LE FOND DU FRONT DE REFUS (on change pas le styl' 2 vie)

Publié le par imagiter.over-blog.com

Nous avons tous butés contre une sournoiserie entêtée qui refuse de parler. Parler leur semblant déjà une défaite. Toute interactivité réelle les placerait donc en posture d'échouer, et comme un navire qui s'échoue sur un visible sable. Conclusion: ils ont déjà perdu mais il reste "dominants". Comment expliquer ce mystère ?

La psychologie posturale peut nous offrir une analyse serrée, d'autant plus perceptible que vous la pratiquez, déjà, quotidiennement. Mais du fait de la brièveté des blogs préférons l'approche "langage non verbal": si vous n'exercez pas sur vous, régulièrement, des exercices psycho-corporels vous devenez susceptibles d'être manipulés. Du moins désinformés à 100 % ou 10 %, mais effectivement. Afin d'approfondir ceci, voyez notre thème "méthodes de pensée" et la 1ère patrie de "Dernière métaphysique: le profit?"…

Bon, le trou dans la couche d'ozone, les gaz à effets de serre, la destruction des biotopes, la désertification des terres arables, etc. Rien ne semble suffisant pour convaincre ces esprits dégoulinants de mauvaises fois. Les convaincre de quoi? Que les activités et les styles de vie humains peuvent mettre en péril la planète et notre humaine survie.

Les médias fous, dans le sens qu'ils se rendent totalement irresponsables des conséquences de la délinquance sociale généralisée qu'ils prônent (c'est eux les dealers, mec!) – profitent de la propension au "simplisme" intellectuel. Ainsi, la stupidité (qui peut devenir criminelle) des opposants au Giec et de leur argumentation, leur sied. Dans le monde BD, pour enfants attardés, que ces effondrés arriérés médiatiques, nous proposent, le plus long des raisonnements "soutenable" ne doit pas excéder 20 secondes. C'est dire, qu'intellectuellement, c'est toujours une escroquerie. Nous ne pouvons plus avoir confiance dans ces ennemis inamicaux de l'Humanité, dans ces bourreaux de sa survie. Leur argument "20 seconde-média"? Le soleil chauffe donc c'est lui qui crée le (changement) réchauffement climatique. Pas les activités humaines (il n'y a pas de corrélations, ont-ils le culot, êtres sans honneur, de clamer). Tout cela est très bref mais vérifiez c'est ce genre de "pensée bébé" irresponsable qui domine dans ces médias fous.

L'escroquerie devient de mettre tout dans le même sac: le trou dans la couche d'ozone, les gaz à effets de serre, la destruction des biotopes, la désertification des terres arables, etc – nul ne peut douter que ce soit des conséquences des activités humaines. Mais l'imputabilité est moins directe pour le changement climatique. La haute trahison par rapport à l'info (si le deal fut: nous pouvons tolérer les dérapages des médias à condition qu'ils nous délivrent les informations les plus complètes et les plus objectives. Ils ne doivent pas nous dire que penser mais nous fournir, républicainement, toute la matière pour penser) de ces médias dominants leur ôte toute LEGITIMITE. Ils ont perdu toute autorité, se sont effondré dans l'inexcusable sordide. Comme le dit, joyeusement, un ami à nous "ils sont tombé en haut!"

En conséquence, voyons pourquoi ces médias ne peuvent survivre sans un simplisme outrancier ? Clair déjà que ce sont des ennemis de l'intelligence qu'ils excluent de partout: listez-nous une liste de grands esprits, scientifiques ou autres, qui "passent" chez eux. Comment ça ne remplit même pas une page? Tandis que vous avez 22 000 kilomètres d'imposteurs en tout genre, genre qui n'ont rien à dire à personne sinon répercuter (collabos) les mensonges des financiers cachés? Ce genre de médias devraient, législativement (cf Plan B), être écartés de toute possibilité de diriger, politiquement, le monde. Tout en eux suinte la sournoise délinquance mentale. Il n'est pire voyou que qui commet le crime intellectuel, disait notre Lautréamont. Donc les médias, les grosses putes des financiers, doit semer la délinquance mentale partout. Le fond du front du refus c'est NE PAS CHANGER DE STYLE DE VIE. Quoi qu'il arrive! Ce n'est dit nulle part: la méthode dite "exténuer les raisonnements", déductivité négative, vous aurait géométrisé que c'est la seule réponse qui tienne la route à l'irrationalité centrale: en effet, alors que la planète est en danger comment peuvent-ils toujours plus s'enfoncer dans des puérilités immatures?

Parce qu'ils sont prêts à tout, à toutes les bassesses, même les plus sordides, même les plus suicidaires, même au prix de la fin de la vie pour ne pas modifier d'un millimètre leur style de vie mortel. D'où ces perversions maniaques: oser que seul le soleil provoque le réchauffement (hé! Il est parlé de changement, le réchauffement n'est qu'une des centaines de variables!) climatique c'est "justifier" qu'on peut tout continuer tout pareil. Les hommes ont créé la Terre et la Nature n'est pas nature. C'est elle l'artifice, et l'homme pourra lui "extraire" la vie à coups de technologies, etc: avez-vous, réellement, tenter de "résumer" (20 secondes) toutes les rêvasseries ? Ce genre de raisonnements qui pisse sur ses godasses ne peut venir que d'esprits détraqués. En psychiatrie: de maniaques compulsifs. leur style de vie, de bout en bout, se montre compulsif. Aussi, qui tente de les raisonner, afin d'y mettre fin, obtient, souvent, le durcissement caractériel du mono-maniaque. C'est pour cela qu'ils paraissent totalement fanatisés.

Nous avons tous butés sur l'incompréhension abyssale: ce style de vie est assez banal, il en existe plein d'autres, rien en lui ne peut "mériter" la destruction de la planète. Voire la guerre civile. Alors? Médicalement, nous possédions là la preuve que le capitalisme est "sans choix", qu'il ne dicte que sa dictature, puisque les corps se montrent incapables de concevoir des alternatives à leur fonctionnement. Ils sont sans cesse dans une impasse, égarés, perdus, aveugles et sourds. Leur suggérer de modifier, par petites touches, leur manière de vivre – c'est détruire leur petit monde artificiel. Si fragile qu'il ne répond à aucune des lois de la Nature. Ils se sont auto-enfermés dans un bunker et sont devenus très dangereux, d'être si fermés aux messages du réel, et si incompétents au concret. Notre corps garde trace de ses apprentissages: probant que le capitalisme ne leur a jamais appris à percevoir, expérimenter, pouvoir comparer tous les choix possibles (si vous analysez bien: "tous les choix possibles et ils sont tous empêchés sauf un" forme le terreau de l'utopie, qui, à certaines périodes historiques, paraît le comble de réalisme. Qui n'est pas utopique, alors, ne sait plus rien du réel!). Le capitalisme est donc un entêtement qui dénie tout réel et refuse toute possibilité d'autre choix. Sa démiurgie même (y'a nous ou rien!) représente un danger réel pour la planète. Style: ils sont peut être en costards cravates mais ils sont tellement déments que la Terre obtient le droit légitime de dire "barrons la route au terrorisme bourgeois"…Le capitalisme mono-maniaque montre une terreur sans borne devant tout dialogue, toute alternative, toute différence. Ses monologues foutent partout le désordre...

Récoltes: le bourgeois ne fonctionne que par délinquance intellectuelle: mauvaise foi (réception) et mauvaise volonté (émission) forment ses deux moteurs. Aucun raisonnement n'atteint ces truands mentaux. Les faits ne les voient que sinuer dans de permanents dénis du réel. Ces êtres ne peuvent être qu'à la charge des autres. Incapables de penser par eux-mêmes, ils ne sauront jamais ce qu'est la Justice ou la vérité: ils représentent le terrain actuel du fanatisme le plus démentiel qu'ai connu la planète. L'entêtement borné dans une mentalité mortelle.

Conséquences: que ce soient par délinquance mentale cachée et sournoise ou par maniaquerie maladive – les résultats sont identiques. Nous ne pouvons plus laisser de tels détraqués perturber tous les circuits de décisions. Nous devons les placer sous tutelle immédiate.

Pour nous, apprendre le changement postural: la joie sereine doit régner en nous. Nous étions blessé(e)s par ce monde détraqué et ces esprits pervers: le fait que nous soyons contraints de prendre les rennes nous oblige à leur "rendre leur dû". Toutes ces perversions mentales, morales et affectives sont les leurs. Nous n'avons rien à voir avec ces sordides individus (glorifiés par les médias fous!). Filons leur le choc en retour, le retour du refoulé ou tout autre concept voulant signifier cet invisible processus. Nous devons, ainsi, physiquement nous habituer à de nouvelles posturalités: dire, décider, faire, c'est nous désormais. On n'y respire plus pareil, les muscles s'activent différemment, autres digestions, sommeil auto-dirigé, usage d'un athlétisme intérieur qui use des dons de simulations du cerveau gauche etc. Des éléments de réponses vous parviennent – alors qu'ils ont tout faux, ils parvenaient à rester "dominants". Le postural y était pour beaucoup. L'adossement affectif aussi: alors qu'ils mentaient sans dignité et sans cesse (par truanderie mentale ou maladie) ils se nourrissaient, intuitivement, de l'amour collectif. A notre tour. Enfin, (ne jamais instruire les salauds, hé con! Lorsque t'auras pigé que con est vraiment un compliment et salaud un signe de répulsion nous "saurons" que la masse critique est pour dans quelques jours!), selon les mauvaises lectures permanentes et qui omettent l'essentiel, soit pour 1789 "comment ils ont fait, jour après jour"? concret, hé con! Les témoignages d'accélérations mentales, de surchauffes des pensées et du volcanisme de certains échanges verbaux – pour nous, admettre de passer "à la puissance supérieure".

Régner (sans ambition personnelle), posturalement, c'est se permettre de simuler et stimuler le gigantisme de sa chimie interne, de ses sucs intérieurs – par usage d'émotions et de pensées "simulées" par notre "cerveau magique"…Plus un minimum d'exercices psycho-corporels: un seul exemple, nous ne connaissons plus la colère (ils sont ignobles, mais notre colère vécue les avantage dans le trope l'œil du "voir c'est savoir" que beaucoup savent faux mais qui domine encore). Nous possédons une "colère froide" permanente mais elle ne s'extériorise plus. Elle sert à alimenter nos ressorts de répulsions, d'écœurements, de réprobations et de fiertés de n'être surtout pas comme ces échecs ambulants (glorifiés en "success story" parles médias fous!)…Ce flash rapide juste pour qui est "vraiment" en première ligne pige les techniques et que les conformistes béats ne puissent rien capter de cette splendeur. Alors A+ ou AA ?

 

(à suivre)

Publié dans sociéte

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article