Il est interdit d'être heureux

Publié le par imagiter.over-blog.com

4634330042_c38f8b2cf3.jpg

La société de consommation ne rend absolument pas heureux. Sinon, vu le pilonnage intensif, ça se saurait et le monde aurait, définitivement, basculé dans la joie permanente. Donc le partage prosélyte avec les autres !!! Non la société de consommation escroque et croque à tous les râteliers. Tout juste si elle soulage, satisfait ou endort…oui, mais "soulage" juste une bribe de secondes – et tout est à recommencer et, à chaque fois, le vide intérieur se montre plus douloureux, le malaise s'agrandit partout…

 

…tout ce qui est supposé y alléger, atténuer, délester, ramollir s'y retourne (vieux chiffon poussiéreux qui fait tant tousser !) en ce qui excave, s'y approfondit, s'y creuse et nous mine…tout ce qui se prétendait prévu pour réjouir et contenter ne fait plus que chloroformer, insensibiliser, anesthésier, assoupir tout ce qui reste sensible en nous. Nous devenons la caricature de nous-mêmes, nous en restons à l'esquisse ébauchée, la simplification binaire, la réduction au toujours plus sommaire ; le rabaissement aux mécanismes creux oui la diminution drastique de ce que nous avions coutume d'être…

 

bref – nous avons été piqués par la bestiole du long sommeil léthargique et nous ne vivons plus du tout. Tout reste tiédasse, sans goût, sans relief ni sans surprise, sans piquant ni sans envergure, etc – juste enfermé(e)s dans un placard sans espace et sans horizons à moisir sur pieds…

 

Afin de ne pas éveiller ces morts toujours moins vivants - Il est interdit d'être heureux …la société de consommation qui défendait tant l'héritage de 68 (interdit d'interdire) – oui contre l'austérité cave et supposée si triste de l'écologie ou du communisme – a tout trahi de nouveau. Et ne montre plus que sa face aigre et malodorante de vieille fille acariâtre…TOUT Y EST INTERDIT désormais…et tout et tout et, en plus, tout…

 

Heureux c'est trop intempestif, si joyeux…ça rend plus intelligents, il paraît – interdit interdit interdit et interdit…des gueules d'enterrements partout et partout. .entre les radios hystériques qui braillent, vraiment, à côté de toutes les sensibilités…télés au bord du coma, aux rires désaccordés qui ont l'air de faire tant souffrir leurs tristes sires…et même internet aux moteurs trop ressemblants désormais, glacés, rébarbatifs, toujours plus inhumains et sans attraits véritables…de quoi – en fait – booster toutes les volontés de résistance et créativités de contournements des exhalaisons pestilentes …

 

Ils viennent d'aller trop loin – n'en ont absolument pas conscience, vivant dans l'unique monologue fétide depuis trop d'années, puant le renfermé, les idées toutes empesées et empestées de manques trop flagrants de spontanéités… elles/ ils viennent de faire le pas de trop…

 

   Celui où ils/ elles se profilent bien comme les pires ennemis de notre bonheur !!!

Ceux, justement, qu'il faut dégager, dont il faut se dégager, se désencombrer, s'en libérer, s'en débarrasser oui rompre complètement avec…

 

            Soit en contournant l'amas sans plus de séductions aucunes

                        soit en explosant… de toutes les joies INTERDITES !!!

 

                        Que le vaste humour vous grandisse et vous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

 (à suivre)

 

trouvez, aussi, un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits freethewords.org,  onglet 1  "Les mamelles du repos", " Remue- ménage" et "L'athéâtre",  onglet 2  "Comment devenir un (e) athée du capitalisme" ou bien "L'intelligence indestructible du capitalisme ?" et "La star des stars", "L'ardeur sociale" ou, encore, "Présent !", onglet 3 "La diction du dictionnaire" ou comment rendre tous les mots physiques", et  "Rien de plus solide que le solidaire", sinon,  onglet 4 "Où trouver encore du sérieux ?", "Nul n'est nul", "Je ne parle plus à qui a raison" ou bien, encore, "Assentiments aux sentiments".

Résistances au changement      Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

La façon d’écrire se nomme infini respect

 

Si ce blog a su retenir votre attention dans les 2 200 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on trouve plus que prévu


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article