L'EGALITE EST UN ETAT INTERIEUR

Publié le par imagiter.over-blog.com

5225988107_4f56951d2e.jpg

L'EGALITE EST UN ETAT INTERIEUR ou POURQUOI SYMETRISEZ-VOUS  DONC ? Pourquoi prolongez-vous en vous les uniques gains des pouvoirs, donc vous dessaisissez-vous de vos propres intérêts ? Ceci ne semble-t-il pas hallucinant de masochisme et de défaire auto(-produite ? Oui pourquoi devenez vous le dépositaire de leurs négativités que vous traitez et transformez à vos dépens ?

 

En introduction, ce n'est pas parce qu'un enfoiré voudrait vous écraser par ses signes extérieurs de richesse (en général jamais secondés par les signes intérieurs de cette richesse) que vous seriez obligés de "symétriser", de "prolonger" en vous son acte barbare ??? Et toujours àvos seuls dépens ! Vous avez une espèce de pantin à l'extérieur et vous avez votre "intérieur". L'égalité est bien un état intérieur : elle existe (déjà en bonne partie !) si vous la ressentez. Pourquoi conservez-vous des fossiles de religions, "tout le monde est obligé d'être votre exacte photocopie pour que vous soyez heureux". Pourquoi cette méticulosité ( surgie de l'armée) genre tout le monde sous une même tête? Pourquoi pour la majorité des (d) élités "la foule c'est le bordel" ? Pourquoi si peu d'êtres nagent avec joie et gratitude dans l'océan sans limites des diversités?

 

               D'aucunes lisent des bouquins, d'autres mirent des films d'autres encore s'entendent avec de la musique non stop. Mais bien peu revisitent leurs attitudes ( qui meuvent leurs styles de vie – leurs impacts sur les autres et la planète – donc le plus gravissime de leur vie : ne devrait-on pas leur pisser à la gueule???) comme si vous les viviez pour la première fois ( arts non commerciaux). Un regard neuf. Toute radicale nouveauté reste incubée dans un regard neuf.

 

L'égalité triomphante fait appel à qui savait être sous la ligne de flottaison des foules. Dans les cercles de Wisekind ( lorsque le rêve semble se ternir vous passez au cercle de réalité qui lorsqu'il semble vous étouffer d'irréalisme vous passez…) vous vivez que l'inconscient se vit "physiquement" – autre culture "physique". L'invisible demeure bien plus vaste que le visible, l'inconnu que le connu, ce que vous avez à apprendre que ce que vous savez, vos "fréquentations" par rapport à tous ces gens que vous "évitez" de ne pas rencontrer….etc. Emerge ici le sommet de l'iceberg, l'inspiré, l'instinct, le proprioceptif.

Dans cette optique optante, l'égalité c'est être multiplié des autres. L'inégalité c'est être d'autant diminué de tous les autres. Et il s'époussette de fierté, déplie les ailes de la joie étincelante : à notre connaissance, seul-e qui vit dans l'égalité atteint le maximum d'extases. Soulevé par les autres. Dansé par la foule. Porté par les multiplicités. Toujours mieux lui-même, que les autres se trouvent dans la toupie des joies.

 

               Si certain-e-s crachotent après les "grands mots" ( qui dévalorise toujours ne peut être que de droite) c'est qu'ils ne les ont jamais vécu grandement. Il n'y pas de grands mots et d'autres petits. Seulement certains soulèvent de fortes émotions et/ou de vastes sentiments. Il reste tout à fait ouvert de vivre physiquement les mots en place de les ruminer mentalement. Et vous ne pouvez nier la réalité de nos expériences. Nous ne sommes jamais dans le solipsisme capitaliste ( tout pour moi rien pour les autres, selon Adam Smith). Tout comme les amérindiens nous pouvons nous affirmer sans renier les autres ( pas besoin d'écraser les autres pour $être soi ) .

 

Nous connaissons donc des personnes ayant vécu/ vivant cela ( si vous pas, c'est parce que vous préférez perdre votre temps à calomnier qu'à vous perfectionner – retour du refoulé : répulsions et dégoûts, nous ne vous excuserons jamais) en ajout à des savoirs les plus terre à terre  et, à ce sujet, que la gauche en sache si peu sur l'économie, demanderait des années d'explications. Le principe surgit comme de vivre totalement, intensément, tout le corps vibrant, l'expérience : abstrait/concret ça se vit kif kif. Vous vous privez de cela lorsque vous vous rigidifiez dans l'attitude de refus ( contre tout par principe). Vous êtes déjà abîmé par la pandémie capitaliste, inutile de POURSUIVRE ce gâchis dans vos états intérieurs, inutile de prolonger les malaises? Ne dépendez en rien de ce système. Que vos impulsions partent de vous jamais du système. Le S/R ( stimulus réponse) vous rétrécit aux préoccupations des rats. Regardez autour de vous, tel rappeur à le cerveau-coeur si petit qu'il n'est plus que capitalo aveugle, tandis que l'autre rappeur élargit bien "la famille". L'économie c'est si simple quand vous y avez été, vous n'intériorisez plus jamais aucun de ses mécanismes ( tout acte mental complet libère, émancipe).

 

Vous la voyez toute extérieure s'agiter et le capitalisme ( sans ces crochets de culpabilisation et de disqualification qui annulent la conscience par la souffrance) paraît, tout à coup, bien tout nu comme un infantilisme total, un gaspillage exponentiel scandaleux, un ennemi retors de la civilisation et une irresponsabilité ricanante qui ne sait générer que des catastrophes etc … ( trop "décrit" par des gens qui N'AGISSENT pas, donc ne se libèrent pas des tensions, des nœuds, et deviennent poches à stagnation ou immobilisation - d'internet : "je fais des tas de manips croyant agir alors que je ne fais rien" tel semble l'amer constat de la régression informatique). Donc vous blessant vous-même vous ne faites, en plus, que du mal aux autres.

A gauche, presque tout le temps, c'est que, apparemment sans aucune intention, tout le monde semble blesser tout le monde. Même, par rapport, aux moments de bontés et de bénéfices pour autrui, voyez ( autour de vous) tous ces êtres qui se plient douloureusement sous l'impact. Si la France ploie sous la prise massive de tranquillisants n'est-ce pas parce que c'est là, dans le monde, que tout le monde blesse le plus les autres?

 

 

(à suivre)

 

 

trouvez un complément à cette réflexion sur le site internet freethewords.org,  onglet 4  " Où trouver encore du sérieux ?, onglet 2  " Le roman de l'économie", onglet 3 "L'intelligence indestructible du capitalisme ?", onglet 2 "Légalité de l'égalité "  ou onglet 3  "Why we left the left ?" et " Rien de plus solide que le solidaire".

Publié dans méthodes de pensée

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article