L'art est la limitation, l'essence du tableau, c'est le cadre

Publié le par imagiter.over-blog.com

2401420497_5dd030f9ed.jpg

Ce joyeux paradoxe peut sembler bien stérile – pourtant, il tire la vigilance vers ne pas oublier le CADRE dans lequel vous produisez. Non, non, il n'est pas neutre du tout, le cadre…n'a-t-il pas produit du Warhol comme du Ben, du Basquiat comme du Duchamp ? etc. et la litanie pourrait se rendre illimitée…tel n'est point le but visé !!! Mais, bien plutôt, où nous conduit donc le cadre ?

 

Que ce serait l'extérieur protecteur qui "contiendrait" le sens essentiel du tableau, volcan si inconscient de lui-même…Le retenant, le restreignant – comme en ayant pleine possession. Le contenant plus que le contenu. Voici qui transcende les habituelles ontologies sans grandeurs ? Mais le liseré joue, alors, sur tous les…tableaux…

 

Le rebord – et ses connotations de sécurité, pour me retenir si je tombe, afin de rattraper le coup, je ne suis pas seul il existe des recours, etc…ce qui offre au cadre le son d'encadrement (celui qui sait, le plus fort, celui qui protègera), qui précède sur la route et enlève les pierres coupantes, qui veille à l'apprentissage et surveille les dangers extérieurs. Ce qui infère que le tableau soit la fragilité et le vulnérabilité incarnées. Et ne sont ni l'entourage et ni la bordure qui le contrediront …le pourtour avouant toute une préférence, un choix déjà effectué : pour tour, pour le tour et tout pour le pourtour…ce que ne trouve pas la périphérie – sans valence limpidement établie, qui ne penche pas vraiment ni d'un côté (cadre) ni de l'autre (cadre)…cela peut courir de rejeté, en dehors de la connaissance et des débats, qui ne décide jamais rien, sans autonomie jusqu'à tout ce qui encercle et limite, clairement, toutes les pulsions de conquêtes exfiltrées…

 

Ainsi, G.K. Chesterton disait : " L'art est la limitation, l'essence du tableau, c'est le cadre." Ce qui ressemble tellement plus à une énigme, un puzzle, une devinette, un casse tête , etc – qu'à une démonstration, un raisonnement; une argumentation structurée… Un développement pointilliste, une touche de ceci, une larmichette de cela – et le sens se "dégagera" de ces juxtapositions accumulées. Seulement, à force de tourner, oiseau, autour du sens…nous obtenons des points fixes…"l'essence du tableau" c'est, clairement, son essentiel, le sens qui prime le plus, la plus nécessaire des versions, ce qu'il reste indispensable à savoir – sa signification obligatoire. Ce qui n'est pas rien : n'est-ce pas encore un excès de réductionnisme ? Un tout matérialisme sans issue ? Puisque – tangiblement – la déduction advient que l'essentiel de "l'essence du tableau", son sens ultime ce ne soit plus que le… châssis !!! Une chasse bien mesquine. Comment s'ajusteraient les imaginaires et les conditions naturelles ? Comment le cadre "contraint" la peinture ? Comment la pensée épouse la matière ?

 

Et le plus important (ce qui importe toute son importation – de l'extérieur vers l'intérieur donc !) pour la signification de l'art, son illimitation, oui son infini serait juste le…cadre !!!

 

Si le tableau était laissé en jachère d'encadrement ( par conséquent, de limitation) il serait…limité. Paradoxe. Et c'est parce que la limitation se lisère des baguettes d'un cadre que la penture devient…illimitée…nul paradoxe, alors, mais une dialectique new look, toute charnelle, immensément corporelle…du sens mesquin – donc étroit, court, étranglé, réduit, limité – du cadre de la pensée, nous procédons à un immense saut quantique – instantané et sans avoir à grimper des étages ou à effectuer le moindre déplacement intermédiaire…ce qyui ious conduit…au pied de cette phrase : L'art est la limitation - le cadre c'est l'essence du tableau.

 

Face à 2 affirmations aussi arbitraires, en apparence, l'une que l'autre :

1 - La peinture reste la limitation, la restriction, l'interdiction, la borne, le terme, l'aboutissement, la localisation ou la délimitation…

2 -  Le sens essentiel du tableau c'est son cadre!

 

Ce qui – scotché au sens le plus trivial – semble ne conduire nulle part…mais de faire des sauts périlleux à l'intérieur de soi, oui de vibrer au sens "déplacé" – qui déplace donc tant de choses, les transporte plus loin, les vire de leur actuel emplacement – qui bouge et qui dérange ( de choisir de "changer les lignes", de faire remuer les habitudes, de désocler les regards hors des routines , etc – tout ceci, au contraire, "prend" sens (comme du ciment sortant de la toupie)…

 

Et se fixe sur la rémanence rétinienne, le fond de l'œil, l'habitude de l'attention, les gestes de vigilance

 

                        Afin de nous lanciner dans la tête "faites gaffe au cadre"

 

Géométrie négative – convaincre par l'absurde – raison rétrograde (avec ses impacts autant sur la coordination par l'avenir que son indétermination du passé – contrer le principe de stratégie dominante ou bien, même, trouver la cohérence de structure, etc - autant de techniques inattendues de…

                                                                                 mnémotechnies !!! 

 

…celles qu'affectionne notre "cerveau sensualisé" (chaque pensée y devient sensation). Comme l'ensemble de ses méthodes …dont quelques unes de nos plus récentes, restent offertes par ce blog : "Sourire vos digestions", "Comment l'œil vous respire l'univers ?", "Parfum parfait", "S'empreint d'embruns", "Sous la chair des mots – la sensualité d’immensités…","L'athlétisme mental ?", "Délecté lecteur – l’évolution n’aurait pas prévu l’écriture ?", "La vaporisation du moi", "La bibliothérapie ? Les livres guérissent !!!","Quelles formations ont suivi les transformations ?", "La culture viendrait d'ailleurs…", "Unité enchantée" , "Aucun sport n’est plus sportif que le langage", "Où est passée l'énorme déperdition d'intelligence collective ?", "Optimisation de…l'optimisme", "Les points d'appui ?", "Rideau d'eau", "Détectivé ?", "Quand naissons -nous ?", " Tous saufs sauf","Mimétisme comme unique raison", "se perfectionner à la perfection…", "L'infini partout autour de soi", "Les échanges affectifs d'infos", "Dans danse", "La gratitude est le paradis lui-même", "… intelligentil", "Talents et société", "Tant d'instants ?", "Elle excelle", "Et tout fait suite suède de ce qui précède?", "Les profondeurs de l'usage du cerveau ?", "Empreintes", "Un regard pour autrui", "Rendons le futur plus fort", "Reposer le repos d'une question", "Qu'est- ce qui vous amène à vous amener ?", "Toute la spiritualité ne serait que spirales ?", "Ce qui est maintenant prouvé ne fut jadis qu'imaginé", "Tribus", "Piller les roupillons", "S'organiser autour des organes", "La réalité est complète", "Tri et trois ?", « Butiner le but », « La queste des questions », "Objectivité de la poésie", "Esprit libéré et esprit encombré ?", "spirer et conspirer", "Essaie de dormir !", " Trio vainqueur – sentir, sentiment, senti- mental !!!" , "La Forme à (absolument) tout faire ?", , "Comment garder des sensations de qualité ? (1) (2)", « Efface le face à face que reste- t-il ? » ou bien "La communication qui n'a jamais appris la communication réelle" ? etc. – oui encore etc. En bref, quasiment tout vous serait caché ? Sans doute ! vous pouvez le vérifier sur le blog "Lorsque ne plus savoir admirer tourne à la maladie" (1) un blog a obtenu un titre à part " A votre égard tout sera égards". Grâce à qui ? Toute l’histoire du rire en 5 textes. Aussi, "Comment le développement personnel tourne au savoir- faire révolutionnaire ?" du 9 juin 2011…Encore, voir le blog du 16 septembre 2010 « Simuler votre cerveau vous offre toute la réalité » ou comment notre cerveau peut être un véritable magicien à votre service, etc…

 

                        Que le vaste humour vous grandisse et vous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

 (à suivre)

            tous ces blogs sont bien reliés à une pensée globale

 

trouvez, aussi, un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits freethewords.org,  onglet 1  "Les mamelles du repos", "Remue- ménage" et "L'athéâtre",  onglet 2  "Comment devenir un (e) athée du capitalisme" ou bien "L'intelligence indestructible du capitalisme ?" et "La star des stars", "L'ardeur sociale" ou, encore, "Présent !", onglet 3"La diction du dictionnaire" ou comment rendre tous les mots physiques", et  "Rien de plus solide que le solidaire", sinon,  onglet 4 "Où trouver encore du sérieux ?", "Nul n'est nul", "Je ne parle plus à qui a raison" ou bien, encore, "Assentiments aux sentiments".

Résistances au changement      Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

La façon d’écrire se nomme infini respect

 

Si ce blog a su retenir votre attention dans les 2 300 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on trouve plus que prévu

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article