Les fonctions des modèles économiques (2)

Publié le par imagiter.over-blog.com

 

 

3236530862_9e343a3424.jpg

Comme nous l'avions promis au dernier épis soda…nous veillons à "récupérer" ce qui peut être utile, fiable, pertinent ou durable dans la fumisterie capitaliste…et "son" économie***.

 

*** voir "Comment raisonnent les économistes" de Bernard Walliser, janvier 2011, où les fonctions des modèles économiques sont déclinés en 6 fonctions : iconique (représenter), syllogistique (calculer), empirique (tester), heuristique (créer), praxéologique (intervenir) et rhétorique (communiquer)…

 

Dès les premières pages, vous sentez le grand malaise d'une méthode entièrement déviée, tirée dans un seul angle, détournée, biseautée, déjetée, dérivée, déportée et déloyale. L'exigence de probité n'y semble guère très contraignante. Bref, nous nous écartions, complètement, des déontologie des autres sciences…avec des "aveux" troublants – exemple de l'espérance de la plus forte utilité des ressources "un résultat négatif [sur le partage d'une ressource entre deux acteurs], initialement surprenant, montre l'impossibilité d'associer à des préférences individuelles sur des options sociales une préférence collective sur les mêmes options, dans le respect d'axiomes simples (Arrow)." (p. 64 - "Comment raisonnent les économistes" de Bernard Walliser). L'interprétation du modèle, hypothèses ou conclusions, devient seulement celui du système de référence. Puisque "l'équilibre de Nash [résultat positif] ne peut être obtenu avec les seuls axiomes de connaissance commune de la rationalité des joueurs et de la structure du jeu (Aumann- Brandenburger)" (p. 65- ibidem). Autant dire que, pour tout ce qui concerne LES PARTAGES, vaut mieux éviter l'usage des  méthodes économiques. C'est du propre, n'est- ce pas ?

 

"Le modélisateur est susceptible de remonter des conclusions aux hypothèses qui les engendrent. Plus précisément, il peut mettre en évidence les jeux d'hypothèses qui sont véritablement responsables de conséquences au regard du modèle" (p. 66- ibidem). Plus clair aveu de total arbitraire, impossible oui ou non : le modèle dépend entièrement des PREJUGES de son modélisateur. Et même si nous pouvons y récupérer les structures (boucles d'interactions) le système de déformation aux trajectoires (réactions aux chocs de structures), les notions de robustesse sémiotique (rapport interprétation – structure), la part des facteurs exogènes (qui annulent les agrégats macroéconomiques soi- disant étudié tout comme les quantités et prix d'équilibre microéconomiques ) - le fonds est trop déshonnête pour tenir la route de la loyauté.

 

Ainsi, le modèle d'équilibre à prix fixes construit pour rendre compte de différents types de chômage "écrasent" toute la diversité de visions en ne parlant qu'au nom du maître, de l'employeur (p. 75- ibidem). Et la réalité n'y apparaît jamais, tout semble "de la faute" du chômeur (qui ne "maximise" rien !) et les causes de son drame extrêmement extra-terrestres…c'est que "l'explication évolutionniste postule que les acteurs sont hyporationnels et agissent de façon purement adaptative en fonction de leur expérience passée " (p. 80- ibidem). Autant dire que s(ils agissaient de façon purement adaptative en fonction des expériences passées des économistes, le capitalisme serait aboli !!! D'où l'extrême cruauté que produit de se croire tout savoir, de se prétendre intelligent à si peu de frais. Voir des commentaires d'aliénés sur nos blogs économiques "la Bourse est supposée rassembler des fonds pour nourrir l'économie réelle" (et les spéculations représentent les disettes, alors ?), "chaque partenaire choisit son contrat gagnant gagnant" (et les pertes colossales dans un tel conte de fées elles viendraient d'où ?) ou "traditionnellement on dit "la" Bourse non "les" Bourses (on voit que de se réfugier dans des règles SANS JEU corrige toutes les injustices!)…etc. puisque "les équations décrivent à quoi ressemblerait le monde réel s'il ressemblait à la théorie" (Lester C. Thurow). Auto-référentielle à ce point seule l'extraterrestre économie se le permet !!!

 

Exagérations ? Même pas (p. 85- ibidem), vous y découvrez des principes H (lois) et des conditions spécifiques h (domaines d'application). Principes eux- mêmes "expliqués" (!) par des méta-principes H (règles) et des condition génériques h (paramètres). Chut !!! "en principe" cette opération est sans fin puisqu'il n'existe pas d'explication ultime…mais…"cette maximisation trouve son origine dans le principe de rationalité justifié "(p. 86- ibidem). Soit peindre un mur en ruine l'empêche de "tomber" en ruines !!! "le modèle rationnel considère que le délinquant (le spéculateur) agit en procédant à un bilan explicite des coûts et des avantages de son acte (Becker)" (p. 87- ibidem). Oui, mais quand considère-t-on, dans cette sinistre bouffonnerie, le bilan explicite des coûts et des désavantages de son acte sur autrui ? (p. 87- ibidem). Les "oublis" excèdent les légers flashs de compréhension dans cette autosatisfaction si déplacée, oui ou non ? (p. 87- ibidem). "quant aux comportements spéculatifs, ils sont considérés comme positifs s'ils contribuent à fluidifier le marché, mais ils sont perçus comme négatifs s'ils sont fondés sur la recherche d'un profit à court terme "(p. 194- ibidem). Ah bon ! où se situe la frontière précise entre la recherche d'un profit à court terme et la fluidification du marché (sûr que ce n'est pas la même chose ?) ?  A conserver les attracteurs multiples (non- ergodicité), les attracteurs ponctuels(état asymptotique fixé), attracteurs cycliques (passage régulier par les mêmes états) ou chaotiques (état asymptotique irrégulier). Vous voyez autre chose vous ?

 

"La plupart des sciences sociales présentent leurs assertions sous forme d'un récit exprimé en langage courant. Mais un récit est limité dans la mesure où seules les conséquences d'un petit nombre d'hypothèses peuvent être logiquement dérivées. Il lui est impossible de prendre en compte des facteurs trop nombreux, et plus encore des liaisons en boucles" ( (p. 95- ibidem). Est- ce pourquoi le journalisme se cantonne, si frileusement, dans le "il faut que ça raconte une histoire" – comme si le réel complètement non linéaire pouvait se contenter de ce diktat pour tyrans à petits pieds !!! Délires médiatiques et aberrations économiques, même combat ? Ah bon , vous ne savez pas tout ?

 

Causes du suicide ? " Une explication est structuraliste quand elle découle de modes d'organisation sociale qui s'avèrent trop rigides ou trop exigeantes. Elle est fonctionnaliste quand elle traduit l'incapacité des individus à se mouler dans certains rôles sociaux qui leur sont imposés. Elle est évolutionniste quand elle montre les effets des contagions entre des individus fondés sur des critères d'empathie. Par ailleurs, elle est atomistique si le suicide résulte d'une tendance naturelle d'un individu à se supprimer, dans des situations d'impasse. Elle est interactionniste si le suicide est lié à la faible intensité du lien social qui engendre une forme d'isolement. Elle est contextuelle si le suicide est induit par des situations économiques qui s'avèrent trop dures et trop pesantes" (p. 97- ibidem). Vous pouvez traduire en français ? "Les modèles économiques servent fréquemment à détourner des questions socialement pressantes" John Kenneth Galbraith. A part distribuer les bons points de puérilité aux divers courants psychologiques (puisque l'Economie ce serait à 70 % psychologique!), une parole de suicidaires plus qu'exclue – quelle serait "l'utilité" de tels discours? Les associations de terrains – qui agissent – "savent" que le suicide a deux causes fondamentales, la solitude et la misère matérielle. En conséquence, "l'utilité" de tels discours c'est d'empêcher d'agir ? Sauf pour les personnalités suicidogènes ou dépressogènes (dont les activités, en gros,  détruisent les autres) ? L'économie parle pour qui au fond ? Ah bien "contre" nous !!!

Que tous les risques nous retombent dessus ? "Le modélisateur confronte un premier modèle aux données [toutes les données quantitatives du marché du poisson à Marseille ] et met en évidence des écarts significatifs ("méthode zéro de Popper).puis il amende le modèle en conséquence et le confronte à des données éventuellement renouvelées" (p. 107- ibidem). Si, d'aventure, le modèle s'écarte par trop de la "ligne éditoriale" des économistes il sera fait que le modèle "amendé" s'alignât sur ce qu'il "devrait être" (c'est mieux pou la com' )…faut que tout rentre A L'AVANCE "dans" le modèle !!! Faut , impérativement, que la réalité se plie aux modèles!!! Sinon ? Bon, bien nous nous passons de la réalité…

 

Déjà "la main invisible", mais, ici, une téléonomie et une téléologie massives. Ne nagerions- nous pas en pleine métaphysique toute pétrie de "l'ébullition irrationnelle des marchés" ?

 

Vous croyez que ce sera suffisant ? Pas du tout, comme vous le verrez au tout prochain des   épis sodiums…

 

(à suivre)

 

trouvez un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuitsfreethewords.org,   onglet 4  "Nul n'est  nul", onglet 3 "Légalité de l'égalité", onglet 4  "La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir ". Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3,  ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? etc), onglet 2.

Résistances au changement      Impliquent changement de résistances

 

Si ce blog a su retenir votre attention dans les 1 100 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on trouve plus que prévu

 

 

Publié dans le ridicule qui tue

Commenter cet article