La Nature ne joue pas

Publié le par imagiter.over-blog.com

7988138060_c941f6c7ca.jpg

Elle n'a pas de seconde chance. Elle ne peut se "refaire". Elle ne peut, non plus, rejouer. Car elle existe jusqu'à toutes les racines du réel. Et l'argent ne s'enfonce pas aussi loin dans les profondeurs réelles. Au sens d'être fondé dans la nature naturante, il ne l'est pas fondé – donc, scientifiquement, il n'existe que comme une "opinion". Juste une greffe très superficielle de laquelle le '"jeu" immature ne griffe que peu les conséquences.

 

De plus, l'argent, oui c'est un arbitraire du signe (et pas le langage !) : soit, on "croit" à sa valeur scripturale soit on ne voit qu'un billet tout nu se leurrant sur sa propre valeur. C'est que l’argent reprend (mais d'une manière si sournoise que cela le condamne dès le départ!) tous les procédés des métaphysiques. C'est même pour cela que le capitalisme reste structuré comme une religion et que ses écrits ne sont qu'irrationnels…Ainsi, ses idées "martelées" (et juste parce qu'elles sont "martelées"!) se prennent pour de la réalité véridique.

 

Les exemples sont légions. Un seul : dans un livre d'économie de terminale en ES il aura été, ainsi, martelé qu'avec de faibles taux d'intérêts, il ne peut y avoir de krachs boursiers. A peine "martelées" les crises systémiques et les krachs planétaires pleuvent. Le but martelé c'est que, quoi il arrive, l'essentiel c'est de maintenir la mégalomanie que l'économie est une science. A peine un savoir pragmatico-empirique, éclaircissait Cornelius Castoriadis.

 

Le défaut très toxique de ces comportements n'est pas tant de se tromper mais de s'être rendus rigides à croire qu'ils "détenaient" la vérité au sommet. Ainsi séquestrée elle ne peut plus se montrer comme PROCESSUS. Et les erreurs d'anticipations pullulent dans toutes les sphères dirigeants…Les préjugés dominent partout. Alors qu'un regroupement d'attitudes toutes autres pourrait pallier les défauts du plus grand nombre.

 

L'anticipation c'est déjà de voir le présent tel qu'il est : dans les médias mercenaires (vendus au plus offrant – et sans garantie de probité d'information !), il n'y a plus qu'idéologies plus de réalismes. La manipulation de faire croire que de défendre l'ordre dit établi c'est ne pas faire de la politique, donc d'être réaliste et non idéologue, reste le pire des mensonges possibles. Démagogies et désinformations sont au bout.  Identiquement, dans les partis dits de gouvernement c'est la même asphyxie d'illusions. Et ils osent s'aliéner encore plus en braillant que qui n'exerce pas le pouvoir n'y connaît rien. Comme si un médecin "devait" s'inoculer toutes les maladies afin de les soigner ?

 

Ainsi, c'est par eux seuls qu'ils se sont rendus aveugles à l'ombre portée – les illusions du passé par exemple. Du plus trivial, si un organisme existe depuis longtemps il va durer (d'où ça, comment, qu'est-ce mais pourquoi donc – surdités absolues aux questions du réel) – au plus subtil…comme la culture des pouvoirs ne s'est jamais interrogée sur ses incompétences aux anticipations – il ne voit pas son "ombre portée" qui est disproportionnée du fait de ses fonctions. Disant ceci il va donc faire cela – et ce ne sera pas toujours par mauvaise volonté et désir de tromper…

 

Va-t-il alors privilégier tout ce qui vient du passé – sans voir les ruptures que le futur détient – et (troisième point) en barrant la route aux experts du futur. Le futur n'est pas la reproduction du passé : c'est ce que Gilles Deleuze tentait de faire comprendre à l'édition et sa mécanisation des chiffres qui tel une machinalité irréfléchie, plus que métaphysique, "pondrait" le génie à leur service ( voué à ne les rendre que riches sans que rien ne change, par ailleurs). .Deleuze expliquait que le génie étant inattendu, inclassable et imprévisible – cette vision à l'envers (qui ne regarde que vers hier) ne pourra qu'expulser , automatiquement et sans vérifications, toutes les sortes de génies…il ait raison à 100 % et l'édition tort à 100 %…A –t-elle changée ?

 

A l'identique, les entrepreneurs, vantés pour leur "flair" alors que ce ne sont que des "effets de système", se montrent incapables de voir tous les coûts exportés plus loin. Qu'ils s'intoxiquent à les voir, ici, comme des gains. Mais qui, s'ils étaient insérés dans un panoptique global, se feraient repérer tels de très mauvaises affaires, un manque de réflexion, de flair et une incompétence grave à la …prospective. Ce n'est pas parce pas que vous gagnez que c'est bon. C'est parce que votre activité rejaillit partout …de la sorte, les ingrédients de la prospérité collective existent bien mais sont sabotés, saccagés, anéantis, ruinés et détruits par ces égoïstes économiques…A cet égard, suite à un de nos écrits économiques, un des journalistes du Monde osa "il n'y a pas de circuit économique". Et donc "l'économie circulaire », vantée de convenir au futur (par le même journal !) serait circulaire mais sans circuit ? Lorsqu'ils ont commis leurs dommages, ces idéologues qui se font passer pour de non- idéologues, ce ne sont jamais eux qui les réparent !!!

 

AVERTIS – oui du bouleversement climatique qui est bien autre chose que le réchauffement climatiqueles pouvoirs sont avertis mais ne font rien. Rien de sérieux et d'adulte, en tout cas. Et les discours "à vides" continuent. C'est le soleil qui réchauffe : oui mais, alors, l'air des villes qui tue énormément ce n'est pas le soleil ; mais les espèces animales qui disparaissent à grande vitesse pas lui ; mais le gaspillage immature du pétrole et des ressources non renouvelables pour des comportements irresponsables d'adolescents attardés ce n'est pas encore le soleil. Etc. Et nombre de comportements de crimes sociaux (détruire le futur des autres!) sont ainsi glissés frauduleusement dans la hotte "réchauffement climatique"…pendant que les désastreux médias mercenaires (vendus au plus offrant – et sans garantie de probité d'information !) se vautrent dans les indignités de compter les "records" de destructions de notre planète. Et la Nature ne joue toujours pas.

 

Et la Nature ne joue toujours pas. Aucune question d'adulte : depuis les années 1970- 1980 que l'on puisse apprendre et comprendre l'évolution des populations – rien n'a jamais été fait pour la mise en place de Plans prospectivistes et exécutoires. Prévoir la formation des médecins des 20 ans et plus à l'avance – non fait (faut s'amuser avant tout, non ?) résultats, des "déserts médicaux"- Prévoir la formation des enseignants des 20 ans et plus à l'avance – ce qui n’aura pas été fait : résultats, des "manques criants"…, etc. et dans tous domaines identiquement : le capitalisme se montre tel le plus grand infantilisme absolument IRRESPONSABLE que la Terre ait portée…il ne prévoit rien il détruit tout !!!

 

Les questions ce sont plutôt : l'Allemagne avec sa fertilité hyper négative, et une structure d'enrichissement si défavorable à l'Europe entière, n'aura plus personne (ou pas assez !) pour porter sa croissance. Qui vient de l'appauvrissement par les institutions et les banques des pays du Sud ET par des exportations massives de produits. Or  - impasse – si ces pays n'ont plus rien afin d'acheter ces produits – il se passe quoi ? Cette croissance non pro-active mais lourde et passive ne fera que plomber l'Europe. Qui va la porter ? Qu'allons- nous en faire ? Le fardeau proche n'est pas là où le croit. Se gaver d'idéologie ne prépare pas aux ruptures. L'Allemagne va devenir LE fardeau de l'Europe (déjà qu'il y a la Grande Bretagne et la City si parasitaire !)…et nul  (dans les pouvoirs ahuris) n'est "dans" la réalité pour, seulement, l'entrevoir !!!

 

Apprendre à les formuler – ces ruptures prévisibles lorsque l'on sort de la "mécanisation du passé" -  afin de trouver la formule qui les contre ne se peut en quelques jours "de rattrapages" mais par des efforts de toute sa vie. Et les dirigeants actuels se montrent les plus incompétents possibles pour affronter les problèmes mondiaux, pour comprendre ce que le futur va être et pour dynamiser les volontés : avec eux les catstrophes sont au bout des mensonges structuralisés…Ainsi, les vraies élites mondiales sont toujours écartées des circuits de décisions. Où elle seules TROUVERONT LES DECISIONS DECISIVES.

 

            .celles qui changent l'avenir oui mais à notre avantage collectif "durable" !!!

 

toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident  vraiment ?"

 

                        Que le vaste humour vous grandisse et vous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

(à suivre)

            tous ces posts sont bien reliés à une pensée globale

 

trouvez, aussi, un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits freethewords.org,   onglet 4  "Nul n'est  nul", onglet 3 "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), onglet 4  " La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir " et "L'anticommunication comment ça fonctionne ?", onglet 2 "L'ardeur sociale" et "Le roman de l'économie",  onglet 3  "Why do we left the left wings ?",  onglet 2  "Comment devenir un (e) athée du capitalisme". Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3, Le Roman de L'Economie, ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? qui s'est emparés des désemparés ? qui a détressé les détressés ? qui a dérobé aux nécessiteux leur nécessité ? s'il y a faim il a, d’abord, affameurs, endetteurs, capital au noir ou argent clandestin, etc),  onglet 2.

Résistances au changement      Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

La façon d’écrire se nomme infini respect

 

Si ce post a su retenir votre attention dans les 3 200 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on trouve plus que prévu

 

 

 

Publié dans qui fuit le réel

Commenter cet article