L'extrémisme économique est le fonctionnement réel du capitalisme (2)

Publié le par imagiter.over-blog.com

2611714554_cf5c83f6de.jpg

En aucun cas, l'économie financière ne fonctionne comme une main invisible***, elle ne fonctionne pas du tout à l'équilibre mais aux dangereux déséquilibres. Jamais à la moyenne des transactions. Comme nous le disions, clairement, bien avant les prix 2011 aux économistes***– ce sont quelques heures de décisions aléatoires, arbitraires et irrationnelles des Bourses (maximum 8 jours en un an) qui "font" toute l'économie. Donc il demeure possible de la "réguler" cette économie séismique (ses courbes se superposent aux courbes séismiques) à condition de cogner où il faut.

 

*** en l'occurrence, lauréat du prix du meilleur jeune économiste, Xavier Gabaix de New York, qui retrouvent les mêmes analyses que dans nos blogs "Activités des financiers" – de 1 à 6 – ou, encore, "l'économie des catastrophes" que vous pouvez retrouver sur ce blog !!! L'économie extrémiste (dite capitaliste) fonctionne uniquement dans les dangereux extrêmes…pas du tout dans un centre supposé si modéré et apaisé.

 

Oui oui , il s'agit de cogner le cognitif où il faut. Puisque ce sont les cerveaux des dirigeants qui sont détraqués. C'est vers eux qu'il faut centrer toute la pédagogie. ILS DOIVENT APPRENDRE LEURS LECONS. Or, nous manquons cruellement "d'offreurs de leçons". La lâcheté dirigeante ne tire que sur les pauvres, les faibles, les sans expressions. Or c'est uniquement sur ces dirigeants qu'il faut concentrer les efforts. En économie, ils ont tout faux !!!

 

En conséquence, c'est contre les puissants qu'il faut lutter. Et le plus frontalement possible.

 

Si l'économie est un extrémisme infligé par les trop grandes multinationales qui imposent leurs "rentes monopolistes" c'est après elles qu'il faut courir. Et les contrecarrer. La loi antitrust permet de limiter les tailles et les emprises. Ce n'est pas après les états qu'il faut centrer la lutte anti-monopole (absurdité extrême de l'Europe abrutie ?) mais contre les énormes et anti-économiques multinationales (dont les chiffres d'affaires dépassent allégement les budgets des états !!!)

 

Elles seules ont des MONOPOLES MONDIAUX qu'il faut briser. L'Europe peut le faire. pourquoi stagne-t-elle dans les l'illogisme flagrant de s'aveugler sur des sous sous monopoles "régulés" (les précieux services publics) des pays ? Serait- ce afin d'offrir aux monopoles MONDIAUX chaque pays ligoté sur un plateau ? Le privé la PIRE des anti-concurrences, avec ses monopoles extrémistes ? Puisque non "régulés" !!!

 

Au lieu de perdre du temps avec les radars, tournez tous les radars de l'intelligence contre les monopoles mondiaux. Limitez leur vitesse, retirez-leur des points pour mauvaises conduites. Puis tous leurs permis !!! ne leur accordez plus aucun permis sur rien, etc.

 

Il faut entrer dans l'idée ferme d'une "rationalité limitée" de l'économie. Et donc dans L'OBLIGATION DE REGULER. LE marché n'est surtout pas omniscient, il n'a aucune main invisible. Puisque la rationalité infinie des agents économiques que suppose la théorie ne se vérifie nulle part. Jamais l'économie ne fonctionne autour de la moyenne des agrégats, représenté par la courbe de Gauss autour de laquelle toutes les transactions financières sont supposées s'équilibrer. Archi faux ! dangereusement faux.

 

Tout est déséquilibré par les trop grosses entités. L'effet macroéconomique des immenses multinationales est ECRASANT. Tandis que les milliards de milliards minuscules décisions microéconomiques ne sont toujours pas prises en compte. Voir "La tyrannie des petites décisions " de  1990. Si ces avalanches invisibles mais massives de petites décisions reposent sur une vision très erronée de l'économie réelle – les dangers nous menacent toujours plus. Impacts plus qu'incompris des grosses unités économiques comme de la pléthore des décisions microéconomiques…Bref plus des 3/4 de l'économie nous demeure absolument inconnu…Voici qui nous désarme exagérément face aux cataclysmes financiers. Voir "L'arrogance de la finance" d’Henri Bourguinat et Eric Briys - de 2009

 

Les rapprochements (déjà analysés dans les blogs "Activités des financiers"***) et ceux qu'apportent Xavier Gabaix, tels la forte ressemblance des courbes des séismes et celles de la Bourse. Ou bien celle des lois de Zipf sur la distribution des occurrences verbales et qui permet d'entrevoir que le langage sera partie prenante des solutions "à" l'économie. Qui vont de limiter la taille et l'emprise des entités des mastodontes économiques qui, en quelques heures "d'activités" boursières prennent en otage le monde entier. Et pour une année. Bref, rattraper toutes les "régulations" qui auraient dues être rendues opérationnelles depuis longtemps. Jusqu'à vérifier que les cerveaux des soi- disant dirigeants aient bien été stoppés dans leurs courses aux déraisonnements et aux décisions si toxiques. 

 

*** si le fait que ces analyses économiques se prouvent en avance (et sont, ensuite, retrouvées par des professionnels indépendants) ne soient pas signalés en chapeau – c'est pour que qui suit ce blog soit conforté-e dans la certitude que toutes les analyses (même autres qu'économiques) qui s'y trouvent suivent toutes le bon sillon. C'est, d'ailleurs et d'ici, un des motifs qui nous ont conduits à créer des "groupes de réel" et à appeler le site freethewords.org "la bibliothèque du futur"…vaut mieux se concentrer sur sa fiabilité de fond que de courir après une gloire médiatique plus que frelatée (qui y tient les clés des réputations ne comprend rien à la réalité, n'est pas au courant des enjeux scientifiques, ne nage pas dans la culture comme un poisson dans l'eau, n'a pas, non plus, développé ses facultés vers toujours plus d'ouverture mentale – et ne détient donc aucune qualité qu'il lui permettrait, ainsi, de savoir qui est qui…

 

Face à l'extrémisme économique, les regards des politiques sont tous tournés dans la mauvaise direction. Ce ne sont pas les excellents services publics q'il faut limiter, en y supposant, si étourdiment et stupidement, un monopole caché. Mais bien les immenses multinationales à MONOPOLES QUASI MONDIAUX que, bizarrement, nul ne songe à limiter. Semblant même (conneries empilées sur conneries ?) offrir tous les monopoles si limités (car très régulés!) des services publics aux dangereux mastodontes multinationaux. Bref, désarmant les sociétés face à ces extrêmes périls.

 

Seules les analyses des extrêmes, les analyses des déséquilibres et des catastrophes, seules des synthèses immenses très anti- conformistes – vont pouvoir dompter l'anomalie capitaliste. Et nous en débarrasser une fois pour toutes.

 

Les soi- disant élites actuelles éteintes, mesquines, sans grandeur, dépossédées de toute vision d'avenir comme de toute synthèse magistrale – ne nous y conduiront jamais…

 

Nous ne sommes plus en sécurité dans leurs mains bien incompétentes…

 

Vive les aventuriers de la vie – eux/ elles seuls ont la taille des problèmes et des enjeux collectifs !!! Et toutes les armes existentielles et intellectuelles pour en formuler et mettre en forme les solutions…

 

(à suivre)

 

trouvez un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits freethewords.org,   onglet 2 "L'ardeur sociale", onglet 4  "Nul n'est  nul", onglet 3 "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), onglet 4  "La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir ". Et, aussi, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? etc), onglet 2.

Résistance au changement      Implique changement de la résistance

 

Si ce blog a su retenir votre attention dans les 700 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on trouve plus que prévu

 

Publié dans economie et politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article