La femme des rêves ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

2539030668_22bbab317c.jpg

         Comme une amphore la taille se tend, les seins sont langues tirées, mangues pendantes, tout ce corps fuit de fruit. La femme noire. Les cuisses sont pleines, genoux mûrs, les pieds se sont-ils haussés sur un pollen rose, un fruit ouvert porté par une langue nue. La PLANTE des pieds. A frémir jusqu'au fond de soi-même. Bien à notre tour d'avoir par le jeu des muscles horripilateurs - la chair de poule. La peau appelant à la rescousse tu plonges la tête sous l'aisselle de poivre. T'imprégnant les arches nasales des puissantes senteurs de bois en sueur sue. Le goût de fruit gorgé de cette peau épicée, avec ses rigoles sucrées, te conduit à la bouche, comme une double paire de lèvres, en un ourlet, gonflé de sèves et de rives.

 

C'est cette bouche dévorant la face, ces lèvres épatées ayant débordé de la pâte, c'est bien cette bouche nous faisant la moue de l'amour qui lui hisse le ventre au bord des lèvres, comme des barques d'arc, s'étalent, telle une charnelle serrure, au bout de laquelle les hanches et la porte d'amour posent si lourds. Des huiles grasses, les résines douces, coulent des arbres de sa peau. La pulpe charnue, tout le paysage concentré des fruits - ôté de l'écorce d'un soleil crépu, son corps est la première cuisson, la première onction et la plus naturellement fondue, enracinée, d'un oeuf de vie.

 

Sa démarche serpentine en est plus onduleuse. Jusqu'à la nuque arquée - cela rend bien plus élastique le port de la tête, ce qui vaut mieux qu'un port de pêche même velouté. Les paumes décortiquées, bois rendu lisse à se frotter l'une sur l'autre, se cambrant de soleil. Quand, entre les gousses éclatantes des lèvres, surgit la source rose comme une fraîcheur de langue, tu laisses tomber au pied de ce portique qui soutient le fronton de la forêt.

 

         Chutant en lourds plis de grâce. La tête te paraît petite au haut de cet arbre lustré de sombre terre, aux reflets allumés de cendres, sourdant la nuit. Comme une noix de coco lactée, le ventre rebondit, résonne de la profondeur des nuits comme la quelconque conque d'un vaisseau. Elle veut déjà te semer dans sa terre. Mais chaque arbre détenait son animal de feuillage. Enclenché sur une mélodie de feuilles, un lieu de plaies vertes, bouclés de fines tiges sanguines, vient bourdonner à ton oreille de tes papilles, beau papillon,. Cette femme noire était le pilier de la Terre à l'orée de la forêt du Secret.

 

toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident  vraiment ?"

 

                        Que le vaste humour vous grandisse et vous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

(à suivre)

            tous ces posts sont bien reliés à une pensée globale

 

trouvez, aussi, un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits freethewords.org,   onglet 4  "Nul n'est  nul", onglet 3 "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), onglet 4  " La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir " et "L'anticommunication comment ça fonctionne ?", onglet 2 "L'ardeur sociale" et "Le roman de l'économie",  onglet 3  "Why do we left the left wings ?",  onglet 2  "Comment devenir un (e) athée du capitalisme". Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3, Le Roman de L'Economie, ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? qui s'est emparés des désemparés ? qui a détressé les détressés ? qui a dérobé aux nécessiteux leur nécessité ? s'il y a faim il a, d’abord, affameurs, endetteurs, capital au noir ou argent clandestin, etc),  onglet 2.

Résistances au changement      Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

La façon d’écrire se nomme infini respect

 

Si ce post a su retenir votre attention dans les 3 200 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on trouve plus que prévu

 

 

 

Commenter cet article