La grosse escroquerie dite Economie ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

5106609349_d51d4d535f.jpg

1 ère partie - Tous les faits écartés des discours quotidiens de l'économie représentent la plus grande part de sa réalité

Peut-on offrir une vision panoramique, qui soit efficace, de l’économie GLOBALE ? En cherchant la représentation qui contient tout, inclut tout et permette d’expliciter, aussi bien, chacun de "vos" détails, comme chacun des "siens", des "nôtres" ou des "miens" ? Afin de parvenir à ce gigantisme inclueur, il faut sortir des routines des regards qui font ressembler économistes et commentateurs à des élèves qui ânonnent des leçons sans les comprendre…

 

1 ère partie - Tous les faits écartés des discours quotidiens de l'économie représentent la plus grande part de sa réalité

 

Déjà, vous ne pouvez qu'être que sidéré(e)s par la frivolité avec laquelle les faits sont enchaînés. Rien de tout cela ne peut fonctionner "ensemble". Ce ne sont que successions de mots sans sens "commun"…Dans les soi- disant lois "économiques" si peu échafaudées, étayées, articulées ou raisonnées – impossible de trouver le moindre sens global. C’est plus de la propagande que du sens qui tienne la route…

Comment enrouler la pelote du fil d'Ariane ?

Il faut bien commencer par un point afin de dessiner toute la trame, non ? Lors de l’exposition du « coût du travail » vous n’obtenez, ainsi, qu’un point de vue unique et des conclusions abruptes, nulle part argumentées point par point. De prime abord, le salaire minimal coûte toujours trop cher (et les revenus exorbitants – qui "coûtent" tant pour l'ensemble dit "Economie", jamais trop exorbitants!)…Au point que, pour les salaires minimaux, la seule solution "accessible" semble être le bénévolat complet. Par contre, il est incité à se montrer pire qu'âpres en ce qui concerne les revenus exorbitants. Qui "répondraient" à des compétences supersoniques…Compétences à semer la CRISE systémique dans toute la société ? On dirait…Plus vous nuisez plus vous semblez "recevoir"…Pourquoi ? Mystère! La seule explication assénée restera que les salaires minima sont causes du chômage, à eux tous seuls. Les législations protectrices des salariés (à mettre d'urgence en pièce, pourquoi ? parce que que, na c'est na voilà!) renforcent cette sensation de couvertures tirées dans un seul sens. Puisque les beaucoup trop hauts revenus, et leurs impacts possibles sur le chômage, jamais ne serait-ce qu'une fois, ne participeront à l'argumentation. Tous les faits écartés des discours quotidiens de l'économie

C'est un monde à part, extraterrestre, non soumis aux règles réelles (zéro impact, mais plus qu'une existence envahissante!). Vous avez un revenu (salaire, patrimoine, spéculations) qui représente l'équivalent de 22 000 SMIC et qui donc a l’impact de 22 000 Smic. Mais sans impact aucun: pourquoi, mystère reconduit aux frontières du réel…Seul le Smic semble impactant plus que tout.

 

Ensuite, le privé est présenté (sans argumentaire ni raisonnement visibles) comme toujours moins cher. Il "rapporte" tellement à la collectivité, il lui "économise" beaucoup - EN LUI COÛTANT TOUJOURS PLUS. Or, déjà, ne serait ce que les prélèvements énormes de ses dirigeants, implique bien que, dès le coût premier, il faille « récupérer cette part trop avide ». Cette surcharge encombrante. Ce qui ne peut qu'augmenter le coût final. La masse monétaire étant une quantité finie, si un prend trop tout le monde en pâtit. L’impact colossal des trop hauts revenus n’est jamais mis sur le devant de la scène. Et, pourtant, il est cité (comme de l’exotisme) que les 40 plus riches du monde ont autant que la moitié la pauvre de l’Humanité soit 3,4 milliards…Mais sans aucune conséquence concrète, ici et maintenant…seule la magie règne dans l'idéalisme forcené qu'est le capitalisme…C'est la "création de richesses" – en prenant énormément au circuit collectif de l'économie (que pour soi seul) on enrichit tout le monde (par cet argent métaphysique, surgi de nulle part qui n'appartient pas du tout à la "masse monétaire" (et ses agrégats M1, M2 ou M3)…Ce pire que mystère demande à être éclairci (nous savons que "seul"le travail et sa productivité crée de la valeur ajoutée, de la plus-value ! pas la prédation de vivre "sur l'argent des autres !!!). Tous les faits écartés des discours quotidiens de l'économie

 

Ensuite, n’est jamais mis en avant le coût global (et quotidien) des taux de changes qui atteint 1 500 milliards de dollars par jour. La partie spéculation – qui ne sert à rien pour la collectivité sinon se faire voler devant tous les médias figés- représente la plus grosse partie de ces 1 500 milliards de dollars quotidien. Il paraît rationnel d'empêcher toute possibilité de spéculations sur les changes. On ne voit pas ce que cela a d’économique de piller l’argent collectif. De bloquer les achats de devises sur une durée assez consistante c'est empêcher que les multi-mouvements cliqués à la seconde sur l’évolution des changes – ce qui est bien le sommet du raisonnable. Donc les fous au sommet vont faire tout l'inverse: inciter à la spéculation sur les changes qui PILLE presque 1 000 milliards de dollars par jour. Mais SANS IMPACT: un dessin SVP. Tous les faits écartés des discours quotidiens de l'économie. La collectivité n’a absolument pas besoin qu’un seul s’enrichisse désagréablement au détriment de tous.

 

Tous ces faits non exposés (bref aperçu) et tout ce qui se montre masqués (spéculations, revenus exorbitants, etc ) ne permet plus de hiérarchiser les impacts réels sur l'ensemble de l'économie. Si vous osez appeler cela « sérieux » ou fiable c’est que vous êtes plus que dérangés, non ?…

 

2ème partie --- Toutes les impasses logiques résident dans la démonstration même

( à suivre)

 

trouvez un complément à cette réflexion sur le site internet freethewords.org,  onglet 4  " Où trouver encore du sérieux ?, onglet 2  " Le roman de l'économie",  onglet 3     " Rien de plus solide que le solidaire" ou onglet 2  " Comment devenir un(e) athée du capitalisme".

 

Publié dans le ridicule qui tue

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article