Fuites d'étourneaux devant la proximité de la fermeture de la Bourse ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

4177098377_9e7de392fc.jpg

Comme des anguilles tétanisées, ils fuient devant la perspective que les Bourses mondiales puissent fermer. Ce qui forme preuve (phénoménologie du fond sur la forme) qu'ils ne possèdent, par-devers eux, aucun argument de poids contre ces fermetures

 

Démonstration : tout d'abord ces "ils" sont qui ? ce sont ces commentateurs qui tentent de verrouiller les débats . Plus les "joueurs" si volages et sans aucun sérieux de la Bourse, plus leurs agences rémunérées pour qu'ils poursuivent, irresponsablement, leurs cauchemars destructeurs.

 

Ils ne peuvent affronter que de faux débats ? Ils n'évitent pas frontalement le débat, ils biaisent, ils obliquent, ils dévient, ils contournent, ils noient les "pivots argumentaires". Preuves que, sis sur la terre ferme, ils perdent le débat et que, donc, la raison est bien du côté de l'abolition de la Bourse. "Comment se fait il que l'on puisse s'enrichir tant que cela en misant sur la ruine totale des pays et des entreprises ?". Ce qui forme un mécanisme flagrant (pris la main dans le sac) qui provoque des crises. Donc en vérité des milliers de chômeurs en plus, des centaines de milliers de familles en détresse, etc (lorsqu 'ils parlent de la Bourses jamais ne sont juxtaposé les conséquences catastrophiques directes de ces "petits jeux de salons" !). Sans la possibilité de "vouloir (et pouvoir) ruiner les pays" sûr que ceux – ci tiendraient mieux le coup. Devant ces têtus totaux du réel, que vont être les fuites dératées des commentateurs oligopoles ? Des niais angelots béats d'admirations (toujours!) "sur les marchés on peut tout faire, on peut spéculer à la baisse et contre les états…etc". Tout ceci n'est que description non explication. Du vent verbeux pas un argumentaire solidement construit. Et qui se défausse à jouer au "guide touristique" des soussous perd le droit à se prétendre sérieux. Nul démontage serré de ces mécanismes qui font que la vie de millions de pauvres, en une seconde, va s'aggraver si cruellement. Non.

 

Tout comme le stalinien découpe des textes pour leur faire dire l'inverse de leur propos, le commentateur qui, seulement, décrit trahit tout le réel. Décrire c'est "justifier" lâchement, sans grandeur, sans panache. L'existant se "valide" trop aisément. Mais les catastrophes visibles ne sont jamais si extra terrestres qu'il ne faille se précipiter derrière le décor. Refuser les descriptions !!!

 

"Oui mais personne ne suit VRAIMENT l'idée si adulte d'interdire la spéculation en lui coupant l'herbe sous les pieds ?"…areûûûûh, aaagaga…"c'est qu' il y a des pouvoirs immenses derrière tout ça qui s'enrichissent et ne veulent pas que ça cesse ". Ah bon et pour les luttes contre les contrefaçons, les téléchargements directs, les braquages de bijouteries, la fausse monnaie, l'évasion fiscale, les trafics de toutes sortes - il n'y a pas des pouvoirs immenses derrière tout ça qui s'enrichissent et ne veulent pas que ça cesse ? Est-il tenu compte des caprices pervers de ces chochotes ? C'est donc eux les chefs de la police ? C'est quoi votre vautrage dans les laxismes de lâches ? Tiens donc RIEN, dans la réalité, ne s'oppose à niquer les spéculateurs en grand. En "jouant" avec leurs propres méthodes par exemple. En leur renvoyant l'ascenseur dynamité. Facile pourtant, vous spéculez, vos "gains" sont gelés à la seconde ou vos dépôts franchement immobilisés. Au regard de tous.

 

"Supprimer la Bourse ne supprimera pas le incertitudes sur la croissance"…oui mais diminuera tellement les amplitudes que provoquent les chocs de vouloir extorquer l'argent des autres, en se planquant derrière une institution qui contredit en actes ce qu'elle prétend, verbalement, avoir pour but. Ce fardeau clair (qui ne crée pas la richesse mais vit en parasite sur celle d'autrui) éliminé - ne pourra que fortement diminuer les incertitudes. CQFD ?

 

Après tout ceci, que des effondrés du sommet prouvent leurs graves irresponsabilités (et sont donc démissionnés!) à "jouer" à s'enrichir SI DELOYALEMENT – le rôle de tout politique est de les attaquer fermement afin de protéger le peuple de ces "pirateries", de ces prises à l'abordage, de ces détournements terroristes de l'argent collectif, de ces prises d'otages des besoins fondamentaux des pays, etc…Au lieu de clairement montrer qu'au lieu de perdre du temps dans les luttes des fraudes quasi inexistantes (en diffamation, des avocats judicieux pourraient faire cracher des millions si nécessaires aux pauvres si diffamés par cette visqueuse "droite populaire" non ?) aux allocations sociales, au lieu de gaspiller la police après la fausse lutte contre les drogues (les gros trafiquants ne sont jamais inquiétés !) – ce serait tellement plus "rentable" (culture de résultats, faites du chiffre, RGPP contre les financiers) de foutre les flics aux basques des escrocs au sommet.

 

Les marchés osent reprocher les déficits que leurs attitudes ont créés – bien mieux de mesurer l'escroquerie fiscale. La fraude fiscale (tiens comme les pauvres sont surimposés par le gonflement illégal des impôts indirects on ne peut leur faire endosser les "fraudes des seuls riches" !) c'est 20 % du P.I.B. (400 milliards). Source : Alternatives économiques. Or, le budget ne dépasse que de 5,7 %. Et que donc de "faire semblant" d'équilibrer un budget d'état sans modifier la fiscalité ce n'est pas sérieux du tout. Mais pas sérieux du tout !!!

 

Les impôts baissent mais…que pour les riches. Les plans d'austérité étrangement n'inclut jamais …les riches. Or qui dit dettes souveraines dit absence symétrique de recettes. Vous remboursez mieux avec des entrées d'argent qu'en empruntant non ? Laisser les trop riches voler l'argent public (cf le règne des oligarchies déjà cité) par des privatisations qui ne…"s'imposent" pas du tout. Symétriquement, ne pas imposer les trop riches au 50 % de LEUR FORTUNE REELLE qu'impliquait la philosophie du "bouclier fiscal" de pas plus de 50% de pression fiscale. Donc pas moins en période d'austérité. Les riches qui ont créé seuls dettes souveraines (15 % du P.I.B. volé dans les caisses de l'état par "ce" privé depuis 1975) doivent REPARER.

 

Privatiser n'importe comment et ne pas imposer les riches sont 2 fautes politiques très graves. Qui privent les pays des fonds combleurs de dettes et de déficits. Ces têtus totaux (seule "règle d'or admissible – puisque c'est quoi cette pitrerie d'équilibre budgétaire SI L'ON INTERDIT LES RECETTES BUDGETAIRES nécessaires pour ? et que l'on dépense, en plus, bien trop pour les riches ?). Toute "règle d'or" doit être retirée des mains des cancres, fussent-ils au pouvoir, n'est-ce pas de Vinci ?

 

Ne pas contrer fermement la spéculationen est une autre : les marchés c'est toujours l'argent es autres. Si rarement le sien (où sont les vrais et respectables investisseurs ? Ces"alibis" représentent-ils plus de 5 % des parasites boursiers?). Un CDS peut être pris sur les biens du voisin sans justificatif de votre droit à lui nuire, l'effet de levier peut vous permettre de ruiner une entreprise sans bourse délier et, ensuite, de payer avec l'argent de ce braquage en direct les frais boursier. Etc, toutes ces manipulations irrationnels (indéfendables devant tout bon sens le mieux partagés) sont des nuisances qui…nuisent ! Et autres pratiques qui avouent toutes que la Bourse ne respecte aucune propriété privée autre que la sienne, se permet toutes les razzias, vit dans une opacité massive que seuls les truands recherchent. Qu'ils ont tout à cacher. Et que la seule menace de tout déballer aboutira bien à ce qu'ils ne s'opposeront pas vraiment à a fermeture de la Bourse. Bien trop à perdre…

 

Vous les obliger à clarifier pourquoi,  pour qui ils "investissent" (!) ? comment ils se décident – vous les voyez dans les cordes avouer une farfelue irresponsabilité totale. Ils n'ont rien à dire. A peine vont-ils bégayer "C'est pour "jouer" !" – comment vous provoquez des misères noires, vous êtes inconscients ou malades, voulez- vous vivre aussi ce que vous faites subir, etc…vous usez, un peu, de cette boxe mentale, vous ne trouverez que des êtres puérils sans aucun argument rationnel. Ils veulent bien nuire "toujours plus" mais ne supportent strictement aucun reproche. Pourquoi ne pas les faire "jouer", alors, avec de la monnaie artificielle en reality show alors ? De toute façon, la certitude que, lorsque nous nous serons désempêtrés de tels fuyants personnages, le monde ira bien mieux - balance toutes les hypocrisies aux chimères.

 

Le gain (par rapport aux inconvénients) de la fermeture de la Bourse est, socialement, à la hausse. Prodigieux. Les cours montent montent. Oui c'est vendu au top : la fermeture des Bourses c'est du gagnant- gagnant. Socialement, le triomphe pur – tout le monde à 2 000 € par mois. Soit la plus grande transaction réussie de tous les siècles : l'enrichissement immédiat de plus de 80 % de la population mondiale. Ce n'est pas le plus grand triomphe financier de tous les temps que de vendre la fermeture de la Bourse à la hausse ?

 

Les bâtiments boursiers ? Rien ne se perd. Sièges provisoires de la Fête sociale permanente. Tous les jours et 24 h/ sur 24 – but : resocialiser la société, réparer tout le social, déconstruire toutes les antisocialités, cogner le cognitif pour y parvenir, respecter les respects, recoudre du lien social, concevoir des projets collectifs gigantesques, niquer les égoïsmes, mettre tout le monde sur le piédestal de se savoir unique et irremplaçable, glorifier tous les comportements exclus de la barbarie capitaliste, etc (et tant d'abondantes nouveautés collectives qui n'ont même pas encore de nom !!!) ,

 

Un nouveau système d'investissement antispéculateur avec garanties que pour les placements à moyens et longs termes s'installera. L'abolition de nombreux montages déloyaux, l'obligation de garantir toute transaction sur une partie de votre fortune personnelle, le gel des fonds de toute pratique opaque et la restitution qu'après vérification d'intentions d'intérêt général, l'abolition de produits dérivés et tous des déloyaux procédés d'endetteurs (comme l'on disait esclavagistes) etc –

             

            le pendant "gagnant" à la Bourse détrousseuse des richesses des autres…

 

Les perspectives à l'après Bourse se prouvent tellement fertile que d'attendre une seconde de plus semble bien un crime contre l'intelligence !!!

 

BONUS *** (non pas les mêmes !!! ceux- ci sont dirigés vers les autres pas refermés sur le mesquin égoïsme)

La phrase qui nous fait raisonner la fermeture de la Bourse ? "L'oligarchie financière produit désormais la monnaie beaucoup plus que les Banques centrales n'en émettent, qu'elle a créé ses propres marchés fantômes et que la composante politique de l'oligarchie pourrait devenir le début d'une soft dictature mondiale" (p. 178 -Alain Cotta sur "Le règne des oligarchies", janvier 2011 ). Ce qui se clarifie aussi par le fait que les grandes entreprises soient "gouvernées" (déjà trop !) par les marchés !!!

Et vous ?

 

(à suivre)

 

trouvez un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits freethewords.org,   onglet 4  "Nul n'est  nul", onglet 3 "Légalité de l'égalité", onglet 4  "La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir ". Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3,  ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? etc), onglet 2.

Résistances au changement      Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

 

Si ce blog a su retenir votre attention dans les  1 100 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on trouve plus que prévu

 

 

 

 

Commenter cet article