La trop mauvaise habitude de ne pas aller contre les habitudes

Publié le par imagiter.over-blog.com

5653121585_2aa2cb2338.jpg

On vient tant nous harceler avec l'histoire des habitudes – ce qui devient une habitude … Mais la pire habitude c'est de ne pas aller contre les habitudes. Alors, là, le gros silence radio !!!

 

Nous ne sommes pas nés avec des habitudes déjà toutes accrochées à nous…elles se sont installées petit à petit…et nous ne pourrions pas les désinstaller ? Les habitudes ne sont pas un état naturel, impermanent…avant le portable il n'y avait pas l'habitude du potable…qui avait-il donc avant ? comment ça c'est insinué ? C'est la faculté de se remémorer, loyalement et avec tout le corps, qui nous fait tant défaut aujourd'hui…nous avons besoin, plus que tout autre, de ces êtres qui "savent" encore cette essentialité existentielle…oui ils sont devenus plus "importants" que les stars…

 

Sinon, les habits tués c'est la mort assuré…la rigidification obstinée en dessine, déjà, la claire image…comme le disait le Charles Darwin trop diffamé "tout ce qui est vivant reste souple et tout ce qui est mort est sec et cassant"…cette raideur roide, cette tétanie rigide c'est le tout de l'habitude…cette réponse erronée qui surgit avant même que la question soit posée avec une auto-tyrannie prétendant "on ne pas changer les habitudes" , un peu qu'il le peut…et plus facilement qu'on le croit – si l'on zoome sur tous les avantages que cette attitude sensée apporte…et que la rigidité du tout-consommation tente de vous faire gober troooop "impossible" !

 

La trop mauvaise habitude de ne pas aller contre les habitudes ?

 

Rien n'empêche donc le moindre changement sinon que vous soyez, intérieurement, sec et cassant comme…la mort, selon Darwin (le plus farouche opposant au "darwinisme social", évidemment puisqu'il y a évolution)…une évolution sans aucun changement avez-vous déjà vu cela ?

 

Plutôt que d'être engoncé, empêtré, affecté ou embarrassé dans un carcan de béton qui annihile tout l'éventail de vos adaptations possibles…vous vous trouvez dans un étroit couloir qui enserre vos ouvertures sur la vie dans 30 °…vous privant  des 180 ° disponibles…pourquoi être si masochistes lorsque toutes vos habitudes plombantes se sont installées il y peu ou un peine plus. Et qu'elles remplaçaient d'autres habitudes antérieures…et, qu'ainsi, aucune habitude ne peut être prétendue indéracinable…oui ou non ? Rien d'inéluctable, d'inévitable, d'obligé, ni d'implacable dans ces habitus des habitudes !!!

 

Habitus = manière d'être – entre l'habit et l'habitat, entre l'habitant et l'habitable, entre l'habituel et l'inaccoutumé…les  routines qui effacent toute possibilité de futur afin de nous engoncer, enfoncer, de nous empoussiérer dans un passé qui n'existe nulle part sinon dans nos fainéantises mentales ET affectives…

 

Egrenons…usages sans aucunes règles, sinon les arbitraires caprices qui voudraient faire que leur volatilité soit nécessaire…vagues de vogues dont chacune chasse l'autre avec l'aisance des marées…modalités des modes prétendues modestes…comment comment ? Utilisations, destinations, applications, emplois, usages, pratiques, us, coutumes, traditions ou engouements…tant de facettes différentes, tant de manières d'être et d'agir, mais rien qui ne soit marqué du sceau de la nécessité !!!

 

Même la trop mauvaise habitude de ne pas aller contre les habitudes !!!

 

Aucune habitude n'est plus  absolument nécessaire, aucune ne devrait peser comme un fardeau…et nous emprisonner la vie…rien d'obligatoire ni d'indispensable dans une habitude, rien, non plus, de vital ou d'essentiel ; aucune exigence causée par un besoin de toute première nécessité. Strictement rien de fondamental dans les habitudes, tout y reste accessoire ou secondaire !!!

 

En ce qui concerne les décisions de "changer" les habitudes – s'enclencher sur celles qui nous démêlent des démêlées, qui restent suffisamment décisives pour que du plein concret s'ensuive…si loin de la discorde des visions qui divisent et n'unissent pas, des controverses qui trop versent à la polémique…Résolus c'est, avec la solution, avoir mis en œuvre sa résolution…tout autant que d'en devenir déterminés, décidés, volontaires, intrépides et courageux.

 

Plus vous vous incarnez dans les solutions plus les choses "s'arrangent" comme spontanément…exemple : vous avez "résolu" le problème, automatiquement vous devenez "résolus" !!! Vous avez décidé, vous êtes décidés…vous vous déterminez à finaliser vous devenez, aussitôt, déterminés…etc

 

Les habitudes étaient un durcissement, une prise rigide de béton, une cimentation , une induration…leur résolution de solution liquéfie les faux problèmes, dissout les obstacles artificiels…

 

Et ne restent que la respiration fraîche du nouveau, la vue immense du champ des possibles, la source vivifiante de l'utopie (pas de l'atopie qui est privation) qui affiche son étymologie loyale de u- topôs – pas en ce lieu, donc "ailleurs" et pas encore ici…Et le réalisable (faisable très concret) se " réalise", se pige, se comprend, se conçoit, s'appréhende – mentalement – en tout premier…vous accomplissez, effectuez ou terminez, dans votre tête, la moitié de la réalisation est déjà prête et faite…Sans doute de l'envisagez ainsi emplit tout le visage de sa simple et seule possibilité…

 

Ah ! la trop mauvaise habitude de ne pas aller contre les habitudes…

 

Habitus des habitudes = manières d'être et d'avoir…oui manières…

 

                                   Suffit, alors, de savoir manier les manières !!!

 

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

 (à suivre)

 

Tel que vous pouvez le vérifier sur le blog du 9 juin 2011 nommé Comment le développement personnel tourne au savoir- faire révolutionnaire ?, Toute l’histoire du rire en 5 textes. Ou encore, le blog du 16 septembre 2010 « Simuler votre cerveau vous offre toute la réalité » ou comment notre cerveau peut être magicien, etc…

Nous avons amassé un ensemble de techniques triomphales qui remplacent trop mieux le plaisir- loisir si arriéré…quelques unes des plus récentes sur ce blog ?: "Sourire vos digestions", "Comment l'œil vous respire l'univers ?", "Reposer le repos d'une question", "Piller les roupillons", "S'organiser autour des organes", « Butiner le but », "La pensée qui redevient fluide et prouve toute sa fertilité ?"; "Le dirigeant, celui qui sait dire le sens", " Le corps enthousiaste ? (1)", " Plus de noël du "ouiël", « La queste des questions », "Ne mets pas d’eau dans mon nectar", "Qu'est ce qui nous "touche" donc?", "Que savent-ils qu'ils vivent aussi?", "Unité enchantée", "Soulagement", "Sous la chair des mots – la sensualité d’immensités…", "Les livres restent à jamais démocratiques", "Equanimités pour singularité "valant" mieux qu'une identité",  "Nous pouvons encore toujours plus connaître le réel: qui vous a fait croire le contraire ?", "Et tout à coup nous nous sentons bien", toute la rubrique des "Promesses tenues ?", oui oui "Le bonheur, un jeu où tout le monde peut gagner", "Présent-e-s ?" « Efface le face à face que reste- t-il ? » ou bien  "l'histoire du rire" en 5 textes, "La communication qui n'a jamais appris la communication réelle" ? ou dans la série " la série "Lorsque ne plus savoir admirer tourne à la maladie" (1) un blog a obtenu un titre à part " A votre égard tout sera égards". Grâce à qui ? certainement pas au capitalisme punitif qui nous cache que l'on puisse devenir tellement plus joyeux APRES son abolition…

 

Trouvez, aussi, un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits freethewords.org,   onglet 1  "Les mamelles du repos" et  "Remue- ménage",  onglet 2 "Présent !", onglet 3 "La diction du dictionnaire" ou comment rendre tous les mots physiques, et  Rien de plus solide que le solidaire , sinon,  onglet 4  "Nul n'est nul" ou, encore,  "Je ne parle plus à qui a raison".

Résistances au changement      Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

 

Si ce blog a su retenir votre attention dans les 1 400 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on trouve plus que prévu

 

 

Commenter cet article