussites merveilleuses comme les nôtres – affirmer avec fierté, joie et clair désir de partage que CELA EXISTE est déjà un acte social et politique très puissant…

Ne vous laissez, en conséquence, plus jamais diviser par quoi/ qui que ce soit. Ceux qui sont les plus unitaires risquent bien de former ces résilients qui survivront à toutes les catastrophes que la folie capitaliste (plus hors raison que cette idéologie – impossible !!!)

                                   pourrait bien engendrer.

                                                           Opter optique reste optimum !!! 

(à suivre)

 

trouvez un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits freethewords.org,   onglet 1  "Les mamelles du repos" et  "Remue- ménage",  onglet 2 "Présent !", onglet 4  "Nul n'est nul" ou, encore,  "Je ne parle plus à qui a raison".

Résistances au changement      Impliquent changement de résistances

 

Si ce blog a su retenir votre attention dans les  1 200 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on trouve plus que prévu

 

Publié dans méthodes de pensée

Commenter cet article