Les loisirs pires que le travail ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

6834392914_4d65c6b0d5.jpg

Parait que des personnes interrogées** ont répondu qu’elles sont "en état d’enthousiasme environ 50 % de leur temps de travail". Mais, seulement, 20 % durant leurs loisirs. Leurs loisirs vécus et ressentis comme un travail très pénible ? Qui tant les oblige donc ? Loisir et noblesse possèdent des racines étymologiques communes !!! Un peu de grandeur dans les loisirs, que diantre !!!

 

** voir Daniel Goleman dans "L’intelligence émotionnelle" 1 et 2, 2 000

 

Quelques blablas plus loin, dans le MANagement, oui oui mais nous sommes participatifs, il y a eu concertation et (donc) approbation (donc) l’organisation ne peut que bien fonctionner. Etre bonne pour tout le monde…Les subprimes oh ce n’est que les arriérés qui ce sont endettés stupidement. Il n’y a jamais endetteurs même s’il y a des endettés… Tout cela c'est de la génération spontanée, des lubies qui tombent du ciel…Pour les banques le discours vraiment aliéné rancit tel "ce n'est que la panique des déposants, nous nous restons si calmes"…tel que vous le découvrirez dans un blog prochain "Non ce n'est pas la panique des déposants"…où tout effet à une cause et une responsabilité bien pointée !!!

 

Mais - la logique (qui loge tout) ne voit, froidement, que plus de fautes professionnelles toutes plus graves les unes que les autres…oui mais…fautes des dirigeants, principalement…oui que d’avoir accepté de telles lubies loufoques…que de n’avoir jamais su rien prévoir (gouverner c'est prévoir!)...que de ne jamais rien comprendre à personne ! Très grave  ! Les voilà bien pris entre le marteau et l’enclume. Si un mensonge chasse l’autre lorsqu’il n’y a plus que mensonges, ce sont tous ces mensonges qui chassent les dirigeants !!! Le « dés lors le pouvoir est protégé et l’organisation ressort indemne. On aurait pu croire à une organisation horizontale il n’en est rien. La bureaucratie du privé envahit tout. Jamais la hiérarchie n’a été aussi pesante qu’en 2012. Bien masquée au cœur d’une tyrannie douce, etc…(p. 115  - Etienne Rodin – L'horreur managériale –Gérer, instrumentaliser, détruire, 4éme trimestre 2011)."

 

Mais c'est une inversion des inversions que vous pratiquez ?

 

Si vous trouvez que c'est "sain" et normal de clamer que seul le travail vous soulève d'ardeur, que la disponibilité de vous-même (loisirs) vous pèse, etc…oui ! Mais si c'est un itinéraire transversal qui scandalise les scandales (d'habitude, les scandaleux ricanent de cynismes), non ! c'est du savoir nouveau *** Déjà abordé, frontalement, dans le blog du 31 décembre 2011  titré « MANagement, alibis pour tête à claques »…et, poursuivi dans "Afin de masquer que vous n'avez plus le choix on vous ôte tout esprit critique" du 3 Juin 2012. La transversalité parcourt des blogs futurs aussi divers que "L'homme est trop bien pour le capitalisme ?", "L’argent rétrécit le regard", "Lorsque même la recherche décline", "A quoi tu t’attendais ?" ou bien, qu'afin de vous débarrasser, une fois pour toutes, de la pensée bestiale, vous songiez, à loisir, aux blogs qui vont prochainement paraître  "Le management, l'envahissante bureaucratie de l'antibureaucratie", "En tout le meilleur passe à la trappe", "Le management, une dangereuse utopie ?" ou bien "Tant que le capitalisme sera – impossibilité d'être vraiment soi" etc…

 

Le MANagement chuinte que pour réussir faut se déguiser d'attitudes extérieures les moins spontanées (perte de toute initiative). La conscience doit juste rester un rendement et l’utilitarisme que productif – puisque l’utilitarisme prône bien « ce qui convient le mieux aux individus » - donc c’est bien de limiter au maximum l’impact du travail et non de l’augmenter qui reste « utile » pour le plus grand nombre. Le revenu d’existence (pour un coût vraiment minime) permet tout ceci…et non de renvoyer chacun à son unique responsabilité dans le désert « de ses charges qu’il n’a souvent pas choisies, si seul pour résoudre les problèmes de la production et gérer des situations qui incombent – théoriquement – à plus qu’à lui. Dès lors toute défaillance organisationnelle s’efface devant celles individus seuls. Ce sont eux qui portent le chapeau tandis que le système organisationnel demeure indemne, imperturbable (p. 98 – Etienne Rodin – L'horreur managériale)."

 

« Une idéologie qui renvoie toujours au sujet lui-même sans jamais remettre en cause les contraintes objectives qui l’environnent. Ce sujet est sommé de trouver en lui toutes ses raisons et toutes ses solutions(p. 90 – ibid)." Ce genre de critique a- critique qui n’interroge jamais ses propres fondements, le contexte où elle se permet d’apparaître – ne pouvait durer qu'un temps …

 

Oui « s'il ne reste plus qu’à nous en prendre à nous-mêmes en cas de dysfonctionnement. A nous auto flageller, à nous culpabiliser tandis que file l’ordre du monde, jamais remis en cause. Tout ne tient qu’à nous individus isolés dans notre nombriliste, reclus dans nos lucarnes mentales…(p. 98– ibidem). »

 

Le délire organisationnel c’est que tout reposerait sur la volonté d’un seul (à la base en général – jamais au sommet !) et que l’erreur – jamais la prouesse - serait de son unique fait, lors d’un dérapage imprévisible, mais enfin…faute individualisée succès aussi (mais le sommet qui n’y est, souvent, pour rien empoche tous les bénéfices !)…Dès que l'on déroule les raisonnements jusqu'au bout, pointait un idéologue, on obtient des résultats insupportables…Pour qui ? Pour les dirigeants, sans doute !!!

 

Méthodes de pensées si fécondes que d'aller jusqu'au bout des raisonnements…puisque, si vous trouvez la moindre rationalité dans le moindre concept capitaliste ou dans ses mises en pratique sûr que « cette vessie que les discours managériaux transforment en lanterne de manière à nous faire tenir le rangs (p. 98– ibid.). »…

 

                                                           …viendrait juste d’aller pisser !

 

… ce qui n'est pas le cas de tous les blogs émancipateurs tels "Le capitalisme est structuré comme un alcoolisme", "c’est bien le capitalisme punitif qui restreint la vie de tous", "Que paient les trop riches ?", "une société, institutionnellement, organisée pour voler les pauvres" du 23 septembre 2011, "Tout l'argent gratuit pour les seuls capitalistes" du 25 septembre 2011 …,"L'angle mort de la finance", " Chiffres de l'occupation de l'armée étrangère de la finance" (blog du 17 février 2012), "Les crises sont causées par les excès d'inégalités", "Les déRègles du privé ?", "Evincer les mégalomanes du portefeuille ?", "Le coût infime pour sortir 3,5 milliards d'humains de la misère ", "S'il y a faim c'est qu'il y a, d’abord, affameurs", "Faim ininterrompue - les graves délits du FMI ?", aussi, du 5 Mai 2012 "Pourquoi ne surtout pas imiter l'Occident ?","Arbitraire d'Ancien Régime du marché ?", "Genève, capitale mondiale des spéculateurs agroalimentaires ?", "L'accaparement des terres - l'hypocrisie dévastatrice de l'Europe ?", "Si aides aux banques remplacées par aides directes à la pauvreté ?" ou bien " La règle d’or budgétaire appliquée au privé ?", "Comment on ne sait plus penser – agences de notation", "2001- 2011 : décennie des pires décisions ? (1)" "La vie toujours plus chère c'est bien le privé", "Ils vendent "tout" votre argent - comment ?" , "Empêcher les riches de nuire aux pauvres", "Un libéralisme sans libéralités",  "Diriger un pays comme une routine paresseuse ?", "Ne pas prélever les recettes : actes d'irresponsables politiques ?",  "A quoi "sert" tout cet argent ?",  ou même "L'auto- élucidation permanente de la société par elle-même".

 

                        Que le vaste humour vous grandisse et vous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

 (à suivre)

 

trouvez, aussi, un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits freethewords.org,   onglet 4  "Nul n'est  nul", onglet 3 "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), onglet 4  " La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir " et "L'anticommunication comment ça fonctionne ?", onglet 2 "L'ardeur sociale" et "Le roman de l'économie",  onglet 3  "Why do we left the left wings ?",  onglet 2  "Comment devenir un (e) athée du capitalisme". Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3,   LE ROMAN DE L'ECONOMIE,  ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? qui s'est emparés des désemparés ? qui a détressé les détressés ? qui a dérobé aux nécessiteux leur nécessité ? s'il y a faim il a, d’abord, affameurs, endetteurs, capital au noir ou argent clandestin, etc),  onglet 2.

Résistances au changement      Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

La façon d’écrire se nomme infini respect

 

Si ce blog a su retenir votre attention dans les 2 000 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on trouve plus que prévu

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article