L'intelligence de la mesure du génie sans nul pour la comprendre ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

4349241344_1d04c84509.jpg

Le vieil irlandais a l'éclair de sens de faire correspondre poète au verbe "flairer". Ce blog c'est plutôt économie et société – mais il permet des témoignages directs. Ceci en est un…"Flairer c'est comme savoir dénicher, savoir déceler. Flaire qui pressent, discerne dans l'obscur et le brouillard, prévoit ou devine – Et ce serait le seul lot du poète qui sait, ainsi, si bien "flairer !!! Poète que tout le monde sait tant diffamer – déjà, parce que tout le monde se dit poète au printemps, piétinant sans honneur les poètes véridiques - puisqu'il n'en reste pas lourd d'authentiques pour aller, si dangereusement, arracher le feu du futur au cosmos…

 

Les ricanements sordides des soi- disant politiques (voir l'étymologie) ou gestionnaires (idem) après ce poète qui devient "le dernier rempart et recours de la civilisation lors des catastrophes" représente, en fait, le plus bel hommage possible à son égard. Ne reste qu'à ajouter que c'est bien lui l'expert intégral du réel…mêmes les études scientifiques avouent que les 2 formes de cerveaux les plus "proches du réel intégral" sont - celui de l'enfant (sans arrière- pensée et qui est en plein dedans la réalité, sans recul jamais) et du poète- artiste (le seul cerveau qui vive l'expérience du réel à 100 %)…c'est dire que le montant des réparations pécuniaires pour les disproportionnées diffamations à leur égard – permettrait d'abolir toute misère monétaire sur la Terre !!! C'est vrai qu'ils en possèdent bien la carrure !!!

 

Ainsi, vais-je "flairant" - de tout instinct, de tout instant – le réel. Ce pourquoi j'affirme, le plus solennellement possible, que les capitalistes ne connaissent absolument rien aux affaires. Leurs "affaires" coûtent tellement plus chères à la collectivité, mais à la vie, mais à la Terre aussi – que ce qu'elles sont supposées leur rapporter. Ce scandaleux gaspillage, qu'est le si brouillon et trop stupide capitalisme, doit cesser : faire du "profit" ne peut plus être excuse, alibi ou justificatif pour toutes ces absurdités…c'est, plutôt, le signe d'une maladie mentale surgie d'un égoïsme trop toxique !!! Mon "flair" va en raccourcir la démonstration…

 

Ce blog a attiré mon attention sur le scandale des surdoués adultes – normal, à prendre les antisociaux capitalistes (qui coûtent si cher à la société) pour des hommes d'affaires et ne pas reconnaître les surdoués adultes ni à l'école, ni dans toutes les formations, ni au travail…1 million d"adultes en France !!! - c'est le même esprit très déréalisé et complètement déraisonnable… Ce fiasco des prétendues élites (sont- elles surdouées ou non ?) ouvre la route aux vrais grands esprits de notre époque…Comment vont- ils parvenir à notre regard ? Peut- être, par la déraison imposée à la société sommée de croire (pire qu'un croyant religieux !) que c'est l'instrument de mesure qui fait le surdoué – pas de QI mesuré pas de surdoué. Comme le chronomètre "ferait" le coureur. Pas de chronomètre plus personne "ne sait" courir. Pas d'argent, pas de besoins vitaux – non, aucun système n'a pu être plus barbare et inhumain que le capitalisme. De telles aliénations font froid dans le dos…face à cela le poète affronte la réalité à mains nus…Si vous n'avez pas de signes monétaires , vos besoins vitaux (manger, avoir un abri et des soins) demeurent et restent PRIORITAIRES sur toute chose. Ce sont, d'ailleurs, les "droits de l'homme" et pas la diarrhée que les indignes bourgeois veulent faire croire…

 

Ce qui veut dire, infiniment, que de se prétende intelligent, sensé et humain et de supporter, un 1/4 de seconde, la misère de la faim, du froid, de la soif, du manques d'abris et de soins chez les autres (tout ceci ayant un coût réel si dérisoire qu'il n'y a aucune excuse sinon la bestialité à ne pas l'avoir déjà fait !!!) vous range du côté des épaisses brutes barbares. Et vous ENLEVE TOUT DROIT DE DIRIGER quoi que ce soit. En effet, nulle "universalité" chez vous : tout le législatif vous est ôté des mains. Des brutes inhumaines ne doivent pas gérer l'argent commun. Aucun justice universelle chez eux : ce sont de dangereux nihilistes…Doublés de ces crétins absolus qui "croient" que les capitalistes connaissent les affaires – et qui doivent, d'urgence, être classés comme "inaptes aux décisions collectives". Puisque les "affaires capitalistes" coûtent tellement plus chères à la collectivité, mais à la vie, mais à la Terre aussi – que ce qu'elles sont supposées leur rapporter. Scandale qui traversera tous les temps…

 

Le poète serait le seul debout ? Pas à se planquer, en tout cas, derrière des mots aussi vides de sens. Mais qui font tant de mal et alimentent tant de souffrances chez nous tous…Bravo, une fois de plus aux authentiques habitants de la relation de gratitude au réel – nommée en argot capitaliste (qui ne connaît rien à la "valeur" réelle des choses et des êtres) – poésie.

 

Donc faire de la mesure de l'intelligence l'intelligence de la mesure ne sert à rien. Puisque nul, en bout de chaîne, ne semble digne d'en recevoir les résultats. De les apprécier à leur pleine valeur. D'en entrevoir la trajectoire tendue du potentiel entier. Et de se placer dans le futur précis de cette intelligence.

 

Bien au contraire,

le fait D'EXIGER, à sens très unique, ce genre de mesures – afin de prouver quoi au fait ?- se voit, soudain, toute coincé dans la posture piteuse de la très mauvaise foi. Les "résultats" ne sont "probants" que s'ils sont négatifs. Positifs, "ils ne veulent rien dire" – et on n'en tient pas compte. Tout semble avoir basculé du côté de ces capricieux superficiels qui ne reconnaissent aucune autorité, aucun poids de chiffres, aucune prépondérance, aucune prééminence, aucune primauté, aucune suprématie, aucune transcendance, aucune mesure objective et neutre qui puisse leur clouer le bec…

 

                                   sauf qu'en fait tout leur ECHAPPE …

 

relisez, ici, le titre de ce texte …

             L'intelligence de la mesure du génie sans nul pour la comprendre

 

   et vous allez flairer la véracité de cette phrase, ruisselante de la vigueur du futur !!!" »

 

merci à ce témoignage plutôt hors du commun–

 

                        Que le vaste humour vous grandisse et vous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

(à suivre)

            tous ces blogs sont bien reliés à une pensée globale

 

trouvez, aussi, un compliment à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits freethewords.org,  onglet 1  "Les mamelles du repos", "Remue- ménage" et "L'athéâtre",  onglet 2  "Comment devenir un (e) athée du capitalisme" ou bien "L'intelligence indestructible du capitalisme ?" et "La star des stars", "L'ardeur sociale" ou, encore, "Présent !", onglet 3"La diction du dictionnaire" ou comment rendre tous les mots physiques", et  "Rien de plus solide que le solidaire", sinon,  onglet 4 "Où trouver encore du sérieux ?", "Nul n'est nul", "Je ne parle plus à qui a raison" ou bien, encore, "Assentiments aux sentiments".

Résistances au changement      Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

La façon d’écrire se nomme infini respect

 

Si ce blog a su retenir votre attention dans les 2 400 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on trouve plus que prévu

 

Publié dans Victoires**

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

lejournaldepersonne 12/11/2012 06:54


wouaaaaaaah - vous savez toujours nous dénicher les plus GRANDS témoignages, ls medias à côté c'est du mauvais réchauffé - ça soulève ces mots si simples et qui traversent tous les murs...merci
trop !!!

imagiter.over-blog.com 13/11/2012 18:37



salut


Un autre commentaire qui mérite mention – "il y a des personnages qui, pour les approuver, nous obligent à sortir de nous-mêmes et de nos habitudes en
général"…pas mal, non ?