Le vrai « contrat social » vous connaissez ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

5055351789_1661e27597.jpg

Le départ c'est chacun quitte sa part

Celle qui le prive de la présence de tous les autres

 

A peine le départ est-il départagé

Que partager se met à tout répartir

Et voici comment tout se répartit

Equitablement impartialement

Répartir c'est juste d'accepter de partir

De partir de ces préjugés qui

empêchent que la société ne commence

qu'aujourd'hui ne commence

 

Partant partout c'est parti

Dès que tu es partant toutes

les parts sont prises en compte

La part des autres t'a fait prendre parti

La participation de ta part,

sans sur l'autre empiéter,

permet que resplendisse la

toute particularité de ta part

que ton plus que trésor

-  toi- même – soit entièrement préservé

lorsque le particulier de la part de chacun

l'est tout autant que la tienne

 

vouloir ta part plus que la réalité

détruit ta part et celle des autres

au lieu de départager

la partition a pris la place de chaque part

comme de toutes – tout le monde est perdant !

le capitalisme ne connaît rien aux affaires

ne commet que bévues sur bévues

avec lui tout le monde reste perdant !

et ce jusqu'à la fin de son temps

 

le collectivisme financier et économique

allié à l'individualisme existentiel

lui demeure tellement supérieur

le tout reste plus efficace que

chacune des parties

qui te prennent tant à parti

déchirent le futur et détruisent

trop bêtement chaque individu

soit tu restes partie prenante

de partir de répartir

comme de répartir chaque réparties

- littérature ça s'appelait ! -

soit tu restes partitif des parts

qui tuent l'associé-té

tu es le crétin de l'économie

donc un cinglé capitalo

qui crée la dissociation toute

la séparation achevée des parts

alors qu'il suffit de se départir pour partir

 

Chacun sa part c'est mieux

que chacun à part

et la dissociété fout tout le monde à part

à part que tout le monde parte

réellement dans l'harmonie sociale

à partir de ré-partir

là où départager de partager

se passe concrètement,

très précisément partout partant c'est parti,

c'est parti partant partout,

où…ceci représente le synopsis du "contrat social"

qui n'a jamais été signé

et surtout jamais dit à haute voix

aux oreilles de tous –

donc n'existe assurément

que dans notre tout proche futur

 

Partager c'est tellement supérieur à être supérieur

 

Chacun sa part c'est mieux

que chacun à part

à part que c'est mieux que à part

que chacun c'est mieux sa part

à part que à part mieux que chacun c'est

c'est …(crotte ! ils ont rayé le disque

à force de l'écouter sans l'entendre…)

 

Partager c'est tellement supérieur à être supérieur

 

c'était vraiment caché dedans…

à nous tout le but, le but c'est le butin

le butin ça se butine

et rien d'autre n'est absolument

le trésor c'est un état intérieur

dont infailliblement te séparent

trop de (non) richesses dites matérielles

or fric et toutes ces bimbeloteries

sans vraie valeur de vie…

 

(le langage n'est pas un arbitraire

il mène vraiment quelque part

- par contre, les billets de banque total arbitraire

n'existent que par seule convention sociale

on fait comme ci, on ne dit pas tout aux malades,

hallucination d'irréalité de croire qu'on puisse être

vraiment $riche$ dans un seul désert de pognon,

nul n'est obligé de croire à cette sornette de la monnaie –

le langage est le seul non arbitraire

il mène vraiment quelque part

ces crétins ahuris prétendus dirigeants

sont plus qu'égarés et fourvoyés

puisqu'ils sont fourvoyous

et tout égarages…

n'ayant jamais mis d'arbitraire du signe sur

tout le reste… là où il convenait… 

quelles petites têtes déparées !!!)

 

Partager c'est tellement supérieur à être supérieur

 

(à suivre)

 

Extrait  que vous pouvez télécharger gratos sur le site   freethewords.org

 

Publié dans sciences

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article