L’important est de tendre vers un but pas de l’atteindre

Publié le par imagiter.over-blog.com

4548681436_ef86df811e.jpg

Vu dans un manuel de psychologie. Si pour la salubrité publique nous pouvions étendre cette maxime aux financiers aux spéculateurs (tous "illégaux" en plus) et aux pas assez responsables ou sensés banquiers ? Ne cherchez pas,  c'est très réalisable…

 

Démonstration…

 

Ne dit-on pas "jouer en Bourse" ? Dans le sens fort du jeu c'est celui- ci, seul, qui compte et pas le gain. Qui ne représente jamais le but du jeu (qui reste de jouer) mais un prétexte, un alibi. Et rien d'autre – sinon pas de "jeu dans le jeu" qui est spontanéité, fluidité de la liberté …même celle de perdre…Sans cela, ce ne serait plus qu'un racket unilatéral. Bref, ce ne serait plus "du jeu" ! Le gain n'est pas le jeu mais sa…perte !!! Puisque, universellement, il est admis (Jeux Olympiques obligent !) que "l'important c'est de participer" – non de, seulement, gagner !!!

 

"Jouer" en Bourse implique d'intérioriser toutes ces règles. Or que voyons-nous ? D'HYPERS MAUVAIS JOUEURS !!! qui refusent jusqu'à la liberté de…perdre…Dès qu'ils perdent ce sont les autres qui paient (nationalisation des pertes ou socialisation des pertes selon le plus hideux des tricheurs !!!).

 

La première conclusion surgit comme: ce sont les plus grands drogués jamais vu ces Boursiers. Accros au jeu au point d'en fausser toutes les règles. Et de s'auto hypnotiser dans la compulsion maniaque du "je ne dois que gagner" qui fait exploser tous les jeux. A de tels addictifs, ayant perdu tout sens du rée, un seul diagnostic. INTERDITS DE SALLES DE JEUX. Tout esprit sain, devant des "joueurs" aussi détraqués ne peut que leur interdire l'entrée des Bourses.

 

Mais - comme la pandémie d'irréalisation semble si ravageuse – il faut prendre le taureau par les cornes. Proposer une solution non plus individuelle (plus le temps) mais systémique. Tout le monde semble admettre que "ce qui compte c'est le jeu pas le gain". Gardons le jeu enlevons le gain. La très haute toxicité des Bourses c'est que c'est L'ARGENT DES AUTRES qui y est "joué". Si rarement ces drogués jusqu'aux paupières n'engagent leur argent "à eux"…Dans la lutte mondiale contre la toxicomanie – les drogués boursiers représentent bien le pire danger social, oui ou non ? Des produits de "remplacement" (avant la désintoxication complète) seraient "le jouer" en Bourse oui mais de l'argent fictif. L'important c'est de participer. C'est la fièvre du jeu qui compte non le gain. La méthadone sera de ne jouer que du virtuel, oui ou non ?

 

Les drogués sont "des malades qu'il faut soigner non des délinquants" (source, Portugal). Pour les drogués à la Bourse c'est du tout pareil !!!

 

Juste prévoir des espaces  où ils pourront "virtuellement" jouer. Mais où, plus jamais, l'argent des autres ne sera plus jamais gravement intoxiqué par de telles dérives!!! Et, les biens propres du "drogué à la bourse" se trouvant sous tutelle ou curatelle – quels que soient ses "rechutes" il ne pourra, dans le concret, plus jamais rien perdre d'important…

 

Et "l'économie réelle" (face, hier, à cette si dangereuse "économie irréelle" !!) se verra, enfin, mise à l'abri des junks bonds 00$ !!!

 

(à suivre)

 

trouvez un complément à cette réflexion sur le site internet à but non lucratif freethewords.org ,  onglet 3  "Why do we left the left wings ?", onglet 4  "La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir ". Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3,   LE ROMAN DE L'ECONOMIE,  ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? etc), onglet 2.

Résistance au changement      Implique changement de la résistance

 

 

Commenter cet article