L'épistémologie existentielle n'existe pas encore !

Publié le par imagiter.over-blog.com

 

Votre epistêmê, science, en grec, peut manquer d'incarnation…une étude critique en est admise qui détermine son origine logique, sa valeur et sa portée… 

Inventer comme des "épistémologues existentiels". Dans cognitif vous avez "cogner" – aucun mot abstrait ne peut s'abstraire, se retirer, se défiler, fuir devant sa concrétisation physique. Même le secret exhibe ses sécrétions et le concret ses concrétions… Et la connaissance (incluant le cognitif) c'est bien, au bout des comptes, afin de faire connaissance. Des relations relatent même la relativité générale, qui sous-tend toute la société, même et surtout si elle ne le sait pas ou bien ne veut pas le savoir…

La théorie de la connaissance ( cognitive du latin cognitum, de cognoscere) ne peut qu'incarner, personnifier, caractériser cette connaissance – en capacité, aptitude, disposition,  orientation, tropisme ou destination.

Une connaissance qui n'inclut pas tout l'affectif et tout l'émotionnel demeure dans le trop sommaire, l'abrégé, le simplifié, le bref laconique. Eprouver c'est prouver…Nul ne peut réellement penser sans la moitié de sa tête…Le QE (quotient émotionnel)demeure aussi fondamental que le QI (quotient intellectuel). Le dessèchement d'une pensée non nourrie aux sucs des sentiments et aux oligo-éléments des émotions – peut même être considéré comme nuisible. A n'utiliser qu'après ordonnance spécifique… L'universitaire doit même s'agrandir à devenir diversitaire ! Toute connaissance profonde implique tout le corps : nos articulations aident à articuler, notre prononciation même nous seconde lorsque nous désirons nous "prononcer" (soit dire notre opinion la plus profonde)…Etc.

Dans cette naissance d'un nouveau paradigme très unitaire, "l' épistémologue existentiel " serait la pièce maîtresse et centrale.

Ontologique, existentiel …l'ontologie ne concernant que l'être mais dans toutes ses dimensions – même métaphysiques – mais sans quitter, le moins du monde, la rive rationnelle…Le grec ôn, ontos, "l'être, ce qui est", plus logos, discours sur…lui offrant le refuge de l'ontogénique – l'ontogenèse récapitulant la phylogenèse – soit toute l'histoire génétique de l'Humanité résumée depuis la fécondation de l'œuf humain jusqu'à son état adulte…Vous pouvez en trouver une sensuelle-scientifique retranscription dans le livre gratuit "Les mamelles du repos" sur freethewords.org , oui cliquez sur l'onglet 1 !!!

 

Existentiel-le – l'existence étant considérée simplement comme une réalité vécue…

La difficulté provient de la nouveauté radicale du domaine…Ce qui nous astreint à passer d'un extrême à l'autre…L'avantage de n'avoir "besoin" d'aucune identité, pays, activité formatée (afin d'ex-sistere  ex "être placé"!) - c'est que tout reste définitivement ouvert...les engendrements demeureront éternels…etc.

Je ne "suis" jamais la question qu'on me pose !!! dit ce complet "libéré"…

 

Tout à l'opposé, qui est bardé, enseveli, emmitouflé de besoins d'identités, en poupée russe, des sous- identités de sous- identités, des reconnaissances permanentes de son "état", de pays de pays, de lieux et régions et clochers, de compartiments feuilletés jusqu'aux milliers, pour telle activité, telle autre, telle autre...Etc…sera toujours fermé sur le fourmillement de ses "possessions"…la stérilité de son œuf d'œuvre sera au bout de son obstination à ne pas aimer l'inconnu, le futur, l'imprévisible !!!  Toutes les questions le visseront encore plus dans cette anthropométrie … identification d'identifications d'identifications impossibles - le idem de identique formant tout le fond de l'id- entité (pareil à l'entité – oui mais laquelle d'entité ?)…

 

Face à ce gigantisme des nouvelles questions qui vont surgir de la nouvelle civilisation – qui de plus demandé, en un premier temps, qu'un épistémologue existentiel ?  

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

 (à suivre)

 

Tel que vous pouvez le vérifier sur le blog du 9 juin 2011 nommé Comment le développement personnel tourne au savoir- faire révolutionnaire ?, Toute l’histoire du rire en 5 textes. Ou encore, le blog du 16 septembre 2010 « Simuler votre cerveau vous offre toute la réalité » ou comment notre cerveau peut être magicien, etc…

Nous avons amassé un ensemble de techniques triomphales qui remplacent trop mieux le plaisir- loisir si arriéré…quelques unes des plus récentes sur ce blog ?: "Sourire vos digestions", "Comment l'œil vous respire l'univers ?", "Reposer le repos d'une question", "Piller les roupillons", "S'organiser autour des organes", « Butiner le but », "La pensée qui redevient fluide et prouve toute sa fertilité ?"; "Le dirigeant, celui qui sait dire le sens", " Le corps enthousiaste ? (1)", " Plus de noël du "ouiël", « La queste des questions », "Ne mets pas d’eau dans mon nectar","Présent-e-s ?" « Efface le face à face que reste- t-il ? » ou bien  "l'histoire du rire" en 5 textes, "La communication qui n'a jamais appris la communication réelle" ? ou dans la série " la série "Lorsque ne plus savoir admirer tourne à la maladie" (1) un blog a obtenu un titre à part " A votre égard tout sera égards". Grâce à qui ? certainement pas au capitalisme punitif qui nous cache que l'on puisse devenir tellement plus joyeux APRES son abolition…

 

Trouvez, aussi, un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits freethewords.org,   onglet 1  "Les mamelles du repos" et  "Remue- ménage",  onglet 2 "Présent !", onglet 3 "La diction du dictionnaire" ou comment rendre tous les mots physiques, et  Rien de plus solide que le solidaire , sinon,  onglet 4  "Nul n'est nul" ou, encore,  "Je ne parle plus à qui a raison".

Résistances au changement      Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

 

Si ce blog a su retenir votre attention dans les 1 500 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on trouve plus que prévu

4848844200_5410b2de30.jpg

Publié dans sciences

Commenter cet article