Les grosses erreurs des marchés qui se répètent encore et encore ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

154373665_f8ae764cde.jpg

Afin de qu'il devienne strictement impossible d'avoir à "calmer les marchés" qui ne semblent "gagner" que parce que, partout, ils accusent tout et tout le monde  de « leurs » propres dérèglements. Le coin enfoncé dans les autres, ils cognent et recognent et se rencognent comme seul argument…que faire ? Prise de distance, oui distanciation, c'est de les regarder eux seuls…pas ce que leurs doigts si déloyaux voudraient désigner…"Souvent les marchés se trompent sacrément (p. 85 - Michaël Lewis – Le casse du siècle, The big short)"… La direction de leurs dysfonctionnements conduit plutôt aux soins ou à la prison ferme…c'est bien là le fond de l'affaire…RIEN EN EUX ne leur permet de "sommer" qui que ce soit, d'"exiger" des Etats ou "d'imposer" aux entreprises ou aux particuliers leur monde à l'envers…

 

"Au cours des 50 ans qui viennent de s'écouler, les 10 jours les plus extrêmes sur les marchés financiers représentent la 1/2 des bénéfices. 10 jours sur 50 ans. Pendant ce temps, nous nous noyons dans des bavardages " (p. 354 – Nassim N. Taleb - "Le Cygne Noir – La puissance de l'imprévisible" - septembre 2010 )…Oui vous avez bien lu 10 jours sur 50 ans, soit même pas 0, 02 %…Inadmissible…Ce qui veut dire 'en français courant) que ces esprits plus qu'immatures risquent la société entière juste pour leurs gains plutôt délinquants…la Société aurai tout intérêt à les mettre dans un coin , à leur abandonner un peu d'argent pour qu'ils continuent à "s'amuser" avec des "paris financiers"…dont aucun adulte ne devrait tolérer la poursuite…

 

Les grosses erreurs des marchés qui se répètent aveuglément vers le toujours pire ?

 

En tout, les boursicoteurs sont de clairs intrus…tout dans leurs comportements ne forme qu'étalages d'abus exorbitants de pouvoirs (ce sont de véridiques terroristes financiers !) leurs intérêts sont plus qu'indéfendables…dans ces multi-conditions, ils doivent QUITTER, à la seconde, LES SCENES DE DECISIONS COLLECTIVES !!!

 

"Le modèle utilisé par Wall Street pour fixer le prix des LEAP – le modèle d'évaluation Black- Scholes – repose sur quelques hypothèses étranges. Par exemple, il suppose que le prix des actions suit une courbe en forme de cloche ordinaire (p.152- ibid)…" par exemple si l'action s'échange à 30 dollars, le modèle suppose que l'action a plus de chances d'atteindre 35 que 40, 40 que 45 dollars, and so non. or c'est à côté de la plaque les évolutions sont plus brutale. L'utopie béate de Wall Street voit tout en "progressif" sans à coups dans son conte de fée douillet, trop de certitudes pompeuses sur les choses de nature incertaines. Aveugles et sourds au réel. Un modèle pour évaluer les milliers de milliards de dollars de dérivés "considérait me monde financier comme un processus ordonné et progressif. Mais le monde n'est pas progressif ; il change de manière discontinue, et souvent par accident (p. 155- ibid )." Tout cynisme repose sur une naïveté saugrenue. Il ne peut y avoir de catastrophe si énorme "comme si tout le monde scandait 5 % de pertes sur non paiement des prêts immobiliers. Et pas plus !

 

Qui ne peut concevoir de changements spectaculaire ne les perçoit ni sur les marchés ni dans la société il suppose que l'avenir lointain ressemblera au présent. La volatilité n'est jamais que la prolongation hallucinée du présent rêvassé. Hors de conscience les fluctuations extrêmes des cours des consciences non appropriées

 

Les travers psychologiques sur 60 ans les prix de l'immobilier ce se sont pas tous effondrés ensembles, c'est trop gris pour s'effondrer  "étrangement, plus vous étiez proche du marché, plus il vous était difficile de voir sa folie « (p. 126 - Michaël Lewis – Le casse du siècle, The big short)") le problème avec qui privilégie trop son intérêt personnel c'est qu'il devient imprévisible, irrationnel, jusqu'auboutiste "c'est un pari à somme nulle. Qui est de l'autre côté ? Qui est le pigeon ? (p.128- ibid )." Tout ceci c'est de l'irresponsabilité financière la course à la plus grande malhonnêteté, jouer à la baisse c'est non risqué car asymétrique "le fait d'augmenter le taux d'endettement de la classe moyenne américaine est une pratique frauduleuse, destructrice et dommageable" (p. 145 - ibid )..."une dérive terroriste en somme…

 

Qui ne peut concevoir de changements spectaculaire ne les perçoit ni sur les marchés ni dans la société il suppose que l'avenir lointain ressemblera au présent. La volatilité n'est jamais que la prolongation hallucinée du présent rêvassé. Hors de conscience les fluctuations extrêmes des cours des consciences non appropriées

Sans marché liquide pas assurés de pouvoir vendre… quelle que soit la manière d’aborder leur OPACITE il en ressort trop fortement que la Bourse est le système qui génère…

le plus de perdants possibles !!!

 

…donc le plus mauvais de tous les systèmes !!!

 

Sous copyleft…pour tout ce qui reste à but non lucratif

(à suivre)

 

trouvez un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits freethewords.org,   onglet 4  "Nul n'est  nul", onglet 3 "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), onglet 4  "La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir ". onglet 2 "L'ardeur sociale" et "Le roman de l'économie",  onglet 3  "Why do we left the left wings ?",  onglet 2  "Comment devenir un (e) athée du capitalisme".Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3,   LE ROMAN DE L'ECONOMIE,  ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? etc), onglet 2.

Résistances au changement      Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

 

Si ce blog a su retenir votre attention dans les 1 300 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on trouve plus que prévu

 

Publié dans sciences

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article