La sécurité financière sur le modèle sécurité sanitaire?

Publié le par imagiter.over-blog.com

6339914670_1d6fc20c7f.jpg

Tout comme la sécurité alimentaire et ses régulations et corégulations sont pleinement acceptées par tous les participants à la chaîne alimentaire d'ensemble – la finance doit se voir soumise à des règles de "sécurité alimentaire"…Elle est trop dangereuse pour la "santé" de l'économie – elle est même est toujours présentée par les médias comme étant malade, toujours proche de la crise de nerfs, de la perte complète de contrôle sur soi, en bouffées délirantes "irrationnelles", en surchauffe de températures, en dramatiques épidémies de mimétismes de comportements, etc. Sa dangerosité ressemble énormément aux dangers que peuvent faire courir les aliments. Donc les législations protectrices peuvent provenir de la même matrice de pensée. A savoir : un Paquet finance, corégulation avec acceptation signée de responsabilisation et de retrait immédiat de leurs produits s’ils mettent en danger l’économie !!!! Les producteurs de gains étant responsables de la sécurité des denrées qu’ils mettent sur le marché. Selon les plans cogérés de l’HACCP - Hazard analysis critical control point…aucune intervention étatique, ici, et donc pas, non plus, de ces scandaleux remboursements des krachs boursiers. Cela doit être accessible à l’omniscience boursière, non ?

 

En tout cas un modèle complet leur est opposable aux boursiers – et il le sera !!!

 

Parce que la finance internationale doit absolument être REGULEE. Seule la folie extrémiste du capitalisme financier ose que non. Tout ce qui est sérieux, normal, adulte, rationnel et sage affirme l'inverse. Le livre de Laure Bonnaud et Jérôme Coppalle – Qui contrôle ce que nous mangeons ? – août 2011 –  démontre la "perspective par le bas, qui consiste à examiner comment les acteurs de terrain produisent la sécurité sanitaire, ainsi que les ressources et les contraintes qui sont les leurs" (p. 7 – op. cit.). ce qui entraîne l'étude vers des situations ordinaires et multi-locales de production de la sécurité sanitaire plutôt qu'à l'examen exorbitant de crises plus globales. Il en ressort à quel point la notion de régulation de la sécurité sanitaire fait unanimité à chaque lieu de l'analyse. Ce qui est si vrai pour l'aliment ne le serait plus pour la finance ? Allons donc !

 

D'autant plus que cette fiance unilatérale réclame, à tue tête, elle, nombres de justificatifs, de preuves, de ratios, de documents, etc – provenant tous de l'exercice d'une régulation sur la filière d'activités et de produits. En conséquence de quoi, la finance veut de la régulation et de la sécurisation partout. Sauf pour elle-même. Cette prise de position de surplomb, dite "d'abus de pouvoir" exsude bien une mégalomanie latente et une paranoïa anormalement développée. L'incapacité proprement hystérique à se couler dans le fonctionnement commun, l'incapacité à supporter des règles de fluidité sociale, la pulsion exhibitionniste à ne jamais être comme les autres – tout en exigeant, simultanément et dictatorialement que tout le monde agisse selon des règles de régulations et de sécurisations – voici qui dénote bien un délire religieux que nous croyons disparu. La demande rêveuse que soient "admises" et son omniscience et son infaillibilité "naturelles" (sic) s'inscrivent, fortement, comme symptômes graves. Et donc psychiatrisables…

 

Devant cet extrême danger d'une finance sans sécurité sanitaire et sans régulation qui "garantisse" celle- ci – c'est à des non financiers d'imposer la tutelle sociale !!!

 

Soit l'exercice rationnel d'une "sécurité financière" – soit l'impossibilité radicale de décider par eux-mêmes !!!

 

                        Que le vaste humour vous grandisse et vous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

 (à suivre)

 

trouvez, aussi, un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits freethewords.org,   onglet 4  "Nul n'est  nul", onglet 3 "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), onglet 4  " La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir " et "L'anticommunication comment ça fonctionne ?", onglet 2 "L'ardeur sociale" et "Le roman de l'économie",  onglet 3  "Why do we left the left wings ?",  onglet 2  "Comment devenir un (e) athée du capitalisme". Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3,   LE ROMAN DE L'ECONOMIE,  ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? qui s'est emparés des désemparés ? qui a détressé les détressés ? qui a dérobé aux nécessiteux leur nécessité ? s'il y a faim c'est qu'il y a, d’abord, affameurs, endetteurs, capital au noir ou argent clandestin, etc),  onglet 2.

Résistances au changement      Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

La façon d’écrire se nomme infini respect

 

Si ce blog a su retenir votre attention dans les 2 100 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on trouve plus que prévu

 

 

Publié dans le ridicule qui tue

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article