Lorsque des politiques veulent nous détraquer la tête ? ou la chute de la "com'"

Publié le par imagiter.over-blog.com

4672672321_7b21907f5d.jpg

Aberrant de trouver des mots absolument pervers dans la bouche de politiques ? Oui lorsqu'ils plaident, afin de nous détraquer la tête, comme les irrationnels médias (nos ennemis frontaux !) le voudraient.

 

Un document d'Aurore Gorius et Michaël Moreau - "Les gourous de la com' - 30 ans de manipulations économiques et politiques ", mars 2011, prouve à quel point ils ont tort ces politiciens. De nombreux entretiens menés, surtout en 2010, créent la contre- vision très informée de ce livre. Nous en extrayons quelques passages sans citer les noms (vertu plus pédagogique, non ?) afin de prouver l'étendue des égarements aux sommets. "J'ai un défaut que je partage avec le P.S. : je considère qu'une réalité vaut en elle- même et qu'il n'y a pas besoin de la mettre en scène. C'est une vision rationaliste et complètement erronée (…) le P.S. a longtemps vécu sur cette vision- là : il serait inutile de mettre en place une politique de communication parce que la vérité apparaîtrait. C'est une vision simpliste qui ne correspond absolument pas à notre époque "(p. 220 – Les gourous de la com').

 

Pas un mot de cette citation qui ne respire l'aliénation, les bouffées délirantes, les contre – vérités,  l'irrationalité, la corruption mentale, l'inaptitude au raisonnement – bref l'incapacité à penser !!! Puisque la com' cela devient quoi sinon l'art de tromper, de tripatouiller, de trafiquer, oui de manipuler. Et le sec constat de "30 ans de manipulations économiques et politiques" (sous- titre) c'est plus d'information fiable, toutes les infos sont verrouillées et/ ou caviardées. "Ces agences de communication interviennent dans la vie publique et dans celle des affaires pour défendre des intérêts particuliers. Et bien souvent contre l'intérêt général" (p. 289 – ibid). Jusqu'à même, au grand ébahissement d'un nouveau premier ministre arrivant, "tenir" des réunions carrément, comme chez eux, à l'Hôtel Matignon. Et ces déréalisés politiques voudraient que nous internalisions de telles règles gangreneuses ?

 

Le pire étant que la com' n'est née que de petits détails qu'il aurait mieux valu traiter tout autrement. Afin, juste de "faciliter le travail" des réalisateurs et techniciens et, de ce fait," d'intégrer ce qu'est vraiment le temps télé**" il faut faire du média–training (répéter, s'entraîner, parfois, avec même qui va ensuite vous interviewer en direct (mon œil !)). Afin d'éviter ces individus tétanisés qui bafouillaient (il paraît!) "et alors !!!", aurions-nous dire - la com' c'est devenu l'art de tout biaiser grave et tout le monde est perdants. Tous les contenus, le fond des choses, l'essentiel, le prioritaire, le fonds garantis des solutions deviennent total perdants. Tout dans la gesticulation juste mise en scène (quelles assauts de puérilités !), oui dans l'ignoble apparence qui se donne tous les droits – rien dans ce qui tient la route, de ce qui est solide, qui mérite le détour n'apparaît plus : plus de grands esprits, de vrais écrivains, de penseurs de fond ou de scientifiques : quelle vision simpliste qui ne correspond absolument pas à aucune époque. Tout le monde est perdant avec ce deal d'avoir lâché tout le réel pour les ombres vides. Un seul détail anéantit le "sérieux" de l'entertainement : il ne connaît que deux catégories"fiction" et "non fiction". "Fiction" – ce qui seulement importe, qui reçoit à 98 % toutes les attentions des médias drogués et aliénés. "Non fiction" (terme d'addicts) ou bien toute la réalité, la recherche, les sciences, les savoir-faires pratiques, la médecine, la Terre, les énergies non renouvelables, les associations, l'univers, l'économie réelle, la société entière, etc. Donc en ne s'occupant QUE de fictions nous assurons bien le futur collectif ? Et (diktat effrayant) comme "tout ce qui ne passe pas à la télévision n'est pas réel" – l'évacuation en "non fiction" (le gigantisme de ce contenu aurait dû alerter, non ?) de toute la réalité vraie est en train de se passer sous nôtre nez. Et au lieu de nous aider avec "C'est une vision irrationaliste et complètement erronée" (p. 220 – ibid) – ce politique voudrait que nous rejetions tout ce qui est "non fiction" ? Bonjour le grand détraqué !!!

 

*** lorsque "le temps télé" c'est juste le temps tout pour la pub' – ce genre de réflexion perd tout aura de sérieux, non ?

 

"La télévision oblige à appauvrir le discours, elle est un obstacle au respect de la complexité et c'est comme cela que meurt une civilisation (…)nous sommes dans une situation où tout décideur y est interdit de langage complet et complexe, ce qui veut dire qu'il est interdit de représentation méthodique de la réalité des faits. C'est une extinction de la démocratie !" (p. 14- ibid) vient compléter un autre politique qui, malheureusement, met peu en pratique ses pertinentes analyses. N'avons-nous pas là une description très loyale de la com' ? La com' un très grand appauvrissement d'intelligence collective, un irrespect total de toute vérité puisque toute attitude spontanée devient y trafiquée et calculée jusqu'à l'impossibilité absolue de réel "commun", des cerveaux nettement gangstérisés qui zappent tout ce qui est "non fiction"…etc. et ceci n'est pas complètement "erroné" et ne correspond pas du tout à l'esprit de l'époque" ?

 

Eh bien non ! jamais ! la com' est une pollution mentale grave – plus vite nous aurons éradiqué cette scandaleuse fainéantise plus vite renaîtra la civilisation et se réilluminera la démocratie.

 

Au vu de tous ces éléments – pouvons–nous, d'ors et déjà, déclarer illégale toute élection qui ne se passera qu'avec de la com ' (ce limpide gangstérisme !) ?

 

Oui si nous nous référons au "capital symbolique" -  nous, les marchés de demandes et d'offres politiques, pouvons trouver l'offre politique plus qu'insuffisante, ne représentant que la minorité de la société, incapable d'assumer ses dettes symboliques et nous pouvons "fortement douter" de leurs aptitudes à gérer le futur n usant, par exemple, de la baisse agressive de leurs "actions". De là à ce qu'ils fassent tout pour nous "calmer". Nous donner des gages fiables.

 

C'est que nos agences de notations ont retiré les A depuis longtemps à ce genre d'élites traîtres qui nous souhaitent "toujours plus d'infantilisations par les médias". Nous préférons fortement tout ce qui est "non fiction" et pensons, sainement, que la société doit être dirigée par de vrais adultes !!!

 

Ah bon! Ce n'est plus le cas ? 

 

(à suivre)

 

trouvez un complément à cette réflexion sur le site internet freethewords.org,   onglet 1  "Les mamelles du repos" et  "Remue- ménage",  onglet 2 "Présent !", onglet 4  "Nul n'est nul" ou, encore,  "Je ne parle plus à qui a raison".

Résistances au changement      Impliquent changement de résistances

 

Si ce blog a su retenir votre attention dans les  1 000 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on trouve plus que prévu

 

 

Publié dans sociéte

Commenter cet article