La « commande »

Publié le par imagiter.over-blog.com

 

 

5115732745_31a8bf7ccf.jpg

Tellement d'individus semblent figés dans des impératifs congelés dans un passé assez lointain. Qu'ils n'ont jamais vérifiés depuis.  Autant dire leurs écrasantes responsabilités dans ce monde bloqué. Un de ces puérils diktats c'est "la commande".

 

La société, par des voies tout à fait intraçables, surgissant comme de l'intangible magique, ferait, ainsi, des "commandes". Commandes de romans, par exemple. Et tout le monde de se précipiter, pire qu'à l'armée, couture sur le doigt du pantalon. Les "libertaires" iraient encore plus vite – gardant, juste, le "libertaire envers que les autres" afin de renvoyer tout esprit critique hors de l'espace de cette commande…

 

Ainsi, toutes les subjectivités, toutes les singularités, toutes les individualités auraient été vidées d'elles-mêmes. Partout les mêmes clones, déguisés un peu différemment, hallucinés sur "la commande" !!! Plus de talents, plus de génies - que des robots et des formatages. Plus de spontanéité et plus d'initiative, et, comme le disait l'hyper progressiste Charles Darwin, c'est la mort collective assurée

 

Sans le moindre argument, sans aucuns engagements multilatéraux, sans jamais rendre de compte – trône, à part, la commande…Le sommet de toutes les prédations possibles !!! De ce fait, face à l'hyper progressiste Charles Darwin, seuls les ASSASSINS du futur de la société dicteraient la commande ?

 

Mais tout le monde d'obtempérer ? Les "lignes éditoriales" ce serait du bidon, les styles musicaux idem, les magazines seraient tous, en douce, alignés, etc ? Bref, il n'y aurait plus qu'une offre UNIQUE et toutes les demandes ne peuvent s'engouffrer que dans ce seul couloir ? La diversité des accès serait devenue très accessoire ?

 

A voir avec quelle indignité et quelle  disgrâce – ils en viennent même jusqu'à émasculer des blogs – nous les voyons, enfin, dénudé(e)s dans la pitrerie d'elles/ eux-mêmes…Ils se sont juste auto-hypnotisés. Leur commande de se montrer, ainsi, plus qu'IRRECEVABLE. Pure aberration !!! En dégouline de partout et leurs stridentes incompétences et les incompréhensions absolues de leurs cerveaux puérils. Ils se permettent d'effacer, d'un geste de leur frivolité poissée, toutes les sagesses humaines, les savoirs de toutes les civilisations, ainsi que les apports démontrés des sciences, etc.

 

LE CREATIF PRECEDE LE DIFFUSEUR. Sans le créatif et sa vitale spontanéité, rien à diffuser…L'authentique ne se calcule pas, ne se commande pas, ne se dirige pas: plus son espace de liberté reste vaste plus ses œuvres seront "collectives" ou "utiles"…Et il faut être devenu aussi dément que le show bizzz, les éditeurs ou les propriétaires diffuseurs, etc. pour croire l'inverse…

 

Les supports de communication peuvent changer sans cesse ce ne sont pas ces supports qui font OEUVRE. Les CONTENUS resteront, éternellement, dans l'humble équivalence du papier crayon…aussi, s'instrumentaliser la tête (jusqu'à la totale aliénation) de "croire" que les technologies font, automatiquement, culture. Qu'elles seraient supérieures et préséantes à tout athlétisme mental que reste créer, etc. – Or, et clairement, s'engluer dans ces chimères c'est vivre, en insistant, dans les seuls dénis du réel…

 

Les commandes des hédonistes des dance floors sont inaudibles, ils peuvent pérorer 10 000 ans, ces pépiements n'inventeront pas une chanson valable. Les maniaqueries compulsives des éditeurs peuvent "exiger" tel format, pas un seul livre "de valeur" ne surgira de la main de tels édits d'éditeurs…Les détrousseurs de contenus collectifs peuvent s'obstiner dans leurs prédations, ce n'est que de la terre gelée. Dès qu'ils auront disparus, avec leur espace hypostasié, les créativités refleuriront d'abondance…

 

La commande a infiniment TORT. Et ne crée QUE des torts partout…C'est elle qui conduit à ce monde "non durable". A l'effroyable perte d'intelligence collective. A la destruction de tout lien social. A la non visibilité des génies actuels (elles/ ils sont bien là). Mais que voulez- vous qu'ils/ elles fassent de la stupide quincaillerie de "la commande" QUI NE COMPREND RIEN A L'EPOQUE ACTUELLE ?  Qui se montre si incapable de deviner entre quoi se faufilent les connaissances, quels sont les développements scientifiques futurs prévisibles (techniques des trajectoires), ce qui est essentiel et ce qui reste accessoire ? Tout comme ce que penser veut dire ?…Enfermés dans leur monde dérisoire et inefficace (à part pour les nuisances) c'est à ces arriérés immobilisés "d'écouter"…de lire (!)…d'entrer dans la spontanéité intérieure qui délie, dénoue, libère et résout…

 

De les voir follement acharné(e)s  à vous tendre "vous ne répondez pas à ce qu'on attend"(de vous!) ou bien "vous êtes à côté de la demande" (et de bien pires hallucinations !), signe que ce délire n'a jamais été un fait acquis. Que ce monde à l'envers doive "dégager" afin que les pistes du futur soient bien "dégagés". Pour les spontanéités, les initiatives et les authenticités. VITALES.

 

Les éditeurs, show bizzzz, diffuseurs, etc. se sont révélés de très toxiques IMPOSTEURS. Voulant "prendre la place de l'écrivain" l'éditeur n'a plus du tout rempli son rôle (découvrir le futur, hagard qu'il se montre à se scotcher au seul passif passé)… Voulant "prendre la place du créatif" les crétineries insensées des formatages musicaux ont congelé la musique, ainsi, rendue incapable de "former" des mouvements sociaux authentiques. Théâtres, médias ou universités, etc.,  partout, ils n'ont produit que des catastrophes. Tout "bouge" mais plus rien ne SE passe…Produit oui mais rien ne SE produit plus…Et plus rien qui "soulève", entraîne, élève, emporte, agrandit, amplifie, embellit, surpasse, devance etc.

 

Echecs sur échecs, fiascos sur fiascos: voici ce que c'est de vivre sans concurrence. Réelle. La culture demeure le lieu stratégique des "vraies" infos : lorsque la loyauté, nommée, aussi, concurrence non dissymétrique et "marché libre" (actuellement séquestré), seront de retour – c'est là que nous le saurons, en tout premier…

 

La "commande" représente, ainsi, la plus grande nuisance SOCIALE actuelle …Le comble de l'incompétence radicale. La régression la plus barbare que l'Humanité ai connu.

 

De n'y avoir point participé va vous offrir des élans joyeux d'une intensité et d'une sensualité inaperçues depuis tant d'années..

 

Fallait être vraiment trooop bêtes pour avoir suivi ces malheureux régressifs…

 

No future – mais QUE pour vous !!!

 

(à suivre)

 

trouvez un complément à cette réflexion sur le site internet à but non lucratif freethewords.org ,  onglet 3  "Why do we left the left wings ?", onglet 4  "La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir " ou, encore,  onglet 3  "Légalité de l'égalité". Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3,   LE ROMAN DE L'ECONOMIE,  ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? etc), onglet 2.

Résistance au changement      Implique changement de la résistance

Publié dans corps des langages

Commenter cet article