Les inégalités explosives ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

 

 

005

Rares de rencontrer des individus qui se représentent exactement l'ampleur terrifiante des inégalités actuelles. Puisque si, en moyenne, en quelques décennies, les fortunes ont été multipliées par, au moins, 20, les écarts avec les plus bas revenus se sont aussi agrandis hors toute imagination. C'est le vertige absolu.

 

Des comparaisons seules peuvent en faire prendre conscience. Certaines sont connues. Nous en inventons d'autres comme celle d'imposer 50 % de la fortune de seulement 8 trop riches (philosophie en creux du bouclier fiscal !) c'est payer, d'un seul coup, tous les impôts d'Afrique noire (entreprises exclues).

 

Ou bien, en Inde, les 3 plus riches ont une richesse équivalente à un trimestre de revenus pour la 1/2 de la population. Ou bien 45 jours pour toute la population. Sachant que 500 millions d'indiens vivent avec moins de 1,3 dollars par jour.

 

Jamais une structure de richesse n'a été aussi anti-sociale alors que la pression démographique n'a jamais été aussi puissante. U'il faudrait donc plutôt des compensateurs, une répartition raisonnée, etc Jamais il n'a été aussi peu réfléchi à la structure, à la formation, aux conséquences, aux perspectives, aux évolutions et aux aménagements possibles, etc de cette richesse. Jamais les sommets n'ont autant bâclé leur autocritique, raté leur auto analyse, saboté leurs auto-contrôles et agi toujours en si complets bricoleurs inconscients. L'habitude détraquée de tout reprocher aux pauvres rendant complètement sourds et aveugles sur la réalité objective. Le simple fait qu'ils attendent, systématiquement, les crises, les catastrophes, les dernières limites, les drames, les bouleversements, etc – afin d'effectuer dans le chaos, le vacarme, l'à peu près de l'urgence, les pires conditions, tout  ce qui aurait dû être effectué dans le calme, la réflexion par débats généralisés ou le long temps de la maturation PLAIDE contre eux.

 

Jamais des personnages d'aussi mauvaises volontés n'ont autant squatté des positions qu'ils n'aiment pas du tout  (juste en subtiliser les avantages)…Ce sont les plus dangereux agitateurs de l'époque, rendant tout explosif, inflammable, semant les troubles, augmentant le nombre de problèmes sans en résoudre un seul, manipulant tout et semant donc la confusion (déplaçant un élément ici un autre là, le troisième n'importe où sans que même la mémoire de ces manœuvres ne demeure !).  Comme s'ils voulaient détruire la société à cause d'une rancœur phénoménale envers le peuple ??? Les inégalités sont tellement explosives qu'à moins d'un changement radical de direction – tout ceci ne peut que mal finir

 

Jamais le refus des responsabilités n'a été aussi flagrant. Avec un cumul de rejet puéril de la solidarité contributive, de la mise à plat des conséquences de chacun de leurs choix et des besoins réels de la majorité de la population. Ce qui est un suicide à moyen terme de ces trop riches qui utilisent (et ont besoin), plus que le reste de la population, des infrastructures collectives. Jamais (même lors des époques barbares ou médiévales) la négation des devoirs d'une position sociale (pendants des droits) n'a été aussi retentissante : alors que le seigneur féodal se chargeait d'un minimum de protection et de fêtes somptuaires à l'égard de ses serfs (travailleur sans absolument aucune garantie), alors que toutes les civilisations et toutes les époques "créaient de la société", "tissaient du lien social" à l'aide de grands projets collectifs rassembleurs et motivants – ici nous voyons comme des malades (maniaques compulsifs) solipsistes, désolidarisés, monologuant, fuyant le débat, structurant donc la société en unilatéralisme suicidaire, fonctionnant, massivement, à coups de dénis du réel complet. Ou faisant comme les étasuniens, ne résolvant aucun problème mais les laissant derrière eux.

 

Bref, un ensemble de comportements que l'on peut additionner comme un total de puérilités. Des enfants égarés cherchant leur père, l'autorité qui va leur déchaîner une tempête d'engueulades et un fleuve colossal de réparations et d'ordres à concrétiser rapidement. Qui va les structurer en exigeant d'eux qu'ils fassent un virage à 180° et pratiquent l'exact contraire de ce qu'ils font actuellement.

 

Jamais les dirigeants n'ont mérité autant d'engueulades potentielles et jamais ils n'en ont reçu aussi peu. Leur responsabilité (au sens implication et culpabilité) est tellement massive dans tous les dysfonctionnements actuels qu'un simple système de remontées de doléances, que des écoutes organisées des plaintes ou bien d'immenses débats non encadrés auraient pu fortement diminuer toutes ces erreurs

                                    provenant du seul usage solitaire des pouvoirs…  

 

 

(à suivre)

 

trouvez un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits freethewords.org,   onglet 4  "Nul n'est  nul", onglet 3 "Légalité de l'égalité", onglet 4  "La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir ". Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3,  ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? etc), onglet 2.

Résistance au changement      Implique changement de la résistance

 

Si ce blog a su retenir votre attention dans les 1 000 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on trouve plus que prévu

 

 

Publié dans méthodes de pensée

Commenter cet article