La Bourse sociale de l'attention individuelle**%% (2) – Son fonctionnement.

Publié le par imagiter.over-blog.com

3972959502_53d9280a92.jpg

L'attention est bien devenue un "produit" qui se monnaye sur votre dos. Comment ? Enfin, les bonnes réactions... L'économie vit "sur" le gratuit (venimant, derrière son dos, qu'il n'a "aucune valeur"!) et, pourtant, pris en flagrant délit d'aveu, genre "le gratuit rend le payant plus rentable"****. Il le booste carrément. Ce qui commence à devenir plus que rengaine: les banques utilisent vos dépôts monétaires pour les prêter à quelqu'un d'autre. Ce n'est pas son argent c'est le votre mais elle empoche la totalité des intérêts. Non, pas une partie comme le voudrait la morale et la visibilité du service peu coûteux rendu. Non non, tout ! ils prennent toujours tout selon le cercle vicieux du « the winner takes all the market », dont ils se vantent alors que c’est une très nocive tare…Puisque dès le XVI ème siècle, Adam Smith l'appelait 'l'horrible slogan" du "tout pour moi et rien pour les autres". Adam Smith ou le frontal ennemi du capitalisme ? CQFD ?

 

**** voir Chris Anderson - Free ! Entrez dans l’économie du gratuit -  2009. Qui explique, aussi, le pourquoi de l’attention portée à l’attention. "Une abondance d'informations crée une disette d'attentions." Herbert Simon, cité p. 209

 

 

Les infos qui nous (à notre attention) sont cachées : Il y a donc bien un PRIX à vos dépôts bancaires, facile à calculer sur les intérêts rentrés en banque !!! Qui ne nous est jamais versé. Pareil pour « ce que rapporte derrière notre dos » l’attention – oui la nôtre ?

 

L'économie du gratuit, identiquement, utilise vos contenus gratuits pour "rentabiliser" son argent sur votre dos. Hors toute équité de partage. 12 millions de blogs actifs et quelques milliers payés pour. Il y a donc bien un PRIX à vos contenus gratuits, facile à calculer sur les chiffres de différences de chiffre d'affaires entre le moment du mois 2010 retenu et le mois 2011 du calcul, par exemple, divisé par les clics !!!

 

Encore, cette industrie de l'attention qui n'est là que pour "voler" votre attention et la facture donc (sans encore partager les bénéfices) à qui se prétend le droit "d'attirer" votre attention. Il y a donc un PRIX à votre attention, facile à calculer sur le nombre d'auditeurs !!!

 

Mais là, nous préférions voir comment créer un L.B.O., vrai un levier pour changer la société : La Bourse sociale de l'attention individuelle…

 

Les bases du constat étaient que…"L'attention et la réputation ont clairement une valeur sans quoi les entreprises ne dépenseraient pas autant en publicité pour les influencer.***Chaque jour on donne un prix à l'attention : le prix pour toucher 1 000 auditeurs de radio pendant 30 secondes, la facture pour obliger 1 million de téléspectateurs à interrompre leur match, etc." (p. 187 - Chris Anderson - Free ! Entrez dans l’économie du gratuit -  2009)

 

**** "influencer", l'aveu est clair (tout ce que vous direz sera retenu contre vous !) d'une utilisation plutôt frauduleuse (en tout cas guère loyale)de l'ingénuité basique des individus. Abus de faiblesse, tromperies sur les buts de la marchandise, déséquilibre du "contrat d'écoute", harcèlement physique aux rentres dedans, ne laissant nulle possibilité de récupération de l'agressé pub pas licite (ée), etc…(liste trop longue).

 

Oui - "mais il y a dans le monde bien plus d'attention et de réputation que les médias et la célébrité n'en mesurent. Le problème est qu'on ne sait absolument pas combien." (p 188 - Chris Anderson - Free !). Et que les esprits très limités, hyper incompétents et si inefficaces (sauf dans les destructions!) des capitalistes NE S'INTERESSENT A RIEN D'UTILE SOCIALEMENT…

 

La transmutation de ce "problème" en solution? Peut advenir des Bourses sociales de l'attention individuelle.

 

La limite insurpassable – genre vitesse de la lumière – c'est que l'excès d'information crée une baisse de l'attention inéluctable et imparable. Vous tuez la poule aux œufs d'or si vous la sollicitez trop. La piétinant exagérément vous lui avouez, par la même occasion, votre irrespect total à leur égard. Le capitalisme vorace ne pourra plus déguiser ses hypocrisies envahissantes: chaque jour ce sont des pans entiers de la société qui "ne croient plus du tout" à leur moindre parole. L'excès de harcèlements ne peut donc plus se faire croire amical

 

Le principe était de bâtir une réputation et de la transformer en attention: déplacement de la valeur vers le capital attentif. Mais "l'usure" provoqué par ces procédés grossiers, indignes même des barbares – s'accélère. Dès qu'ils JETTENT UN INDIVIDU COMME UN PRODUIT, nous n'y croyons plus trop vite. Comme une bulle de savon qui chatoie mais crève si éphémérement…A l'ahuri désarroi des vrais gogos qui sont toujours les…arnaqueurs (ces si puérils personnages qui "croient" qu'on peut berner longtemps autrui sans que ceux- ci "n'apprennent" jamais)…

 

Toujours la même dérive, en forme de léger effondrement intellectuel, peut- on quantifier l'attention ? Est- elle mesurable, finie et convertible en vrais billets de banques ? Comme si quantité était raison. Et expulsait toute discussion hors de notre…attention. L'usage montre que, tout au contraire, la quantité éteint l'attention. Les inadmissibles donneurs de leçons (sur l'air de "donneurs d'ordres":!) du marketing, de la "com" et de la pub (ces arriérations mentales) ne pigent plus queue dalle, refusent, en trépignant, d'apprendre"leurs" leçons"…Chez eux, on croit avoir compris: or ce n'est que la surface émergée de l'iceberg. L'attention devient un manque, on n'approfondit plus. Des certitudes à trop bon compte. Et qui vont vous faire "tomber de si haut" dès que tous les débats de fond vont venir rugir*** dans la Société !!!

 

**** voir le blog " Le capitalisme est un extrémisme à classer près des terrorismes ?"

 

La psychologie universitaire placerait, elle, l'attention dans des catégories basiques, au même titre que la mémoire, par exemple. Sans bonne mémoire l'attention flotte. Sans mémoire entraînée elle gaspille des infos à la pelle. On ne voit que ce qu'on connaît déjà.

 

Oui oui, nous ne pouvons voir que ce que notre champ de connaissance nous laisse entrevoir.

 

On ne peut voir que ce que notre champ de connaissance nous laisse entrevoir. S'il est petit nous saurons/ serons petits. Voir n'est pas savoir si vous n'avez pas tous les rayonnages d'une mémoire fournie, de nombres de réflexions antérieures. Une profondeur de ressentis et de vécus, une résonance aux autres, une immensité d’envols de l’imagination…etc Oui, nous ne pouvons voir que ce que notre champ de connaissance nous laisse entrevoir. Quant au vécu, ce n’est pas notre environnement qui nous contraint du tout (peu d’influence de l’environnement sur le savoir) mais bien notre horizon d’attentions, nos disettes de préoccupations, nos privations d’ambitions, nos abandons d’usages intensifs des facultés et sensibilités.

 

Cette industrie de l'attention (qui n'est là que pour "voler" votre attention) avait omis d'aller apprendre du côté de la psychologie profonde. C'est par là que nous allons la niquer. Comme le blog (3) sur ce thème vous l'enchantera prochainement…

 

Que pèse, en effet, sa "neuro-économie" devant nos savoirs cumulés ? la "neuro-économie", vous emballez pas c'est juste vous comme des animaux, soumis à des impulsions électriques, on vérifie (si facile à leurrer) "l'impact des marchandises sur les comportements" mais, aussi, le sens des choix par rapport aux sollicitations (comment vous êtes encore assez humain pour leur glisser entre leurs doigts incompétents)…trop d'etc !

 

C'est que toute cette industrie de l'attention ressemble à un minable bricolage qui va plus tenir la route (morte née dans sa "bulle"!)…

 

Comme le blog (3) sur ce thème vous le démontrera, très prochainement, déjà lui échappe, entièrement, toute "l'assise " corporelle de l'attention.

 

(à suivre) **%% le titre du blog est extrait de ce paragraphe "Si l'attention que je porte aux autres est valorisée en proportion se la quantité d'attention obtenue par moi- même, alors un système comptable se met en branle, qui évalue quelque chose comme les cours de Bourse sociaux de l'attention individuelle. " Georg Franck en 1999 cité  p 211 - Chris Anderson - Free ! Entrez dans l’économie du gratuit -  2009.

 

*********************************************************************************************

trouvez un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits freethewords.org,   onglet 4  "Nul n'est  nul", onglet 3 "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), onglet 4  "La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir ". Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3,   LE ROMAN DE L'ECONOMIE,  ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? etc), onglet 2.

Résistance au changement      Implique changement de la résistance

 

Si ce blog a su retenir votre attention dans les 700 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on trouve plus que prévu

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article