Les machines ne savent pas penser…les dirigeants non plus…

Publié le par imagiter.over-blog.com

Dans le magma inutilisable des milliards de tonnes de mots déversés chaque jour, qui abrutissent, qui émoussent, dangereusement, l'attention aux autres ou qui écourtent les réflexions – la responsabilité en vient de beaucoup de dirigeants qui laissent les machines PENSER A LEUR PLACE. Pire même: décider à leur place !!!. Sur le mode du relativisme total (si tout se vaut rien ne se vaut, en fait !) ma pandémie se répand - trop d'esprits niqués par eux- mêmes font aveugle confiance aux machines. Ne seraient- ils pas trop naïfs, crédules, chairs à gogos, candides, gobant du non probant, se fiant à de l'éphémère, se soumettant au pire d'eux- mêmes? Exact! Mais le drame couvant demeure que ces cerveaux cramés (inutilisables par le réel!) se regroupent massivement au sommet de la société. Et que, du fait de leur effondrement moral, la société soit dirigée par ce qu'il y a de plus bas en elle. Quels adultes sains viendraient à admettre que des machines décident pour eux !!!

S'il y a bien des personnes qui ne doivent, surtout, pas diriger la collectivité ce sont bien eux. D'où l'écrasant chaos actuel et, surtout, la sensation de piteuse médiocrité qui traîne dans la bouche lorsque les mesquins médias nous somment d'admirer de semblables échecs humains (de tels dirigeants !)… Et pourtant…

Au lieu de se lamenter, visons à les faire tomber de leurs places, illégalement et illégitimement, occupées…A la disqualification, à la défiance, à la suspicion envers la responsabilité, l'intelligence et la conscience qui siègent dans leurs décisions (ils savent plus ce qu'ils font ! course en avant vers le pire! les dessaisir d'urgence ! les démettre !)- contribuent diverses études…A l'exemple de l'ouvrage de Franck Frommer, "La pensée Power Point. Enquête sur ce logiciel qui rend stupide" 2010. Comment un logiciel édicte nos pensées ? Entrant dans le logiciel, vous ne pensez plus, vous ébranchez vos arguments pour n'en garder qu'une arborescence inutilisable (de trop de schématisme!). Et tout ce qui fait, plurimillénairement, le socle de toute discussion disparaît pour du "montrisme" acéphale. Je montre des images (slides) et fais glisser des titres très résumés (bullet points) – du kitsch pour ados prolongés qui jamais n'exposent la structure complète d'un argument. Juste son côté le plus simpliste, le plus primaire et donc le plus potentiel nuisible à la collectivité. Où rien ne peut être réellement discuté, étudié, épluché, débattu. De l'anti-pensée hypnotique qui ne laisse que la rémanence rétinienne comme poids de raisonnements. Des slides (diapositives) viennent illustrer la monstration (sans dé-monstration!) avec ses bullet points (points forts) qui ne résument même pas un paragraphe mais l'escamote en publicité sommaire. Convaincre y devient, structurellement, tricher, soustraire, contourner ou éviter. Esquiver: ne pas lister tous les arguments et contre arguments, les faits bruts et tout l'éventail des alternatives, ne pas les mettre en discussion. ESQUIVER: ou la subjectivité biaisée qui élimine tout ce qui ne va pas dans son unilatéralité. Comment de prétendus dirigeants ont pu s'abaisser à laisser pénétrer l'ennemi de la pensée, da,ns le cercle des prises de décisions ? Les interrogations sur leur légitimité flambent: NON! ILS NE SONT PAS A LEUR PLACE !!!

 

L'ampleur des dégâts

 

Nous sommes bien contraints d'admettre que 30 ans de règne bourgeois sans opposition ressemble à une barbarie complète. Cruautés économiques sans fondements ni justificatifs possibles (dites aussi capitalisme). Déchéances morales de soi-disant dirigeants voués à torturer leurs concitoyens qui ajoutant les totaux mensonges des cruautés économiques sans nécessité "naturelle" à une propagande très vicieuse (sommets des perversions) – passent leur temps à ravager la vie des autres. Sans aucun besoin collectif à le faire; Et ceci sans assise morale et sans grandeur intellectuelle aucune. Juste de piteux pantins et de mesquins petits bonshommes sans cœur sans tête ni sans couilles. Inhumains et cruels. Symétrisables avec les anti-femmes qui aident et relaient de tels honteux personnages. Enfin (pour faire court)- razzias consternantes sur les domaines de la pensée, de l'écriture, de l'art et de la civilisation, complètement dévastés par ces "cerveaux gangstérisés" (les dirigeants comme voyous)…

Bilan de la barbarie ? Les machines décident pour eux…Un exemple de mécanisation (donc d'in-humanité du résultat !) sera le P.I.B.. Voici un chiffre très partial (le commerce) qui exclut de son total tellement de faits adultes (pollutions, externalisations, effets induits de la non géométrisation de l'économie) et n'inclut pas dons, gratuités, serviabilités, marchés noirs, économies informelles) – obtenant , au mieux, la photographie d'une grosse moitié du réel. Un débat, légèrement fructueux, se tient sur le P.I.B. : notre propos se centre sur le fait que c'est à partir de ces statistiques mécaniques (et, à notre grande tristesse, nous avons vu l'I.N.S.E.E. quitter les terres de l'honnêteté scrupuleuse !) que tous les chiffres des "montants sociaux" sont décidés. Taux de cotisations et de prestations, seuils de pauvretés comme de fiscalités, marges économiques et assiettes juridiques etc, etc. Le fait de livrer la chair tendre de ses concitoyens aux blessures métalliques des machines ne peut que souligner le peu de considération que ces dirigeants ont envers eux. Décider des prix et montants en dehors de tout machinisme statistique – c'est exactement une décision politique. Il n'y en a plus et c'est pour cela que la société se détruit par le haut.

 

Poursuivons le voyage dans LA PERTE TOTALE DE RESPECT envers le cerveau des dirigeants. Ils ne savent plus penser. Ni réfléchir, ni décider. Ils ne savent plus qu'écraser, que détruire, que nuire,  qu'aplatir, que broyer ou que fouler. Prédateurs complets (avec que de la vulgarité aux cœurs), les yeux emplis de mépris pour tout le monde – ils deviennent la preuve que la haine de l'intelligence mute en la pire folie que l'Humanité ai traversé.

Or ce sont ces dirigeants voyous dans la tête qui ont lancé la haine de l'intelligence  et la destruction de la pensée. Ils sont tout encrassés de cette horreur. Le changement salutaire de paradigme (retour en force de l'intelligence nuancière) s'accompagnera d'un grand changement de têtes !!!

Afin de vérifier la catastrophe systémique que représente l'inaptitude à penser des dirigeants nous reprendrons des paroles de Franck Frommer. N'a-t-il pas signalé que le général McChrystal, dirigeant les forces états-uniennes en Afghanistan aurait déclaré que le logiciel qui rend stupide est devenu le principal ennemi de l'armée des Etats- Unis ? Le terroriste véritable. Celui qui nique, en douceur et dans l'intimité, toutes les facultés intellectuelles. Le cerveau détraqué d'un certain nombre de dirigeants pires que des bombes terroristes ? Yes, hey stupid !!!

Comment en créant l'illusion de la compréhension et du contrôle (la technologie nique lorsque l'on croit qu'elle "partage" du bon sens avec nous !) . En esquivant toute discussion: et les vrais échanges diminuent dramatiquement dans notre société ratiboisée de sommaires simplex. "Habile à dissimuler la fragilité d'une proposition, le vide d'un plan de financement, comme le manque d'arguments de fond".             Telle "la transformation de la parole articulée en un spectacle où la raison n'a plus court". "L'hégémonique formatage par le bas de la pensée". En bref, ça "crée un certain irréalisme, met trop à distance du réel et concourt à un certain analphabétisme"…

Big bigre! la mécanisation mentale se profile comme l'ennemi le plus dangereux de l'avenir de l'Humanité. Pourquoi ? Y disparaît tout ce qui constitue le TRAVAIL de la pensée, digressions, allers- retours, contradictions, esprit critique, analyses méthodiques, synthèses rigoureuses des problématiques…etc. C'est du carnage!

C'est que pour le logiciel qui rend stupide (la non pensée des médias dominants, l'anti-journalisme des journaux déchus ou la sinistre propagande capitaliste) tout augmente de ses nuisances. Le Power Point c'est 10 maquettes possibles (gare aux supports uniques!) où il faut couper les phrases, les expurger de tout lien logique, non plus raisonner sur des faits mais aligner des affirmations sans preuves, produire des titres trop courts, des graphiques, du son ou des vidéos, le tout serti dans une grammaire et rhétorique qui se rapprochent plus des domaines de l'analphabétisme que d'autre chose. Le tout déstructuré, déconstruit, désarticulé ou "désécrit", "à la logique floue et à l'illisibilité complète". De plus, la mise en scène ultra-personnelle (voire histrionne!) qui refuse toute scientificité impersonnelle des arguments – rapproche l'anti-pensée des dirigeants du stade d'adolescent prolongé, refusant violemment tout stade adulte, que de tout autre chose. La raison est remplacée par l'exhibition esthétique. Le ludique se fait passer pour sérieux. Séduire, amuser n'est pas du tout sérieux (soit posé, sage, raisonnable, réfléchi ou conséquent)…et pourtant, les médias aux cerveaux trop dérangés font de la séduction personnelle l'argument des décisions collectives les plus essentielles. Et après cela ils ne seraient pas complètement déments…

Le visuel ne peut plus, raisonnablement, accompagner les exposés oraux. Le manque criant de toutes les relations complexes, des interrelations enchevêtrés, des multilatéralismes à multiples angles (je suis en multilatéralité, vous aussi, etc), des nids holistes, des attracteurs étranges, des frontières multidisciplinaires, etc. "Aucune chaîne signifiante, des sauts de pensée jamais de pensées construites". Les formules sans causalité (que du "menu" dérouleur !) sont la pire des injures aux prises de décisions: sans imputabilités ou sans responsabilités, impossible de connaître la structure du réel et donc d'agir sur le segment court le plus proche de nous. Conclusion: toute décision se joue aux dés, le n'importe quoi de l'aléatoire supplante le bénéfice d'une planification pour TOUTE la société.

Sinon, patatrac, patatrac, nous nageons dans le superficiel, un flot imagier qu'on ne peut interrompre (si ce logiciel rend stupide, il l'a déjà fait pour qui l'utilise massivement – les trop riches !). Royaume de l'irresponsabilité généralisée actuelle: et de la civilisation détruite par les virulents "casseurs du haut"…

Pas moins…vous pouvez aller vérifier auprès de la bibliothèque du futur, sur le site internet freethewords.org CE QU'EST PENSER, afin de vérifier qu'ils font tout l'inverse, ces maladifs maniaques. Cet article est très ambitieux, il ne peut faire que souligner les dysfonctionnements qui mettent notre futur collectif en danger. Pas vous apprendre à raisonner. Pas vous exposer les méthodologies les plus productives. Qui ne sont pas les leurs en tout cas: les dégâts que laissent ces cinglés irresponsables (prétendus "responsables"!) demanderont une longue période d'assainissement tellement ces arriérés ont saccagé de fragiles socialités…

 

Plus on est fous moins on rit

 

Afin, d'achever le voyage dans l'horreur des cerveaux niqués des (non) dirigeants (ils prennent la place des vrais!)  – voyons, aussi, les effets pervers de la pensée qui rend toujours plus crétins

Avec le fait qu'on puisse trafiquer les graphiques en jouant avec les échelles, pointe le fait que rien n'est fiable dans ce clinquant.  Et en "oubliant" les contextes particuliers, pour tout noyer dans l'idéologie qui a toujours raison. Ainsi, Colin Powel a-t-il convaincu le monde de l'existence (sic) d'armes de destruction massives en Irâq à coups de graphiques tronqués, de vidéos floues et de rapidité de passage des images…Ainsi, la Nasa a "permis" l'explosion de la navette Columbia car "trop envahie de mécanismes graphiques et discursifs" selon Franck Frommer. "Discriminer", qui n'est pas l'exclusion sournoise, mais une faculté centrale de l'intelligence, soit hiérarchiser (sans valence supérieure- inférieure) les faits et les pensées , en essentiels, accessoires, proches lointains, actionnables immédiatement ou après plusieurs séquences, seulement etc – proprement interdit par la non pensée. Tout s'y montre englué dans le magma, rien ne s'en distingue, ne s'en détache. On passe, en conséquence, à côté d'infos essentielles. Vitales. Le comble pour des décideurs. L'anti-pensée représente bien le consternant meurtre du meilleur de l'Humanité. La "distraction visuelle" à dégâts multiples: seuls des cerveaux de voyous (mêmes déguisés en dirigeants) pouvaient déchoir aussi bas…D'autant que l'ignominie ne s'arrête pas là: qui n'utilise pas "bien" (reste d'honnêteté intellectuelle) le logiciel qui détruit le meilleur de nous (ou les médias super fous ou les dirigeants niqués!) se trouve exclu, à peine pris au "sérieux", à peine employable…etc. Où comment les meilleurs sont éliminés…La nullité (fût-elle des sommets) détruit tout…

Enfin, aucun sujet profond, scientifique et ARTICULE ne peuvent être abordé par de telles minables anti-pensées.

 

Les grands exclus du minable cirque de la décadence des sommets sont rendus visibles: grands scientifiques, grands penseurs, génies, grands écrivains ou artistes authentiques. Tous là! Bien présents dans l'époque (sans eux, tout ce serait déjà effondré n'est-ce pas Cool mother cool ?)…et exclus totalement de la société pour adolescents prolongés (voyez les sinistres avec leurs 60 ou 70 ans – juste de très sales gosses et des cancres virulents !!!) qui nous infecte actuellement. Et que nous avons plus que hâte de quitter !!!! Que du soulagement, d'immenses joies et aucun regret…tellement ces derniers 30 ans n'auront été QUE minables, déplorables, désolants, navrants  ou pitoyables…Le retour de l'intelligence, la plus grande Fête que l'Humanité ai vécu…  ??? ****

 

(à suivre)

 

vous pouvez trouver une suite sur le site internet  freethewords.org

 

 

 

Ni bulletisables ni billettisables ? slides et bullet points images et points forts sans liens de causalités entre eux, un menu non lié…

Publié dans sciences

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article