La vulgarité d’un cœur qui a déjà sacrifié toute l’Humanité

Publié le par imagiter.over-blog.com

7986942594_f095386183.jpgIl était évident (nous l’avions noté) que la plus grande des grossièretés bourgeoises viendrait se vanter (comme d’un bienfait) de détruire la planète. Chacun de ses nouveaux mensonges repose sur la dénégation du précédent :J ici, le mensonge précédant disait nous ne sommes responsables de rien, oh la la que non – la nouvelle vérité, qui cache un plus gros mensonge, devient nous sommes bien les destructeurs de la planète, nous en sommes fiers – mais c’est pour votre bien. Quel culot, vous dites vous, jusqu’où perdront- ils toute dignité ?


Le livre qui ose que le changement climatique (l’auteur s’est arrêté à « réchauffement climatique » ce qui, déjà, démontre une certaine méconnaissance du sujet, une voix non autorisée à en parler sinon comme émasculatrice que la presse vante, pourtant, comme un devin du futur !) oui ce livre c’est « journal intime d’une prédatrice » de Philippe Vasset, la honte et  le vautrage sans vergogne. D’abord, pourquoi se cacher derrière le féminin et ne pas dire « prédateur », ensuite « intime » est faux puisque se flattant de saccager la vie des autres »pour leur bien » ce serait « extime » ?…

 

Le changement climatique va, donc, devenir un voyage cosmique, une autre splendide terre va surgir (conte de fées pour cancres attardés) des ravages (reconnus !). C’est donc ceci le changement de mentalité indispensable : voir un progrès dans la régression capitaliste (cette claire folie qui, exigeant d’expulser tout réel hors ses lubies, ne peut que détruire la planète par monomanie !). Le changement climatique « procure une accélération » dans un monde bloqué, qui, à part les finances irrationnelles, ne bouge plus. Surtout pas dans la réflexion, toute de niveau pouponnière…Une des fumisteries du « changement inchangé » : « l’Arctique va devenir la terre promise d’un capitalisme exsangue ». Tilt, choc choc retilt, boumbadaboum ! l’ignominie du livre repose sur sa défense fanatique du capitalisme (toujours sauveur de tout !) : or s’il est exsangue comment pourrait-il sauver, nous amener à un nouveau monde et le fonder ? tout cela pour une entité exsangue ça fait 4 fardeaux de trop !!!

 

Simplisme de simplets – les tout nouveaux fanatiques du capitalisme ont plutôt l’air idiots. Tout est affaire de conversions, cingle-t-il, lorsque nous ne conversions plus de conversions (tous débats de fond étant interdit, de fait !). Le seul durable, chez cet auteur, reste bien qu’il soit dur de la feuille…

 

Puisqu’il persiste : au contraire, il faut « embrasser le changement annoncé et comprendre qu’il est porteur de fabuleuses richesses ». A part le refus maladif de changer du capitalisme fou et la vieille arnaque de projeter dans le futur, toujours le futur ah que là le capitalisme va tout sauver et partager…Nous pourrions « être mis en confiance » - commencez par restituer, selon la légalité, les 15 % de richesses mondiales que le capital s’est monopolisé depuis 40ans, et participez, non comme des voyous barricadés dans vos « villes privées », à la vie commune (dont vous « profitez » bien plus que les autres)…ce seront, déjà, de…fabuleuses richesses. Pas la peine d’attendre !

 

A ressassement complet, la folie capitaliste hurle ses fables creuses – afin de ne jamais entendre les voix qui portent les sérieuses solutions alternatives. Si on n’en parle pas (ou fait semblant « d’ignorer » !) imaginer quand et comment concrétiser ? La déréalisation capitaliste est trop dangereuse pour ne pas la signaler sans cesse…Ne plus en parler que comme un malade !!!

 

Le seul mot qui fait trembler cet auteur est le mot DURABLE – sous employé par les opposants aux mensonges…même « réchauffé », chaque jour prouve que rien de durable dans les lubies capitalistes. Là qu’il faut appuyer sans cesse pour briser le blocage d’une société immobilisée toute devant les dangers. Et, puis, au niveau de l’exigence intellectuelle, réclamer que ces fanatiques déshonorés (depuis 2009) nous montrent, de  manière existentielle, tout ce que comporte le mot DURABLE  (avec exemples concrets) pour prouver qu’ils savent, au moins, que penser existe. Et que refuser (comme eux !) toute intelligence, comme toute pensée, n’a, certainement, pas de futur…

 

Puisque, à part leurs bruyants délires, nous ne les voyons plus produire le moindre réel « durable ». Nous les voyons se racornir à des comportements de marginaux sans gêne, fusant de dégueulasseries, se vautrant dans leurs bassesses (fermer la société à tout débat de fond). Puisque (sociologiquement) leur petit nombre et leur style de vie à part – en fait de vrais marginaux, que la majorité veuille bien « embrasser le changement » de les traiter comme tel. Leur tourner le dos et leur fermer l’oreille. Pour enfin écouter les adultes coriaces : les seuls qui pourront nous sortir de ce merdier

 

N’oublier pas que vous venez d’observer toute la vulgarité d’un cœur qui a déjà sacrifié toute l’Humanité (et qui, pour cet acte, est glorifié par les médias !). Celui d’un petit gourou du capitalisme qui va répandre, à plein, son épidémie loufoque. La vulgarité d’un cœur qui a déjà sacrifié toute l’Humanité…et « juste » pour faire quelques phrases bidons sur notre dos…Clair, que nous ne pouvons absolument plus compter sur eux…ils ont viré complètement fous…

 

(à suivre)

 

vous pouvez trouver une suite sur le site internet  freethewords.org

Publié dans le ridicule qui tue

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article