L'empreinte écologique de l'humanité ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

4219375539_3518a42707.jpg

Si cela ne parle pas en tant qu'individus cela va t-il secouer en tant qu'espèce sans issue ? En 2012, elle dépasse de 50 %, cette empreinte écologique de l'humanité, le taux de survie de la Nature et de la vie. Telles qu'elles nous demeurent accessibles s'entend. La Terre peut continuer sans nous. La vie aussi. Mais nous pas. nous ne pouvons nous en passer ni de l'une ni de l'autre…ce qui , à côté des enfantillages de l'économie, ces divagations pour enfants attardés qu'un revenu universel 'existence (économiser l'économie) – semble information essentielle…

 

Si l'empreinte écologique de l'humanité dépasse de 50 % le taux de survie - avec nous – de na nature et de la vie, qui est le mieux armé pour de l'autre.? Un dépassement de 50 % de l'empreinte écologique de l'humanité ? C'est-à-dire qu'il faut 1 an 1/2 à la Terre afin de résorber tout le CO² émis en 1 an. Comme de régénérer les sols, les eaux et toutes les ressources "naturelles" étourdiment dilapidées par la mondialisation…Oui "entre l'urbanisation et les différentes processus d'érosions, la Terre perd environ 0,50 % du stock de terres cultivables par an (p. 147 - Jean- Michel Severino et Olivier Ray – Le grand basculement – la question sociale à l'échelle mondiale, septembre 2011)." Et depuis tant d'années. Soit le passage accéléré de 0,50 ha de terre cultivable par habitant terrestre en 1960 à 0,23 ha en 2011 et une prévision de 0,15 ha en 2050…

 

Toutes les formes de gaspillages actuels dus entièrement à la structure capitaliste, si arriérée et puérile – ne sont plus possibles. Gaspillages à la production, gaspillages à la grande distribution – à chaque fois les aliments saccagés. Tout cela pour l'absurdité d'un prix qui s'il est trop bas pour un producteur ne lui permet de remettre ça son année suivante. Ou pour ne pas laisser les pauvres récupérer les invendus dans les poubelles…Selon les époques, les aliments et/ ou les lieux, les gaspillages peuvent atteindre les 50 % de la production totale. La fixation irresponsable vers l'agriculture intensive nourrit juste ces genres de gaspillages…

 

Tant que nous ne sortons pas de la mentalité malade du capitalisme – nous ne pouvons rien résoudre de ces données. Elles ne pourront que s'aggraver. Le capitalisme est un prédateur sans foi ni loi, sans raison ni sens des mesures. C'est donc le plus extrême terroriste que la terre ait jamais porté. Son seul destructeur insensé. Fanatisé que par de mauvais motifs (le profit est bien un coût, etc) qui tourne en boucle dans sa folie auto-centrée. Tous les autres peuvent être raisonnés, peu ou prou. Lui pas du tout. L'entêtement total jusqu'à la mort stupide !!!

 

"Une étude de la Banque mondiale montre que le capital naturel constitue 30 % de la richesse des pays à faible revenu, contre seulement 2 % dans les pays riches (p. 149 – Le grand basculement Jean- Michel Severino et Olivier Ray –)." C'est encore la mentalité capitaliste qui CONTRAINT à la monoculture si destructrice des sols (lorsque les cultures vivrières variées les protègent) et à l'usage intense et inflexible des sols qui parvient à ces résultats de grand banditisme.

Etc.

 

Quelles que soient les investigations, les vérifications de terrain, les analyses argumentaires – rien, non rien ne peut créditer la mentalité capitaliste du moindre sérieux. Ce ne sont que monologues infantiles qui fuient, terrifiés, tous débats de fond…

 

                                   La solution en devient plus simple :

                        si nous ne pouvons les raisonner, faut les arraisonner.

            De tous les faits . Et en tournant carrément le dos à toutes leurs pratiques !

 

… vous pouvez y ajouter, d'autres blogs tels "Le capitalisme est structuré comme un alcoolisme", "c’est bien le capitalisme punitif qui restreint la vie de tous",  "une société, institutionnellement, organisée pour voler les pauvres" du 23 septembre 2011, "Tout l'argent gratuit pour les seuls capitalistes" du 25 septembre 2011 …,"L'angle mort de la finance", "Les crises sont causées par les excès d'inégalités", "Les déRègles du privé ?", "Evincer les mégalomanes du portefeuille ?", "Le coût infime pour sortir 3,5 milliards d'humains de la misère ", "S'il y a faim c'est qu'il y a, d’abord, affameurs", "Faim ininterrompue - les graves délits du FMI ?", aussi, du 5 Mai 2012 "Pourquoi ne surtout pas imiter l'Occident ?","Arbitraire d'Ancien Régime du marché ?", "Genève, capitale mondiale des spéculateurs agroalimentaires ?", "L'accaparement des terres - l'hypocrisie dévastatrice de l'Europe ?", "Si aides aux banques remplacées par aides directes à la pauvreté ?" ou bien " La règle d’or budgétaire appliquée au privé ?", "Comment on ne sait plus penser – agences de notation", "2001- 2011 : décennie des pires décisions ? (1)", "Ils vendent "tout" votre argent - comment ?", "Empêcher les riches de nuire aux pauvres", "Un libéralisme sans libéralités", "Ne pas prélever les recettes : actes d'irresponsables politiques ?", "A quoi "sert" tout cet argent ?",  ou même"L'auto- élucidation permanente de la société par elle-même".

 

                        Que le vaste humour vous grandisse et vous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

 (à suivre)

 

trouvez, aussi, un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits freethewords.org,   onglet 4  "Nul n'est  nul", onglet 3 "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), onglet 4  " La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir " et "L'anticommunication comment ça fonctionne ?", onglet 2 "L'ardeur sociale" et "Le roman de l'économie",  onglet 3  "Why do we left the left wings ?",  onglet 2  "Comment devenir un (e) athée du capitalisme". Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3,   LE ROMAN DE L'ECONOMIE,  ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? qui s'est emparés des désemparés ? qui a détressé les détressés ? qui a dérobé aux nécessiteux leur nécessité ? s'il y a faim il a, d’abord, affameurs, endetteurs, capital au noir ou argent clandestin, etc),  onglet 2.

Résistances au changement      Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

La façon d’écrire se nomme infini respect

 

Si ce blog a su retenir votre attention dans les 2100 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on trouve plus que prévu

 

 

Publié dans qui fuit le réel

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

lejournaldepersonne 30/07/2012 18:51


salut


impressionnant merci de l'image

imagiter.over-blog.com 30/07/2012 19:37



salut et


merci pour les contributions  de ce jour



JeH 30/07/2012 15:57


Ce corps planétaire terrien appelé mappemonde, j'aimerais bien
le rapprocher d'un autre, celui du corps humain, lui aussi subissant l'empreinte de l'humanité monomaniaque !





http://blogstephanieduboisart.wordpress.com/


 



imagiter.over-blog.com 30/07/2012 19:35



bigre big Terre nourricière...



JeH 30/07/2012 15:54


La conscience de notre empreinte écologique doit être empruntée
individuellement ET collectivement, associés. Un emprunt sans intérêts sauf celui de conserver notre unique capital qu'est la Terre.

imagiter.over-blog.com 30/07/2012 19:34



merci de ces contributions