Le tort de commander

Publié le par imagiter.over-blog.com

3007048230_73f54c68c8.jpg

 

Si vous êtes chômeurs vous êtes punis du fait que n'arrivions pas à endiguer le chômage. Vous devez payer pour nous et pour vous ! vous restez notre mauvaise conscience…nous nous acharnons, en quelque sorte à aggraver vos malheurs tout cela afin de fuir nos claires responsabilités : le plein emploi étant un "devoir" de la société – si elle ne le remplit pas, ses représentants doivent "réparer" ces torts. Tout au contraire, ils enveniment…

 

Perversions !!!

 

Si vous déposez de l'argent à la banque, vous le lui prêtez, en fait : elle devrait vous rémunérer ce service – d'autant plus, qu'elle l'utilise, immédiatement, pour des buts plus ou moins recommandables et, elle va gangrener la relation, en "faisant comme si" vous lui demandiez, vous, des services, que tout l'argent (même le vôtre) était le sien et qu'elle vous le prêtât !!! ce levier multiplicateur peut, en réalité, vous faire basculer la situation…la banque – ayant vraiment trop trop à cacher (voir "l'argent- dette") – a perverti, en fait, la communication, les contrats, la raison, la logique, la propriété, le droit, les rapports sociaux…etc. elle doit être remise sérieusement à sa place. Soit, en un premier temps, accusée de criminalité spéculative : nul ne peut utiliser l'argent des autres pour spéculer, spéculer est une grande délinquance et, en conséquence, qui spécule fait de la vraie activité bancaire …l'activité bancaire, en un second temps, doit être reformulée (c'est la banque qui reste "redevable" des dépôts de ses clients et non l'inverse – symétriquement, une législation peut la contraindre à verser des agios, des amendes diverses en mémoire du temps où les comptes étaient rémunérés !!!). En, un 3 ème temps, il est  établi que les banques ont commis de graves manquements à la vie sociale et qu'elles demeurent, jusqu'à contrordre, en période probatoire.

 

Perversions !!!

 

La forme de mendicité indépassable de la Bourse est nommée comme telle. Le délire psychiatrisable de "privatiser les bénéfices et nationaliser les pertes" est considéré comme une arriération de la barbarie qui doit être soignée par des cures équivalentes à celles des joueurs compulsifs. Par des certificats d'éloignement.  Rendre impossible qu'ils s'approchent de l'argent des autres…déjà bien 90 % des sources de la spéculation archi délinquante (puisque avec préméditation) de taries…

 

Perversions !!!

 

Vous votez, immédiatement, vous êtes puni-e-s d'avoir voté. L'amertume comme récompense. Toutes chances pour que votre vie devienne plus pénible…ainsi, la société va sans cesse être secouée dans tous les sens : et ces réformes ne seront pas concentrée sur les seuls secteurs qui ont besoin d'urgentes et profondes réformes – le haut de la société … Haut de la société qui va demeurer comme assoupi, immobilisé, immarcescible, inaltérable, intemporel…pendant que les médias intrus s'égosillent après des corporatismes (alors que le leur est très enflé !) crispés et archaïques, obsédés par des droits acquis qui empêchent toute évolution et progrès – nous avons bien sous les yeux un flagrant corporatisme de droits (bien mal) acquis (les dirigeants !) qui s'auto-augmente au delà de toute indécence, fige toute la société dans l'insécurité extrême…puisque - si les dirigeants ne mutent pas au delà de leurs projets, toute réforme n'est qu'une scandaleuse mascarade (la justesse d'un réforme devenant qu'ils y soient impliqués à 100 % dans leur propre vie)…et, ainsi, le sommet ultra incohérent, aberrant, déraisonnable, insensé, illogique, extravagant ose accuser qui les subi, de leurs carences, de leurs manques, de leurs échecs, de leurs insuffisances…vous votez, vous vous livrez, en fait, sans défense, çà toutes les lubies, les caprices frivoles, les déficiences, les irrationalités de ces dirigeants. Ils se sont mis dans un monde à l'envers, où vous ne pouvez plus les révoquer, les contrôler, les restreindre en cas d'abus, les ramener au sens commun…où un pouvoir aussi exorbitant, flirtant plus avec l'unilatéralité tyrannique que la discussion démocratique – exerce sur autrui uniquement des pouvoirs en excès, oui en excès de pouvoir…tout en donnant l'impression que vous êtes trop stupides pour admettre que c'est…normal

 

Perversions !!!

 

Vous pouvez parcourir la société dans tous les sens avec cette indépendance d'esprit qui est devenue une qualité si rare – partout vous rencontrez ces poches de très malsaines perversions…tous les rapports sont faussés, altérés, biaisés, biseautés, déformés…au point que tous les devoirs de la société ne reposent plus que sur son bas, sa base…la charge complète, les responsabilités, les contrôles, les implications et imputations, les culpabilités mêmes, etc…tout ne se concentre que contre la base, les plus démunis et ceux qui ne peuvent beaucoup se défendre : comme si le bas de la société gouvernait réellement et que ces attitudes ne reflétaient que toutes les légitimes surveillances envers les pouvoirs…nous observons, ici, et dans tous les autres lieux de ce texte, toutes les plus virulentes perversions et inversions…qui n'ont atteint une telle toxicité que d'avoir été livrées à elles- mêmes sans aucune limites. La société ne pourra retrouver sa santé que lorsque tout le contrat social sera entièrement redéfini – pas de moyen plus rapide que d'abolir la Vème République qui ne fonctionne plus qu'en inversions toujours plus intoxicantes…les dirigeants, en très grand nombre, se montrent extrêmement détraqués, incapables du moindre rapport inter- individuel sain, de la moindre rationalité sociale, déviants toujours, atteints de despotisme oriental au point le plus dangereux…ils empoisonnent furieusement la société de leurs …perversions !!!

 

Oui avons vu les graves dérèglements de la politique…où de représentants ayant des obligations envers qui lui délègue – temporairement et sous réserve de révocation toujours présente – un projet collectif à mener à bien, de tels dirigeants falsifiés "retournent" le tout contre ses votants…ils ont si tort de l'avoir élu et ils doivent donc être traités comme ayant si tort  (selon l'étymologie per vertere, retourner, renverser)…toute la configuration sociale se voit, ainsi, entièrement dénaturée et, dans ces conditions, seuls les comportements et mentalités "à l'envers" de tels dirigeants peuvent être modifiés, transformés, changés, remplacés…oui convertis, à la place de ce qui est se montre tant en excès (per-), un cum- vertere, se tourner entièrement vers, qui accompagne le réversible, qui participe de ce qui change et transforme…

 

Contre de telles perversions des réversions partout ?

 

(à suivre – puisque, à l'évidence, nous reviendrons sur ce thème…)

 

trouvez un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits freethewords.org,   onglet 4  "Nul n'est  nul", onglet 3 "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), onglet 4  "La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir ". Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3,   LE ROMAN DE L'ECONOMIE,  ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? etc), onglet 2.

Résistances au changement      Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

 

Si ce blog a su retenir votre attention dans les 1 200 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on trouve plus que prévu

 

 

Publié dans le ridicule qui tue

Commenter cet article

MARIE 26/10/2011 23:22


Bon alors pour la banque, au moins je ne me fais pas arnaquer, vu que sur mon compte, il n'y a jamais d'argent et que j'achète avec l'argent de mon banquier ! :D


imagiter.over-blog.com 27/10/2011 12:02



bonjour,


étrange votre commentaire…puisque si vous êtes à découvert vous payez des agios dont le taux "usuraire" ne correspond à rien de bien légal. Jamais le
banquier ne verse son dû…ni à vous ni à personne…la preuve ? Il y a moins de 2 siècles encore les comptes positifs étaient tous "rémunérés"…nous assistons, plutôt, à une régression des banques
qui ne servent plus l'intérêt général (rôle qui leur permet d'avoir certains droits exorbitants de droit commun)…de plus – aucune excuse donc  – le taux multiplicateur (ce que
rapporte chaque euro déposé) n'a jamais été aussi fort – de 2 en 1960 avant qu les salaires en liquides ne soient virés et plus de 6 aujourd'hui…jamais les banques n'ont eu autant de
flow (grâce à tout le monde) et le "partagent" aussi peu…si vos dépôts font les crédits, ils ne partagent pas non plus les intérêts…


 


que vous vouliez qu'un tel système se répande encore plus déloyalement - vous le pouvez mais sans entraîner tout votre voisinage avec vous, non ?


merci & bye and don' buy !