La voiture prendrait de la bouteille ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

5015881244_a33065c5a3.jpg

Qui a égaré la journée sans voitures ? Où a-t-elle pu foutre le camp ? Nombre de personnes vont, encore, se planquer derrière le mot trop commode " de gauche"– pour refuser de répondre. Comme ils semblent, de plus en plus, ces individus prétendus "de gauche" dériver vers toujours plus de malhonnêtetés intellectuelles – avançons sans eux. La "Gauche" (!) (après la droite devenue une déchéance morale irrécupérable) va-telle devenir le piège à mensonges sur tout et partout ? Alors pourquoi le trou de mémoire qui ressemble à de furieuses trahisons ? Pourquoi de chez pourquoi ? Oui ou merde la voiture tue-t-elle l'air que nous respirons ?

C'est faire entrer la voiture dans la catégorie qui lui convient - les drogues dures. La tabagie automobile est insupportable. Surtout pour les passants passifs. L'alcoolisme mental des automobilistes (qui perdent toute dignité morale dès qu'au volant (pour les voleurs ?)). C'est ceci représente l'exact  CADRE du débat. Que la drogue dure "voiture" soit licite ne doit pas masquer LA CURE DE DESINTOX INELUCTABLE au bout. Vite. Qui rend la "licite" gnole bagnole" ? Mazette de big bigre! Les dealers eux- mêmes. La "caisse" où la porte à toutes les corruptions ? Les dealers se dévoilent, en effet, comme les immoralistes compagnies pétrolières qui ne partagent jamais les bénéfices, ne remboursent pas non plus "les services gratuits" de la Terre. Et qui stagnent, toujours, dans la démence furieuse de "croire" que le pétrole leur "appartient". Ca va pas les neurones! A peine les équipements (et c'est à vérifier!) leur appartiendraient- ils !!! Pétrole - "bien commun" soumis à décision collective la plus large…

Le léger problème c'est que cette décision va, vite, ressembler à une dérision. Qui, d'échéances en échéances  va aboutir à la déchéance collective !!! En effet, là, où il FAUT toujours moins de voitures y'en a toujours plus…Même le rigoriste journal La décroissance laisse passer "pour ma voiture c'est non négociable". Ah bon! À ce point ? Vous comptez chuter jusqu'où ? Vos délires individualistes, ça ressemble trop nauséabondement au trop droitier, Bush, non avec sa hideur "le style de vie étasunien est non négociable" ??? Bref qui veut CONCRETEMENT qu'il y ai une entame de solution aux voitures qui tuent l'air ? Que des paroles en l'air: c'est bien ce que nous pensions!!!

La survie de la planète vient d'identifier ses deux grandes catégories de dangereux ennemis:

-    la droite devenue une déchéance morale irrécupérable

-   autant que qui se planque derrière le mot trop commode " de gauche", parle pour ne rien dire et fait, systématiquement, l'inverse de ce que son annonce vocale prétendait (bref, existentiellement, montre un comportement  bien droitier!).

 

Les problèmes que nous, experts du réel complet, devons "résoudre", s'avèrent toujours plus complexes. L'écrasée majorité qui, s'affublant d'une mauvaise volonté permanente, cachée dans les plis d'un sournois entêtement, refuse, en fait, tous changements CONCRETS – nique toutes les possibles avancées que les "meilleurs d'entre nous" parviennent à enclencher. Faut donc leur faire entrer le "lard de la réalité" dans leurs rêvasseries inexcusables…

Reprenons voiture = drogue dure…Ouaiiippp: la bagnole d'un seul = le bagne pour tous…Très antirépublicaine attitude !!! chaque voiture représente un crachat à la gueule de la vraie démocratie !!! tout cet irréalisme qui DÉCLINE de regarder le futur en face – ne surgit que des dénis, gavés de mauvaises fois, de tous débats de recadrage !!! Hého ! la société BLOQUEE c'est parce que chacun de ses membres participe à ce blocage…Société BLOQUEE c'est tout le monde qui débloque…Plus de Raison, plus de raisonnements (donc plus d'action : penser c'est agir !!!)

Comme la tabagie = si le tabac tue, une voiture = 100 cigarettes dans son pot, sans "échappement" du réel possible – devrait avoir le label "voiturer tue". Tout comme l'avion = 1000 cigarettes se devrait d'afficher "l'avion tue" – pour le passant passif qui sait que l'air des villes pue et tue. Y – a t-il encore un seul adulte dans la salle ? Scientifiquement, le réel est isotropique (pareil dans tous les tropes, dimensions) – donc si "fumer tue", le plus élémentaire bon sens ADMET, qu'aussi, "voiturer tue" ou "avionner tue" !!! Faut donc SE SEVRER et tout de suite. Vous obligez les autres à votre tabagie automobile…Allez donc rouler ailleurs…ouais mais pas sur "l'espace public". Filez donc sur la terrasse…soit plus sur la Terre "publique"…Mêmes maux mêmes remèdes: tabagies automobiles, suivez la flèche: toujours plus DEHORS! Dehors et rata-dehors. La salubrité publique ne peut conduire qu'à toujours moins de voitures. C'est obligé, c'est inéluctable. Moins il en est parlé, plus l'irrationnelle violence risque de remplacer les "solutions-par-les-raisonnements"…

 

A quoi pensez-vous donc dans les embouteillages ? Même pas au fait que les UTOPIES vraies actuelles ne sont que le fait de qui provoque beaucoup d'irritations autour de ce mot. Décrétant, despotiquement, que TOUS les efforts pour tenter de réparer leurs dégâts et d'améliorer le monde seraient "utopiques" (sic). Tandis que ceux pour le détruire tr-è-s "réalistes". Or, le capitalisme qui n'est que le plus grand des gaspillages possibles, de la technique hyper puérile de "la terre brûlée" – n'est pas "durable" du tout. Non "durable" et carrément utopique, les hallucinations des drogués à l'auto qui "croient" (pire qu'irrationnellement) que TOUT LE MONDE PEUT ROULER EN MÊME TEMPS !!! Vous pensez donc de plus en plus mal. Embouteillage, mon cher Watson, c'est à cause des "bouchons". Bouchons qui ferment la bouteille de la raison et dénonce bien l'usage de l'automobile comme un alcoolisme !

Et le visuel là dedans ? Tu vois, elle voit-ure. Comme de l'hallu visuelle, de la rémanence rétinienne. Nous pourrions continuer à pourchasser longtemps tout le vocable qui tourne autour de la voiture: à chaque fois il décrit une "maladie"…Les descriptions sont, souvent, sans issues…

Pas les explications…

Toutes les solutions ne peuvent provenir que de "sortir du cadre" des routines. Des routines qui font ces routes qui défilent comme étant là depuis toujours. Y'aurait pas eu de vie si c'était vrai !!! Ouaiiiipppp, si, au début du monde, y'avait toutes ces équivalences de bagnoles la vie ne serait pas apparue…Et puis, ça se saurait si rabâcher tout le temps les même rengaines (ils osent nommer cela "réalisme" !!!) conduisaient aux solutions, aux ré-solutions des problèmes. Depuis que les bâches rabâchent en milliards de tonnes de mots, même pas un millimètre de concret n'a "intégré" les "solutions" pilonnées à longueur de société. Parler pour ne rien dire obtient la fonction D'EMPÊCHER LES SOLUTIONS !!!

Or l'écologie "politique" c'est quoi d'autre ? Avant que les élections lui fassent atteindre le chiffre, le pourcentage nécessaire, aux prises de décisions – la planète sera détruite. 2 ou 3 fois déjà. Plus ? D'encore mieux que, puisque, au moins 50 % des inscrits ne votent pas, le pourcentage électoral se montre très menteur (il ne prend en compte QUE les votes émis!!!). L'écologie "politique" ne pourra donc s'exécuter que "contre" la majorité des citoyenn-nes, uniquement par la contrainte et la répression...

 

Tandis que l'écologie "existentielle" au tout concret, dans chaque détail de la vie de tous les jours, du concret encore du concret-  peut, seule, créer un changement collectif. l'écologie "politique" non ! Faire ruisseler l'écologie dans chaque filament du quotidien, obtient l'exponentialisation des solutions. Tous les moyens d'expression basculent à l'écologie. Nombres d'artistes se donnent à fond puisque ce n'est plus faire accéder au pouvoir une poignée "qui va se retourner contre nous", ensuite. Mais "servir" un maître sans exigences, sans monopolisations, sans exclusives, sans répressions: la planète…Tous les festivals qui tournent en entropie (chanter des paroles qui disent L'INVERSE de l'habillement "commercial" où elles sont chantées – non! ce n'est pas très malin!!!) – deviennent "collectifs" à semer des aboutissements concrets. Ne plus tant discuter que FAIRE !!! Transformer chaque geste par l'écologie…etc. (liste trop longue) Et puis, même profiter des "chiffres" de l'écologie "politique". S'il apparaît que 10 % de la population adulte totale (données d'inscrits et de votants "corrigées") – sinon 20 % dans certaines régions – eh bien 1 jour sur 10 ou bien 1 sur 5 peut être, concrètement, sans voiture…. Un jour sur 10 ou bien 1 sur 5, voué aux transports non individualistes (taux d'occupation 1,2 personne dans 1 voiture: plus grand gaspillage on ne trouvera pas !) donc transports collectifs. Tous les co-voiturages généralisés, les voitures "libres" (comme les vélolib'!), les copropriétés nombreuses sur un seul véhicule. Donc, bien le toujours moins de voitures. Les plans vélos vite mis sur pied – alors qu'il est fait, encore aujourd'hui, "comme si" le vélo n'existait pas. D'un taux d'utilisation moyen de 0,7 nous étions passé à 1,1 en 2000 et toujours 1,3 en 2010. A ce rythme là, il faudra attendre 3222 pour qu'un pourcentage raisonnable voit le jour…

LE CONCRET, en écologie, accélère tous les progrès. L'écologie "politique", elle, par contre semble RALENTIR (voire annuler) toutes les percées collectives. Elle dessert bien plus la planète et l'écologie qu'on ne croit (pour le vérifier, allez sur le site internet freethewords.org  (commencez par l'onglet 1 !!!)…

 

Tant que ce n'est pas EXISTENTIEL dans la vie quotidienne, reprenant la moindre  bribe des styles de vie, pour la transformer, méthodiquement, et au ras des pâquerettes – l'écologie montre un côté fumiste monstrueux…

En tout cas, si vous pouviez nous expliquer pourquoi nous ne "croyons" plus dans l'écologie "politique" – n'y voyant qu'un AUTRE moyen d'accélérer la destruction de la planète par un excès d'abstractions inaccessibles – nous restons preneurs(ses)…

Du concret et de l'existentiel – nous y "croyons", par contre, et les souder à l'écologie  - encore plus…

 

En tout cas avec des mentalités comme les nôtres – impossible "d'oublier" les jours sans voitures". Jours égarés par qui déjà ?

 

(à suivre)

Publié dans sciences

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article