"La Nature se met à l'heure de la finance"

Publié le par imagiter.over-blog.com

D'autant que les aliénations ne peuvent plus se fondre dans la masse, elles explosent toutes de ridicule: "La Nature se met à l'heure de la finance" titrait, le 10 mars 2010, Le Monde, tel cet excellent baromètre de l'effondrement intellectuel des classes moyennes. Nous attendions le bon moment pour pointer l'étiologie de leurs déréalisations. Cet insensé anthropocentrisme qui fait anti-fonctionner la Nature comme un humain, cette téléonomie à l'envers qui rend la finalité centripète, participe bien de l'esprit émeutier et insurgé du Monde mondain. Ainsi, foutent-ils leurs incohérences métaphysiques à falsifier les legs des Lumières. Pour les Lumières "l'économie de la Nature" formait le système englobant incontournable et "l'économie humaine" ordonnançait une sous- sous-catégorie, entièrement dépendante de la pérennité de l'économie de la Nature. Que de sagesse dans cette "naturalisation" de l'humain (son identité commune?). Le Monde comme torchon intégralement métaphysique (il "croit" en la création d'un argent extra terrestre, que les Bourses "créeraient" – bizarre qu'il faille, alors, "aider" qui "crée" TOUTES les richesses existantes, non ? n'insistons pas, les fous sont bien ceux qui ne veulent pas se soigner !!!) vous connaissiez ? Non et cet anti-journal nihiliste qui sait cumuler l'incohérence intellectuelle avec le manque frappant de sens pratique, qui vient de balayer, d'un geste de voyou, cette tradition rationnelle de "l'économie de la Nature" des Lumières ? Que la Nature engloberait les délires irrationnels de la barbarie économique (et pas l'inverse) fait douter du sérieux de ce journal au point qu'il en perd toute fiabilité. C'est fait et contresigné !!! Qui peut avoir confiance dans de tels grands délirants? Ainsi, ce qui est le plus réel se trouve, sans cesse, supprimé et effacé par l'arrogance des irréalistes au pouvoir. La Nature ne se mettra jamais à l'heure de la finance. D'avoir perdu du temps à formuler cet anti-raisonnement extravagant, ce journal retarde l'urgence qui ouvre que la finance doive se mettre à l'heure impérative de la Nature.

Vous pouvez continuer à décrire la structure dominante de la nouvelle bouffonnerie des effondrées classes moyennes – les effets des échanges qui changent ne pourront que s'amplifier…

        Etc.

Tout être raisonnable aurait dit "La finance se met à l'heure de la Nature "…Est- ce que des journalistes complètement déchus peuvent faire autre chose que tout censurer, tout cacher, tout planquer, ne faire entendre qu'une seule voix, autant que perdre tout contact avec la réalité et se d-éliter dans leur vide absolu ?

Bye bye and don't buy !

 

(à suivre)

Publié dans méthodes de pensée

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article