Le vrai collectivisme du… non-collectivisme

Publié le par imagiter.over-blog.com

7289007456_52b2fe489b.jpg

Le collectivisme n'existe pas mais toute une organisation collectiviste s'est mise en place afin de l'empêcher. Le grave défaut de cette structure existante c'est que le travail aura été trop facilité afin que nous basculions, quasi instantanément, dans le collectivisme du revenu d'existence universel…

 

Il paraît que les dirigeants capitalistes devaient tous finir fous… tous les ingrédients existent pour, effectivement, ou bien ils le deviennent tous. Tout ne dépend plus que des gradients d'ingrédients que vous y mettez toutes et tous…

 

C'est que…

Nous avons, désormais, capté et enregistré tout le discours pervers, alogique et ahumain qui squatte leurs têtes (…) extraits – (…) quel déséquilibre chez luiiiiiiiiiiii, aucune compétences d’ailleurs (on se demande, alors, par quelle magie un être aussi terne a autant d’impact)…quelle faute professionnelle que d’avoir engagé un si clair inadapté ;. donc c'est bien vous les responsables, au départ, oh mais non… si vous dites cela c'est que vous êtes fous, vous, vous, oui c'est vous, vous…on individualise à outrance la faute ( si parallèle au "pas de mesures collectives, que du cas par cas" – ce qui crache à la gueule des conventions…collectives !!! ou le vrai collectivisme du… non collectivisme !!! )…mais…on ne collectivise pas (sauf dans la fausse monnaie boursière ) les résultats…jamais d’une équipe et qu’est ce qui équipe donc l’équipe dans ces circonstances ?

 

Car que tue la si sordide arriération mentale nommée capitalisme (forme aiguë de maladie mentale ) ? "D'un point de vue purement économique, la Nature rend des services dont l'évaluation financière donne le vertige et dépasse de loin le produit intérieur brut de l'ensemble des pays de la planète (p. 35 –ibidem)." Pas moins, ne pas savoir cela devient, explicitement, la plus inexcusable des lacunes – le plus gros trésor disponible sur Terre saccagé par des souillons crétines…

Et si inconscient-e—s de cette mort collective qu'elles/ ils provoquent…oui oui le seul "collectivisme" accessible au capitalisme – celui des ruines, destructions, krachs, effondrements, décombres, dévastations, pillages, débâcles, échecs, faillites et banqueroutes - le seul "collectivisme" du capitalisme !!!) … ce qui montre, sans ambiguïté, ce capitalisme désévolutif tel une "anti-civilisation", une barbarie galopante et la mort programmée de l'Humanité aux fesses. Avec un fiasco absolu de l'être humain :  déréalisés, ils/ elles se montrent tout à fait incapables de comprendre la valeur des choses et des informations…par exemple, que : "Les marécages ne sont pas considérés comme productifs – ce qui est une pure vue de l'esprit. Ces zones sont des stations d'épuration naturelle, d'un rapport qualité/ prix sans commune mesure avec les technologies mises en place par l'homme (p. 109 - ibid.)." La tête à claques qui se prétend compétente "parce qu'elle/il" est si avide de fric ne sait donc rien sur rien, se trompe sur tout, rate toutes les vraies affaires, et détruit la montagne de richesses pour ne s'approprier qu'une infime souris d'illusions piteuses…

 

L'inaptitude à connaître la valeur des informations, de savoir hiérarchiser les problèmes donc de déduire et déceler les actions, à chaque fois, les plus adaptées à au niveau de réel considéré !!! Mais la progression s'arrête bien trop vite…Les pertes désastreuses au niveau de conscientisation globale, par exemple – se découvrent bien dues à un refus irresponsable de mutualisation gratuite de tous les savoirs, de collectivisation de tous les contenus, de diffusions loyales des apports individuels remplissant les conditions objectives de la qualité des informations oui oui…jusqu'à parvenir à "L'auto- élucidation permanente de la société par elle-même". Forme si sensée du collectivisme nécessaire

 

Puisque l'aveu du si l'on "doit collectiviser les pertes" fonde la légitimité supérieure de tout ce qui collectivise - pourquoi s'arrêter en si bon chemin ?

 

Pourquoi ne pas, alors, poursuivre le mouvement qui collectivise ?

 

Tant la privatisation des bénéfices semble une arriération inacceptable, une sociopathie purulente, une inaptitude toxique à vivre en société, un nihilisme au sommet, un ferment terroriste inextinguible, une nette impossibilité d'évoluer, de progresser, de se perfectionner et de se développer, etc…

 

                              Bref, le tout clair début de la barbarie à visage inhumain !!!,

 

            Que le vaste humour vous grandisse et vous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

 (à suivre)

            tous ces blogs sont bien reliés à une pensée globale

 

trouvez, aussi, un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits freethewords.org,  onglet 1  "Les mamelles du repos", " Remue- ménage" et "L'athéâtre",  onglet 2  "Comment devenir un (e) athée du capitalisme" ou bien "L'intelligence indestructible du capitalisme ?" et "La star des stars", "L'ardeur sociale" ou, encore, "Présent !", onglet 3 "La diction du dictionnaire" ou comment rendre tous les mots physiques", et  "Rien de plus solide que le solidaire", sinon,  onglet 4 "Où trouver encore du sérieux ?", "Nul n'est nul", "Je ne parle plus à qui a raison" ou bien, encore, "Assentiments aux sentiments".

Résistances au changement      Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

La façon d’écrire se nomme infini respect

 

Si ce blog a su retenir votre attention dans les 2 200 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on trouve plus que prévu

 

 

 

Publié dans qui fuit le réel

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article