Le règne non durable de…(…) de…

Publié le par imagiter.over-blog.com

3762263803_2d7fc2a57d.jpg

Le fond de ceci est, limpidement, une fuite complète du réel.

La structure commune se dit comme planquer, dissimuler, masquer, escamoter, tous les moyens rationnels et intellectuels qui permettent de pister pourquoi fuient- ils le réel. La conscience du gigantisme de la catastrophe, que leur mentalité pernicieuse et leur style de vie assassin PROVOQUENT, affleure parfois. C'est alors, la frénésie pour fourguer la causalité directe à de très improbables "z-ennemis" (seule nécessité : qu'elles/ils ne puissent répondre) pour que n'explose pas que "les classes moyennes" représentent le SEUL ENNEMI UNILATERAL RESTANT.

Ennemies de la planète et de toute la civilisation: leurs maniaqueries définitives (refuser de progresser et d'évoluer, tout en exigeant de soi-disant "inférieurs" toutes les "flexibilités", ne semble pas refléter une rationalité mentale bien solide !). Ils ont viré carrément fous/folles, mais avec la maniaquerie compulsive du rangement (penser c'est juste classer, ils "entendent" une musique et se précipitent sur une étiquette, surtout pas "l'écouter", voient un livre se ruent sur la case pour ne surtout pas le lire, frôlent une conversation vite les coupes- conversations pour la couper de partout, qu'elle n'existe plus, etc) – il est difficile de le percevoir directement (tous les psychiatres vous expliquerons que les souffrances psychiques les plus extériorisées sont les moins profondes !)…

Donc ils semblent, encore,"régner" mais que sur des illusions, des leurres et des trompes- l'œil: mettez– les en contact direct avec le réel de la rue, ils tomberont en miettes !!! 

Toute une batterie d'obstructions de tous les accès au réel et des signaux qu'envoie celui-ci, se dessine clairement. Derniers sursauts de la bête acculée ? D'ailleurs, le fait que, pour ces détraqués graves, le "réalisme" n'apparaisse que comme une privation (pas ci, pas ça…et non une plénitude de oui à la vie) et une exclusion (j'ai le droit à ci mais pas vous, donc je vous spolierai encore ; j'exige que vous vous laissiez dépouiller en silence et avec approbation, autre nom exact de la "mondialisation heureuse" ! ) aurait dû vous alerter extrêmement.

Réalisme vrai: tout  inclure, tout comprendre, tout partager…donc aucune exclusion, aucune bêtise- prétexte et aucun capitalisme dépendant et parasitaire…Out !

 

Toutes ces années de cruautés si navrantes "juste" parce ces fous furieux refusent tout changement (si nécessaire !) de leur style de vie. Style de vie de fous complets et complètement inadmissible: ça a assez duré. Plus de patience. Notre patience est devenue non "durable" !!! Nous avons assez enduré…

 

 

 (à suivre)

 

assez enduré…ce qui ne peut plus durer ?

quoi quoi quoi qui nous laissait cois…quoique cois…

 

que ce soit les trop riches qui causent massivement tous les déficits...

 

que "d'ignorer" (non pas analphabétisme mais dédain, mépris, morgue, irrévérence, faire exprès de ne pas voir) ceci: que tous les déficits actuels ne viennent QUE des trop riches (15 % des avoirs publics "détournés" pour eux depuis 1975 – montant des déficits ? Tiens moins que ces 15 % ? Tiens tiens, tu le tiens ?). Que, suivant ce raisonnement, les anti-réformes actuelles sur chômage, santé ou bien retraites, non seulement se démasquent trop iniques mais d'une insurpassable bêtise (refus de tout réalisme global: le trop riche coûte infiniment trop cher à tout le monde – pas le très pauvre !!!! et ça va durer et s'amplifier que cette vilenie !)...

 

Le règne non durable de…qui alors ? oui da

de ces riches qui causent massivement les déficits. La radicale nouveauté du changement de point de vue comme du droit, d'ascendance morale, à normer qui vient de changer de socle – sont notables (tels les "notables" ?) . Ou dit, autrement, on ne voit plus les choses pareils et ils ont perdu tout droit de nous faire la leçon. Comme une nouvelle page infinie où tout reste, encore, à écrire, s'ouvre à nous. Tandis que leur livre poussiéreux et jauni ne montre plus de pages résiduelles. Les déficits c'est les riches: ils seront toujours sur la défensive, position qui reste, souvent, défavorable!

Ainsi, tout ce qui est vrai peut être utilisé d'isotropique façon. Si c'est vérifié comme vraisemblable ici, toutes les chances que ce le soit là restent entrouvertes. Un exemple introductif ? Guillaume Leblanc dans "La pensée Foucault", 2006, observe que la gouvernance mondiale ne veut pas revenir sur l'existence même de la pauvreté, ni dans sa forme absolue ni relative. Et ce malgré les engagements bidons qui disqualifient tant les dirigeants. Comment "croire" à une parole que l'on ne "tient" jamais ? Ils ne (se) perdent qu'eux-mêmes. Et d'ajouter: "Elle entend seulement s'attaquer aux effets de la pauvreté". Cette phrase devient exacte et précise lorsque nous l'articulons en "seulement s'attaquer aux effets de la richesse" (définitivement sous-entendu pernicieux, négatifs, dommageables, parasitaires fardeaux et boulets à traîner, à normer etc.; vous pigez la chaîne enfilée de connotations et le désoclement effectué !!!). La richesse, dans une pensée globale et synthétique, s'est montrée puissamment nocive au point de vue du social. De plus, elle représente (chiffrée!) le plus grand danger pour l'économie collective. Enfin, elle désorganise complètement la Société. Un aussi petit nombre causant autant de catastrophes, ce n'est plus admissible: il faut les "corriger". Simplement, en reprenant leurs grilles de lectures et en les posant sur eux, sur leurs comportements réels et les conséquences toutes de leurs existences. Dans un temps pas si lointain, ceci ne se nommait qu'objectivité !!!

Le renversement intellectuel se montre déjà entièrement effectué. Irrémédiable, la réalité forme des canaux directionnels bien sujets aux masses critiques. Ces "entités" gigantesques (ou l'esprit collectif ou…l'appellation compte si peu dans de tels cas!) ne sont maniables que par qui sait être/ et rester "sous la ligne de flottaison des foules". Paroles d'experts! Ensuite, inéluctablement (c'est déjà parti…ce qui va "arriver" !), comme dans l'univers, le temps que met la lumière de l'étoile pour nous parvenir. Un laps de temps. Comment connaît-on le plus rapidement ce laps ? Les paramètres polyfactoriels les plus pertinents ? Essayez donc les laps des lapsus (plongées abyssales, raccourcis des concaténations lorsque l'on articule trois mots plus loin en même temps que l'actuel…) !!! Les esprits qui savent suivre les trajectoires mentales, factuelles, affectives, de masse et d'énergie etc. ont été trop délaissé: telles se montrent les rançons de toutes les négligences. Immenses compétences ? Avoir surpasser toutes les murailles de tous les préjugés, le corps vécu comme un aigle fendant le ciel et les pensées contaminées de ces survols si comestibles, etc… Fichtre que cette Société ridicule se prive du meilleur !!! Combien de cerveaux exceptionnels d'exclus pour la consternante stupidité nommée Economie (tant qu'elle ne saura pas "économiser l'économie", nous apprendre à nous en passer – elle ne pourra être considérée comme "sérieuse" !). Eh oui ! plus vous aviez "ignoré" dédaigneusement l'essentiel, plus le plancher va se "dérober" (face à des spoliateurs tels que vous, très pertinent de se dévaliser soi-même de sa valise valante !!!) terrifiquement sous vous. Trajets de trajectoires (l'arc "en" ciel !) ? Ne les percevez-vous pas, encore un peu flous, en train de glisser vers "l'incapable majeur" et nous qui devons exercer une tutelle sur eux ? Pour le fait de "prodigalité" "dangereuse pour les autres".Ayant perdu tout droit à normer, légiférer, ester en justice, faire aux autres ce que vous vous faites à vous-mêmes, etc - ils sont "rendus" au stade de "rendre des comptes". Puis, bien équitablement, de rendre tous les "trop perçus". L'organisation sociale complète continue de fonctionner mais se voit, directionnellement, dirigée autrement. Masse et énergie replacés en leur justesse. Afin d'annihiler les vrais fauteurs de troubles et les réels dangers collectifs. Les riches font les déficits: il faut que ça cesse. Leur ôter des mains tous les instruments de ces immenses nuisances (principalement l'instrumentalisation de la Société dans "leur"seul et stérile intérêt!) ne demande qu'un radical changement de mentalité.

Les héros existent: il faut un courage d'exception pour affronter l'Inconnu, pour introduire votre corps là où n'existe aucun modèle préalable, là où vous devez tout inventer, chaque seconde d'un respiration de vigilance, comment doser les impacts émotifs afin de créer l'impact chimique voulu, quelles pensées enchaîner afin de parvenir à la sérénité nécessaire à la synthèse n° 42 etc. Pendant que vous perdiez "notre" temps à voler une gloire "qui ne vous sert à rien", les héros vivaient, intégralement, ce que va être la nouvelle civilisation. Dans ce cadre adulte, qui est gagnant qui est perdant ? Tiens! L'inverse de l'autre! Il suffit d'échafauder un ensemble de phrases pour que vos corps parviennent au rassasiement des vigilances nécessaire pour que vous "entendiez" à plein la dernière phrase: ils sont "passés" tout est fait. Oui, puisque les héros sont parvenus à "passer" ils ont définitivement facilité votre passage, à vous aussi.

 

Nos têtes détiennent un tel potentiel énergétique et une masse si puissante, qu'en modifiant (avec un irrépressible désir volcanisant le corps!) son quadrillage interne, vous avez plein d'eau à la bouche. Cette eau ? Le papillon de vos papilles, vous connaissez ? Les petites causes qui obtiennent tant d'effets lorsqu'elles sont alignées, vous captez ?

Les saveurs des savoirs, vous avez testé ?

Recevoir "l'épice" comme plus grand cadeau de la vie (selon les amérindiens du Sud) vous avez expérimenté ?

La…suffit! Nous ne pouvons combler le fait que, sciemment, vous ayiez pris la fausse (pas la "mauvaise" vous remarquez ?) direction. On ne peut réellement apprendre en condensé: en 13 secondes ce qui nous a empli de plénitude sur bien 30 ans !!!

Omettre que le grain de sable sera impérissable vous avez rendu bien trop machinaux…n'est-ce pas machin. Nous avons déjà oublié ton non !

 

(à suivre)

assez enduré…

Publié dans le ridicule qui tue

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article