La machine vaincue par qui ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

752223850_44a4a8ae8d.jpg

Les nœuds des réseaux se lient et relient en construisant leurs passerelles. Il y existe un versant très organique où nous pourrions reconnaître nos corps mais l'essentiel appartient à une réalité que nous ne pouvons ni percevoir ni contrôler ni, même, vraiment connaître. Toutes les machines vont et font infiniment plus vite que nous dans certains domaines.

Tout en se révélant très primaires et sommaires dans les domaines de réflexions globales, de déductions- inductions, de prises de décisions, de grandes visions synthétiques, de consciences des conséquences, d'ouvertures aux futurs, etc. tous domaines qui allient, fondamentalement, émotions, sentiments et pensées.

Être réaliste c'est bien de le savoir et défendre ce savoir contre toutes les perversions capitalistes. La machine ce n'est que le déroulement gigantesque mais unilatéral de données à foisons. C'est unidimensionnel, unidirectionnel, unilatéral, ne regroupant ni n'usant rien. Le non linéaire et le discret (formulations mathématiques) y est, malgré tout, linéaire. Le "déroulement" machinal c'est, métaphoriquement bien sûr, d'interminables colonnes de chiffres et de liens qui semblent former une trame serrée de notre réalité. Nous pourrions poursuivre en ce descriptif dithyrambique, mais la disruption saine c'est de montrer, plutôt, toute l'immensité de ce que la machine ne peut faire. Et qui reste l'essentiel de notre responsabilité et de notre (possible) amour pour les autres…

Détour obligatoire…" Aujourd'hui avec l'instantanéité, l'ubiquité et l'immédiateté, nous atteignons la limite de notre propre pouvoir, avec la menace de déléguer ce pouvoir à des machines" (Paul Virilio – Penser la vitesse)…nous n'avons, ainsi, pas le droit d'abandonner notre globalité, même en partie inconsciente d'elle-même, et pour cela calomniée, pour se laisser berner par des minables chatoiements de surface (la vitesse des machines, et alors ? Tout comme l'œil adolescent, par physiologie, est plus rapide que l'œil adulte déjà "engraissé" et que, donc, dans des jeux vidéos, automatiquement, il "bat" l'adulte, mais si rarement dans des jeux de réflexions…). Qu'il faut, réellement, être nuuuulll pour se faire niquer par les machines.

La machine ne globalise jamais, ne sait pas tirer pas de conclusions, ne sait pas trouver la main qui rassemble les données pour une décision qui englobe tous les paramètres, bref, ne sait qu'être sujette…l'arnaque à la machine c'est, principalement, de s'y soumettre. Et comme L'INTOLERABLE conformisme de vouloir, fanatiquement, y soumettre les autres…

Ce pourquoi, exactement, nous devons combattre tout conformisme lorsque 63 % de gens, prétendus normaux, veulent nous "imposer", par la violence extrême et sans fondement ni légitimité, des ordres farfelus "parce que" ce seraient des ordres de "l'autorité" (et alors ?)…ce sont eux, si unilatéraux, si machinaux, le plus grand danger social, oui ou non ? Le conformisme des assujettis à la machine repose sur un complet déni du réel. Nous avions conclu que : " Être réaliste c'est bien de savoir (que tout ce qui allie, fondamentalement, émotions, sentiments et pensées …) et de défendre ce savoir contre toutes les perversions capitalistes". Dans ces conditions, les conformistes NE SAVENT PLUS RIEN du réel.

Par contre, des individus multidimentionnels existent donc sur Terre qui savent mieux la globalité que n'importe quelle machine.

Et que – comme nous l'avons vu dans "Fragmenter la pensée" – le capitalisme est un complet irrationalisme, une perversion de la métaphysique. Puisque, intellectuellement, il ne peut prouver sa légitimité (aucun chiffre et aucun argument ne sont de son côté) – il le tente dans la métaphysique ("la main invisible" cette métaphore sur la division du travail qui devient tyrannique lorsque instrumentalisée!)…et, dans le domaine psychologique, le capitalisme fonctionne comme un flux de perversités (des intrusions déloyales) dans les flux d'intentions et de libidos qui constituent une société… Dans "les nœuds, des réseaux se lient et relient en construisant leurs passerelles", dont nous avions parlé, il SABOTE les connexions. Ce qui semble permettre au capitalisme de continuer à s'étendre (mais sans la téléologie de son futur). C'est appelée la stratégie perverse du guichet : alors que la Nature nous offre tout gratuitement, fermer, illégitimement, les accès, y installer ses prétendus services et rendre le passage obligatoire. Placer, arbitrairement, une file. Et donc – alors que la réalité demeure que nous accédons sans cesse à sa gratuité – avoir créé artificiellement un rétrécissement immense de tout. De 100 000 accès ou plus la chute "impensable" dans un seul…

La notion de réseaux devient ainsi un leurre. Devant cette situation démasquée, organiquement, il nous reste plus efficace de penser au savoir des animaux. Celui qui montre qu'ils bougent plus efficacement collectivement qu'individuellement. Ainsi, pouvons-nous assister aux ballets magiques des vols d'oiseaux, des bancs de poissons , des essaims d'abeilles, etc, qui, en un millième de seconde, CHANGENT DE FORME (changement instantané et bluffant de direction) face à un prédateur ou un obstacle. Cette hyper attention aux autres qui vous pénètrent dans la moindre fibre est possible, aussi, pour les êtres humains…et ce n'est parce que la majorité le fuit que la valeur ce cei n'est pas maximale !!!

Les meilleurs d'entre nous (donc les plus censurés ?) SAVENT être collectifs à ce point. Au niveau de la pensée, ils allient, fondamentalement, émotions, sentiments et pensées : ce qui forme le plus grand réalisme actuel. Comme des nœuds de réseaux qui se lient et relient en construisant leurs passerelles – ils créent tous les ponts, abattent les murs et rendent tout bien plus solidaire.

Ces individus infiniment réalistes d'être collectifs – restent le meilleur moyen que nous ayons de lutter contre la fragmentation la pensée…ils sont les plus grands défenseurs réels de la société c'est, précisément, pour cela que, maintenant, ils accusent les actuels dirigeants solidifiés dans les catastrophes qu'ils créent depuis 40 ans (la crise perpétuelle qui dure et remet ça : puisque ce sont les trop mêmes au pouvoir !). Qui représentent, actuellement, LES PIRES ENNEMIS DE LA CIVILISATION…

Rester dans la réalité, en sachant allier émotions, sentiments et pensées. Ne pas déléguer de pouvoirs aux machines. Devenir toujours plus collectif. Savoir surmonter la pensée fragmentée par l'ardeur du social. Etc…

            …quelques des éléments structurant  tous ceux/ celle qui ont vaincu la machine (sinon vous ne seriez pas là pour le lire !!!)

 

 

(à suivre)

 

trouvez un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits freethewords.org,   onglet 4  "Nul n'est  nul", onglet 3 "Légalité de l'égalité", onglet 4  "La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir ". Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3,  ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? etc), onglet 2.

Résistances au changement      Impliquent changement de résistances

 

Si ce blog a su retenir votre attention dans les 1 100 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on trouve plus que prévu

 

 

Publié dans Croque tes crocos

Commenter cet article