Le libéralisme refuse les libéralités dont il séquestre le nom

Publié le par imagiter.over-blog.com

246071944_72c7d41b66.jpg

Le tout dernier repli enkysté de la propagande capitaliste c’est l’aveuglement intégral sur ceci : le capitalisme serait le seul système qui garde ouvert l’ensemble de tous les choix possibles. Le défaut cinglant c’est que cette vision ne demeure qu’idéologique, pas question d’aller vérifier dans le réel, de se confronter aux faits, pas question de réfléchir ou de questionner la chaine de causalités qui conduit à une si aberrante et si cruelle illusion.

 

Comme si de s’être laissé droguer par la régression capitalistique vous plaçait, automatiquement, au- dessus du sort commun. Et que, quoi que vous disiez, cela devient génial, par essence. Mais ces halluciné-e-s à la drogue dure capitalo ne sont plus capables du tout de se voir tels qu’en eux-mêmes. Voyez-les donc, hissés sur le dernier de leurs grands chevaux, à pérorer stupidement. Ceci :

 

Moi je défends le choix de tous (sous- entendu vous pas !). Tous y ont le même droit donc ont le choix. Mais, dans la réalité, ils n’ont rien de tangible en ces options puisqu’aucun vrai choix. Tout est décidé pour eux, sans leur avis et même contre eux. Drôles de mises en pratique du choix.

 

Bon si c’est comme ça, na voilà ! faut abolir la réalité, la supprimer, l’effacer. Ouf ! nous retrouvons cette auto-régulation (que pour le petit nombre) qui, concrètement, dérégule, dérègle, bousille la vie du plus grand nombre. Leur bouffe leurs dernières libertés de manoeuvres.Les coince de partout afin de plus radialement et vite les dévaliser.

 

Mais mais jamais jamais la défense du droit au choix de tous n’a été tant défendu par les béats  « croyantrs » dans le libéralisme. Cette façon de dévaliser la société par le haut. Donc je vous laisse le choix mais je prends le choix de vous spolier et vous n’avez pas le choix : où est le choix ? ha ha ha ! « J’ai » le choix donc le choix existe…oui j’ai le choix de continuer cette anti- société que vous subissez  (comme le plus grand nombre), donc vous avez le choix que j’ai…hébé ! 3 capitalismes et bonjour les dégâts !!!

 

La « dérégulation » a, amplement, prouvé qu’elle n’a que des aspects hyper nocifs, très destructeurs du social et nihilistes du futur commrun. LIVRES A EUX- MEMES, LES TROP RICHES deviennent la partie la plus monstrueuse d’eux-mêmes. On ne peut les laisser sans surveillance, sans règles régulatrices. Et sous leur règne insensé bien peu ont, concrètement, des choix qu’ils peuvent vivre réellement.

 

Nous voici dans le dernier des derniers bastions de l’absurdité capitaliste. Le dernier de leur repli…ensuite, ils ne pourront que cèder…Et vous voyez à quel point ce dernier repli est puéril. Brandir « le choix des autres » (tout en leur ôtant, grossièrement, tout droit de s’exprimer – bizarre !) , s’en faire des « boucliers » fiscaux, sécuritaire, égoîste, exorbitant, inégalitaire, etc…juste afin de radoter… « mais ils ont le choix » ,« mais ils ont le choix ». N’est- ce pas les humilier plus encore de les brûler à l’acide corrosif de sentir que « non ! ils n’ont aucun vrai choix ! » et qu’ils ne pourront même pas le dire. .

 

Ces quelques éléments servent, ainsi, de prémices de compréhensions à pourquoi ce libéralisme refuse tous les débats de fond (quels choix !), toutes les réelles libertés d’expressions (quels choix !), toutes les participations réelles à la démocratie (quels choix !), tous les contrôles tangibles sur ses manières de séquestrer les pouvoirs (quels choix !), tous partages concrets des plus- values collectives (quels choix !) ou tous accès, en tant que créateurs, à la culture collective (quels choix !)…etc. En clair, ils excluent la majorité des citoyens de la société et se monoploisent, illégalement,  tous les leviers du fonctionnement de la société…QUEL CHOIX NOUS LAISSENT- ILS ?

 

Dans le meilleur des cas, d’ailleurs, si vous aviez un choix quelconque vous n’avez bien aucun moyen de l’exercer, non ?

 

Et, ces déshonorés moraux, politiques, intellectuels, sociaux ou affectifs (ayant cru apercevoir qu’ils pouvaient blesser en disant « socialismes ou communismes pas de choix » !) se sont mis à insister là-dessus (mais sans fondement théorique réel). Puisque, après la période 2007- 2010, plus rien de la théorie capitalisre ne tient encore debout – comme son tout DERNIER argumernt. Eh oui ! tout dernier argument qui ne marche plus du tout cette baudruche.

 

Ils n’ont plus rien (eux en fait n’ont plus beaucoup de vrai choix existentiels !) d’autre, comme relais et complices, que vos inerties et vos paresses intellectuelles…Nous allons voir à quel point ils niquent bestialement leur « laisser faire » et « laisser passer » dans un (2) de « Le libéralisme refuse les libéralités dont il séquestre le nom ».

Libéralités, largesses, générosités, abondances, noblesses, ofrrandes, présents, cadeaux infinis- partout il trahit son nom (libéralisme, qui est pour toutes les libertés, je vous libère de …). Il trahit, de plus, sa fonction d’APPPORTER TOUTES LES ABONDANCES POSSIBLES ( abondances matérielles dans le cadre de la durabilité de la Terre et de « ses » ressources – pas les nôtres a priori- abondances d’amours et de fêtes, abondances de cultures et d’apprentissages, abondances de partages sociaux, abondances de solidarités…etc)…

 

Puisque qu’il NE SAIT PAS être libéral - Soyons- le à  sa place. Libertés partout (voir le 2) et abondances en tout et pour tous (tel qu’esquissé ci- dessus) !!!

 

A voir comment il s’est vautré, jusqu’à sa si sordide avidité trop déshonorante, dans l’auto- régulation CE libéralisme indigne ne mérite plus aucune liberté …

                                               économique, s’entend. Qui va (en nombre !) le regretter ?

 

(à suivre)

trouvez un complément à cette réflexion sur le site internet à but non lucratif freethewords.org ,  onglet 3  "Why do we left the left wings ?",  onglet 4  "La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir " ou, encore,  onglet 3  "Légalité de l'égalité". Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3,   LE ROMAN DE L'ECONOMIE,  ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? etc), onglet 2. Résistance au changement      Implique changement de la résistance

Publié dans economie et politique

Commenter cet article