Je gamberge sur ta berge ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

195873974_3182f26e78.jpg

Les filtres existants sont incapables de me repérer. Gilles Deleuze l'avait théorisé. Les médias entièrement tournés vers les modèles du passé ne connaissent plus ils identifient. Si vous ne possédez pas un modèle dans le passé il ne vous remarque pas. La mécanicité bestiale de ces procédés n'affolent pas les dirigeants. Le marketing et la pub sont bien des pensées bestiales. Comment peut- on se déshonorer à voir aujourd'hui comme "correspondant" à un archétype d'hier, un modèle qui avait marché ? DONC qui marchera aujourd'hui. Si ce n'est tuer le futur c'est quoi ? 

 

Ca veut dire que tous les génies actuels ne seront pas identifiés, pas connus puisque pas re- connus (la charrue avant les œufs, le reflet avant l'image, l'image avant la réalité). Ce qui signifie que le no future existe bien, que ce sont les cerveaux détraqués des prétendus dirigeants qui tue le futur (mais c'est le nôtre aussi!), qui rétracte la société sur elle- même. Au point qu'elle ne pourra se reproduire. Et qui nous font entrer dans la dictature de la bestialité. 

 

Les génies sont le futur. Notre besoin vital d'elles/ eux supplante tous les barrages pouvant exister entre eux et nous. Marketing, commerce, pub se sont déshonorés d'incompétences. PLUS TOUCHE AUX CONTENUS. Ils y comprendront jamais rien: chacun son rôle. Le leur c'est de suivre pas de précéder.

 

Faut remettre les choses à l'endroit: c'est l'écrivain qui dit à l'éditeur quoi publier, c'est le penseur qui fait l'émission télé ou radio, les présentateurs, trop hors réel, ne sont plus autorisés à faire autre chose que la gestion technique. Ce sont les musiciens qui disent aux radios quoi passer. Il n'y a plus aucun préalable formatage arbitraire et qui empêche LE FUTUR D'ARRIVER. Ce sont les contenus qui passent avant les annonceurs ou les diffuseurs ; apparemment ceux- ce ont été trompés jusqu'à l'os. Sans les contenus performants plus rien à annoncer,  plus rien à diffuser. Protéger les contenus des mains incapables du commerce devient la tâche primordiale. Dans tous les circuits de décisions, la parole du financier ne prime plus (lui qui, déjà, empêche le comptable de dire le réel) mais est en concurrence avec celles des synthétiseurs (qui savent assembler tous les faits et chiffres), des visionnaires (sans théorie rien ne peu arriver, visait Einstein)…etc

 

Ceci est le monde précis dans lequel je vis. Plein de sens donc de sensé. Empli de sens donc de sensibilités. Débordant de sens donc de sensualités. Chargé de sens donc de sentiments. Abondé de sens donc de sensations. Un monde ardent, empli de vécus et d'expériences et si plein de lumière. Où ruissellent des sensations sensationnelles  (comme de voyages inter-planétaires) qui font de chacun de mes jours tout un brasier.

 

Je te vois tourner et virer dans un monde imaginaire. Oui, le capitalisme n'existe plus (qu'à la petite marge) si tu n'y "crois" pas. Ce n'est qu'une croyance, non une science. Il n'est pas fondé dans la réalité, il ne"correspond" à rien (- ce n'est qu'un monologue, tout débat de fond l'abolit. La réalité n'est pas capitaliste du tout (la nature donne tout) et nul billet de banque n'a été photographié dans aucun règne ni nulle planète. Et n'est qu'une minuscule convention humaine (qui ne vous bouffe pas tout votre potentiel)… Je gamberge sur ta berge ?

 

Oui je gamberge sur ta berge. Toutes les questions que tu te poses la vie y a déjà répondu (on se partage le travail puisque, sans les lui poser, elle a répondu à toutes les questions que je me posais – et depuis longtemps). Je pourrai te transmettre, t'esquisser, donner forme à tes forces,  répondre aux questions, etc – mais pas dans ton monde illusoire et artificiel. Le seul lieu de rencontres possibles reste LE REEL. Je fais partie des experts du réel (voir le blog "les groupes de réel"), je ne vais pas quitter ce réel pour entrer dans du chimérique (fût- il médiatique)…

 

Je gamberge sur ta berge : juste pour que tu sois au courant qu'il y a plein d'alternatives à ce monde indigne. Le fait que, depuis toujours, je vive hors de la société de consommation reste flagrante preuve qu'in peut très bien vivre en dehors (nulle fatalité ne s'abat sur vous, vous vous glissez subtilement entre ses doigts grossiers, vous vivez les êtres, les situations "à fond le nectar", rien ne vous arrive de dangereux puisque le réel danger c'est de laisser son cerveau être violé par les perversions capitalistes, etc). Que plus je vis hors plus je suis heureux, toujours plis dans la réalité entière (celle qui n'exclut rien ni personne). Que je vive ceci comme un cadeau suprême, une victoire éclatante, un but déjà atteint depuis longtemps, etc. devraient te permettre de te poser les bonnes questions (celles dont les réponses te rendront plus qu'heureux/ ses) !!!

 

Je gamberge sur ta berge. Et vois chacun-e rivé à sa rivalité. Alors que Gramsci avait parfaitement expliqué que "la guerre de positions" pourrit le monde sur pied (chacun campe sur ses positions, retranché dans ces tranchées,  et le monde meurt d'immobilisme). Le fait qu'aucun (ou aucun-e) leader de gauche n'ait compris la guerre de mouvement, celle qui enclenche les changements en étant changements en tout. En vivant le changement avant que de l'inciter aux autres. Oui le fait qu'ils ne comprennent pas la stratégie fait douter de leur charisme politique et social. Ce ne sont pas eux/elles les leaders naturels. Celles/ ceux qui peuvent  gamberger sur ta berge ?

 

Nous nous vivons entièrement , pas rivés dans une rivalité immobilisatrice. Partout c'est la Terre et la Terre est notre vrai pays. Avec elle, nous avons "gagné" la paix. Et de vivre avec son corps et sa sensualité la paix vous transporte bien plus haut que vous pouvez imaginer. Rien que la respiration vous épanouit (respirer sa propre paix, demeure une des ces multiples (y'en a des milliers) expériences que, bizarrement, la trop présence de l'argent empêche.

 

Que dire de plus puissant que nous restons les derniers de vrais êtres humains unifiant tout  le primitif à tout le futur, alliant toutes les civilisations dans la bague circonférentielle du monde que nous portons à notre doigt ? Oui nous sommes la chaîne humaine complète. Et la Terre semble nous aimer un peu pour cela.

 

Et ça se voit puisque, selon toutes les apparences, nous resterions les ultimes avec NOTRE HOSPITALITE QUI DEMEURE SANS GUICHET ET TOTALE. Nous restons ouverts à tout le monde. Mais c'est comme si, autour de nous, un bouclier reflétait qui est en face. Si vous venez avec des bagages frauduleux ou falsifiés vous déviez et vous égarez, sans que nous-mêmes le captions bien. Si nous sommes si heureux de vous accueillir chez nous c'est bien que ce foyer (feu et regard) existe réellement, qu'il y a bien un chez nous qui ne peut que recevoir, recevoir, etc. Et plus ailleurs ?

 

Sinon – à part cette impossibilité de structure de "vous accueillir = signer notre accord avec votre idéologie ou votre indéfendable style de vie" – notre hospitalité intégrale laisse toutes les chances au futur de la rencontre !!!

 

L'obstacle réside en vous seul: si vous surmontez le fait de comprendre que nous ne sommes pas d'accord avec vous mais vous offrons l'hospitalité,

 

                                                                                                                      les retrouvailles des trouvailles refleuriront…

 

(à suivre)

 

trouvez un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits freethewords.org,   onglet 4  "Nul n'est  nul", onglet 3 "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), onglet 4  "La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir ". Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3,   LE ROMAN DE L'ECONOMIE,  ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? etc), onglet 2.

Résistance au changement      Implique changement de la résistance

 

Si ce blog a su retenir votre attention dans les 700 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on trouve plus que prévu

 

Publié dans sentez la santé

Commenter cet article

gun 15/05/2011 10:46


les terriens n'ont le droit de résider que dans les minuscules pointillés entre les pays ? Qui est fou ? Qui n'est JAMAIS dans la réalité ?
La Terre te file des vibrations "universelles" pas les pays ? Nation ou notions d'auto- empoisonnements ?


KriGlo 12/05/2011 17:48


Il y a une chose qui nous manque à Nous les Occidentaux..que le reste du monde prends en modèle
( de moins en moins d'ailleurs)...
il nous manque un facteur
...une source de cohésion...
...
et si le refus de notre référent et de ce consumérisme passait par une chose...
...une chose que j'ai vite comprise dans les livres de science-fictions de ma jeunesse et que Nous ne possédons toujours pas...malgrés tout...
...
...Une simple IDENTITE PLANETAIRE...dans la tolérance des autres...
...puisque ce monde est un village...
ONLY ONE RACE...THE HUMAN RACE...
...et si il existe des autres...des extra-terriens...et bien ou fera avec...