histoires de rires (5) Comment rire au mieux, en fait ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

5208977273_9a068f808e.jpg

plaçons ce nouvel épisode sous l'égide de la liberté:

"aimer la liberté, c'est aimer les autres ;

aimer le pouvoir, c'est s'aimer soi- même."

( William Hazlitt, Political essays, 1819)

En effet, nul ne peut être absolument libre tout seul. Etre libre c'est bien être avec les autres.

Par contre, beaucoup peuvent avoir du pouvoir tout seul. Et contre les autres. Si tant rarement avec…

 

                                               ****************************************

 

 

Comment rire au mieux, en fait ?

 

En quatre (mouvementés) épisodes, nous venons de parcourir un petit bout du chemin de "l'aventure du rire". Vous vous êtes aperçu que l'Humanité actuelle se prive (se punit exagérément ?) d'énormément de "savoirs" qui datent, pour certains, d'avant même la préhistoire. Dont le rire, très ancestral number one ! On dirait que la majorité écrasée s'est rétrécie à des "savoirs" pour plantes d'appartement…des savoirs trop artificiels pour, corporellement, pouvoir être mis en pratique…presque des non savoirs !!!

On va pas pleurer sur leur sort dû à leur mesquinerie attitude!!!

Armé(e)s, plutôt, de cette neuve lucidité: vous ressentiriez, aussi, que les vraies et fiables "hiérarchies" humaines semblent toutes en inversions par rapport aux apparences. Qui "sait" rire domine quelque peu toute la mascarade sociale. La "distanciation énergétique" que cela lui procure demeure inaccessible à qui ne daigne fournir aucuns efforts: de ce fait, le sommet de la hiérarchie appartient bien à la maîtrise du rire…La fontaine de jouvence se trouve dans la bonne pratique des rires: façons de se reposer et de respirer à fond, pas si "élitaires" que cela, non ?

Brisons donc là! Rire, en "amorçant" avec arrondir les (la) voyelle(s) qui vous convien(nen)t le mieux – doit se faire dans la détente la plus complète. Inutile de tordre votre corps à prendre comme des bonnes postures du rire. Il n'y en a pas. Chaque fois, le rire se fraie un chemin comme cela convient le mieux au corps tout entier. Ce n'est jamais tout à fait le même chemin, ni tout à fait un autre. Plus votre charnel sera détendu plus le rire sera "massif", plus il fera "respirer" tout le corps, jusqu'à son dernier minuscule recoin. Ceci est très important à marteler, vu la tendance, pire que farfelue, de la majorité à "croire" aux apparences (autant dire à s'y arrêter! Un peu trop de matons sur cette Terre!). Ce qui, selon le gai savoir de Frédéric Nietzsche, vous vaut : "celui qui s'approche du savoir avec des yeux d'intrus n'en connaîtra jamais plus que ses tous premiers contreforts". C'est clairement asséner que eh bien! il ne saura jamais rien. Mais rien de rien: de se "déguiser" en sachant ne vous file pas (par osmose ?) du savoir. Combien d'imposteurs, combien d'imposteuses qui se tiennent à "l'entrée"de tout savoir. Normal, ils/elles n'ont pas pu aller plus loin, trop occupé(e)s à tenter de nuire aux autres !!!

Nous retrouverons cette geste "de se tromper toujours d'admirations", de ne "prêter l'oreille qu'à ceux qui n'en savent rien mais consacrent tout leur temps à déguiser leurs mots"…Normal, ils n'ont rien d'autre à faire. Que les soi-disant maladresses fleurent bon l'authenticité. En sont garantes: même Goethe, dans son Faust, avait capté que "c'est mentir que d'être poli". Trop poli, trop façonné, trop fabriqué : bien trop d'arrière-pensées que là dedans !!! Le brut c'est du décoffrage en direct! Que les soi- disant manières d'ours exhalent, plus souvent qu'à leur tour, de vrais respects pour les autres…Qu'il est plus qu'insensé de confier tant de gloire aux ennemis vérifiés du plus grand nombre !!!

De quoi rire en paix…Puisque, tilt! et parties gratuites! Avoir la paix en soi multiplie  la puissance qui jaillit tant de rire de bon cœur. Si vous nuisez aux autres, votre cerveau demeure "tordu" de la connaissance intime que vous avez de ces faits (vous pouvez aplatir toute forme morale, cela ne change rien!) puisque nul(le) n'a jamais pu vivre sans sa tête. Et surtout pas Louis XVI ….Vous "savez" la technique de "rire à volonté" et, tout comme vous faites du vélo absolument décontracté(e), c'est avec légèreté que vous vous enclenchez le rire. Le rire vous envole. Si vous étiez "ravi(e)" c'est bien preuve qu'une force vous a arraché(e) à votre pesanteur !!! Rire de bon cœur "prouve" que vous ne riez que pour vous-mêmes. Contre rien ni personne: ce qui dessinerait contrer et n'apporterait, au corps, que le goût de la contrariété (trop désolé c'est écrit dedans! Vous pouvez "jouer" aux frimeurs - devant la justice de la langue vous ne tiendriez pas la distance!). Rire de bon cœur c'est cajoler son bien être, son épanouissement, sa plénitude, son inépuisable joie. Rire de bon cœur représente le seul rire qui nous mette en direct avec l'univers. C'est comme ça, oui c'est comme ça (que les fraudeurs du "c'est comme ça" dirigé comme une matraque contre tous les réfractaires- plient et admettent ces vérités). C'est bien ce qu'ils tendent à exiger, en sous-main, de tous les autres ? Non, un sourire n'est pas un sous-rire…c'est un souvent souvent, plus souvent encore !!! T'as bien ta souris et ton ordi, non ? Tu sais donc qui te souris en vrai !!!

Si la réalité est isotropique, autrement dit, si c'est vrai pour eux (c'est comme ça!) - c'est vrai partout et pour tout le monde (sinon plus de "réalité"!). Ou bien c'était faux, dès le départ, et ils ne "connaissent" donc que l'arnaque (et rien de plus facile que d'arnaquer les arnaqueurs – il suffit, au début, de tout dire comme eux jusqu'à ce que…). Remboursez, remboursez…Le rire n'est pas de tous les côtés: devenir son complice nécessité au moins de cliquer sur le choix de son bord, bordel !!! Rire de bon cœur vous permet de toucher la peau de l'univers, de palpiter à son pouls, de respirer à son amplitude, d'avoir son goût dans la bouche…De cajoler son joli…Ca vous remplit tellement d'immensités que vous vous en ressortez trop de trop reposé(e). Preuve que vous vous "reposiez" bien sur du solide, du costaud et du plus que sûr.

Comme nous vous l'avions esquissé, rire de bon cœur devient un guide parfait. Louvoyant impec entre les mensonges, slalomant entre les manipulations, ressurgissant indemne des très gros circuits de diffamations-désinformations (sans lequel finito el capitalismo !!!)– vous formez comme les princes(ses) de la Terre. Indestructibles, accrédités à l'accès à la fontaine de jouvence, rajeunis de vivre, en plein dans le feu – le rire vous accompagne sans cesse. Evidemment, il reste utile de "savoir" comment "boire" au maximum le soleil, comment articuler les articulations dans le dépassement des limites physiques qui n'épuise pas le corps (juste avant trop de fatigues, vous avez le court instant du second souffle, sans aucun prix à payer)…Très identiquement aux ivresses: nos corps nous disent, pile, lorsque les enivrements tournent en malaises: l'extase c'est de demeurer au sommet (à la gorgée près!) de la vague d'ébriété. Kif kif pour le rire ! La tension première qui offre une intense détente. Comment "retenir", des yogas, l'accouplement yoni des "mouvements les plus tendus et rigides" simultanés avec les "mouvements les plus relâchés  et souples" ? Come on ! do it yourself !

Comment visualiser et avoir le spectacle de votre lumière intérieure ? Comment s'envoler comme un oiseau ? Comment, partant, de la posture du guetteur, tendre si bien l'oreille, jusqu'à parvenir à entendre les "harmoniques" de toutes choses ? Etc. Comment tant de "savoirs" en voie de fin de transmission. Songez à ces mots de Guy Debord "l'art de la conversation est presque mort et bientôt tous les merveilleux parleurs auront disparu". Une de mes multiples chances (donc considérées comme du "loser" par cette tragique société ayant foutu son futur en cul de sac!) c'est d'avoir beaucoup trop goûté (goût inoubliable que d'accepter que l'autre puisse vous changer avec ses mots: clair que converser c'est  toutes les "conversions" possibles! de la plus haute alchimie!) aux nectars d'éternité. L'énergie "durable" vous connaissez ?

D'où les limpides motivations de toutes nos (mes) actions: transmettre ce qui a fait de nos vies des merveilles. Vous cherchiez des vies "réussies" où chaque jour est un brasier de sensations, des corps qui savourent tous les savoirs, des têtes lumineuses…eh bien! nous sommes "arrivé(e)s" à ces vies plus que réussies !!! transmissibles…

Le but de la quête, par tous moyens appropriés, fut l'OR RIANT !!! bien orientés, vous dénicherez, aussi, sans coup faillir,  cet orient superbement orienteur !!!

Réussir tout seul est-ce que cela conserve du sens ? Et se le garder pour soi ? Transmettre ne forme-t-il pas un labeur qui épure et distille la quinte essence (la 5ème essence) de votre apport à la collectivité humaine ? Nous ne pouvons pas tout dire à la fois, dans le même mot, du son unifié. L'écriture reste linéaire, successive, continue, se trace dans le temps, se décrypte dans l'espace: l'expérience se vit en un flash, en une globalité sphérique, dans une instantanéité irreproductible. Réussir à joindre les deux "données" du réel - constitue les limites des toutes ambitions: collectives, elles déplient tellement plus d'immensités. Dire nous demeure un excitateur, un instigateur, une motivation qui aiguillonne et éperonne – sans comparaison…Les hasards m'ont fait savoir beaucoup sur les rires: si des associations et des collectifs n'avaient pas pris le risque de m'essayer pour animer des ateliers de rire (et en discuterJ), je ne serais, peut –être, pas parvenu aussi loin. Persister dans le "nous" (avec alternance alternative de "je"!) c'est bien refuser de trahir ou de détourner leurs apports…Pas de quoi en fouettez une crème pâtissière !!!

Cadeau…compte- rendu de notre groupe de paroles sur le "rire" datant de…1999… en tires (6) Ok ????

 

Riposta, italien, pour réponse, de ce fait, le plaisant trie, enjoué sur la joue, hiles hilares, si t'es guéridon ou, encore, si t'es chauve - - souris donc!

 

Publié dans sociéte

Commenter cet article