Méthodes irréalistes de connaissances

Publié le par imagiter.over-blog.com

4994376489_88ab9e9bd2.jpg

Et pourtant ils seraient reconnus comme "sérieux" par le monde de l'édition. Toujours mieux égaré dans ses lubies unilatérales…qui reste sincère ne peut que reconnaître la perte colossale d'apports de l'édition dans sa vie ces dernières décennies…

Ce sont donc les méthodes de connaissances qui s'avèrent irréalistes…2 exemples pour commencer…tel sociologue "intégré" va prétendre avoir fait des analyses et études sur tel mouvement social et va en éteindre la compréhension par des généralités incongrues. Un peu comme si vous demandiez une étude de toutes les manœuvres de voiles à qui n'est jamais monté sur un bateau…faute d'expériences directes, ces analystes ne trouvent jamais la synthèse adaptée…et donc au sens fort, ils ne "sont" pas sérieux du tout. Leurs analyses peuvent servir d'aliments mais, en aucun cas, ne peuvent se faire passer pour savoir penser…et l'édition ne s'attache qu'à ces personnages qui ne "sont" pas sérieux, à l'intérieur d'eux-mêmes,  mais qui en utilisent tout le déguisement. La faute n'en vient pas, obligatoirement, d'eux, c'est le fonctionnement irréaliste de l'édition qui secrète de tels comportements trompeurs. Tel que Gilles Deleuze l'avait montré où, lorsque le fonctionnement de l'édition devient mécanique-comptable, sa structure même se mue à ce qui se rend strictement incapable de "reconnaître" l'imprévisible et incadrable ni inclassable génie qui crée ses méthodes neuves et son langage inconnu avant lui…oui avec des méthodes aussi irréalistes de connaissances, l'édition se fourvoie, sans cesse, dans sa découverte des talents en herbe…et ce sont des personnages aussi biscornus et légers qui décrètent le "sérieux"…vraiment, c'est comme si vous alliez demandé à la première personne croisée de vous arracher une dent !!!

Un 2 ème exemple, c'est dans l'édition, prétendue d'extrême gauche, où, juste de se couler dans un langage hyper codé fait pensée…ce qui fait qu'aucune solution à notre portée ne puisse se trouver dans des écrits aussi irréalistes…l'indigence de quasiment tous ces ouvrages fait peur. Comment égarent-ils leurs lecteurs…alors que des écrits neufs, analysant profondément, usant de multidisciplinarités, ajoutant du diversitaire à de l'universitaire, tout pétris d'expériences directes et, surtout, sachant aligner une synthèse qui mettent les solutions à notre réelle portée – sont bien disponibles…depuis le courant des années 1980, il n'est plus possible de trouver de vraies réflexions d'extrême gauche dans l'édition, prétendue d'extrême gauche…ils ne savent "découvrir" que qui "répète" sans aucune invention un vieux discours hyper codé…et inutilisable !!! Rien de "sérieux" en eux, comme le décrivait Deleuze, si malheureusement, oui ils se situent dans le même moule que l'édition capitaliste. En général, nous sommes obligés de tracer de grands traits…en tout cas, aucun ne semble avoir réfléchi à des diffusions anti-capitalistes, telles celles de la dissidence, par exemple…en pièces jointes de mail, en faire suivre, en photocopies, tant d'etc…ce gâchis les rend, un peu, ennemis de leur propre camp…oui ou non ?

Ces 2 exemples ouvrent au fait qu'il existe nombres d'autres solutions…les découvreurs passés ont été remplacé par des esprits- machines…or les bilans sont implacables : résultats de génies actuels découverts, quasi zéro, et découvertes des talents en herbes des années, disons, 1890 à 1970 : pléthores…de quel côté se situent les méthodes irréalistes de connaissances ? Se déguiser de moderne vous laisse, tout de même, hyper arriérés…se camoufler en sérieux ne peut empêcher que vous "n'êtes" pas sérieux au fond…

Des personnages, alliant de grandes expériences, connaissance vivante de TOUS les milieux sociaux, experts de la lecture telle qu'en elle- même (non pas le livre tel qu'on le voudrait mais unique puisque tel qu'en lui-même), intuitions fondamentales sur le devenir d'un style, etc…existent bien…l'édition se montre plus qu'incapable de se les coopérer. A qui la faute ? Qui se montre ne jamais "être" sérieux ? oui oui le fond du fait que l'édition actuelle (en général) "n'est" pas sérieuse du tout, mais du tout, c'est qu'elle n'écrit plus que pour les classes moyennes…des irréels parlent aux irréalistes !!!

Avec des méthodes si inconsistantes de connaissances et d'actions des deux côtés?

Notre groupe "d'experts du réel" dispose, lui, de la chance de posséder une diversité de compétences : grands lecteurs/ trices, expériences directes avec des écrivains et artistes, mais, aussi, des associations de terrains, des collectifs de projets, voyageurs/ses, penseurs, etc…nous savons, beaucoup mieux, capter les vrais talents de l'époque…et  sommes contraints de trouver un commun dénominateur à la réponse à pourquoi tant de méthodes irréalistes de connaissances ? C'est le scandale des classes moyennes qui se sont trompées sur tout depuis 25 ans, qui n'ont écouté que des personnages sans issues, propagés des écrits vides et aussitôt oubliés, agité des puérilités comme actions , etc…et, surtout (résumer oblige à écourter), N'ONT PAS RECONNU les bonnes solutions où elles existent, barré la route aux génies, censuré les personnes adaptées aux défis actuels, interdits les vrais penseurs, etc…après les dirigeants, se sont les personnes les plus aliénées par leur classe…ce qui devient grave c'est qu'elles expulsent tout le monde de la parole publique, s'autoproclamant représenter tout le monde, bloquent les bons comportements, figent les solutions dans un ressassement inefficace et facilitent, ainsi, par trop les spoliations massives des spéculateurs et la désorganisation sociale du capitalisme…bref, tous les échecs et souffrances de ces 25 ans sont, aussi, imputables aux classes moyennes si sclérosées et coupées de la vie collective…le fait que ces classes moyennes comprennent, depuis quelques années, qu'elles sont aussi spoliées et bernées que les autres, ne change rien sur le fond…

Elles demeurent aussi aliénées, hors du réel commun, bardées des méthodes si irréalistes de connaissances et d'actions…qu'hier !!!

Actuellement, plus rien en elles "n'est" sérieux…elles ont tout, de nouveau, à apprendre…elles qui parlent 25 heures sur 24 et "interdisent" toute autre parole que la leur, se devraient d'apprendre, ainsi,  l'écoute…

En ce qui concerne l'époque présente, structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser !!!

 

(à suivre)

 

trouvez un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits freethewords.org,   onglet 1  "Les mamelles du repos" et  "Remue- ménage",  onglet 2 "Présent !", onglet 3 "La diction du dictionnaire" ou comment rendre tous les mots physiques, et  Rien de plus solide que le solidaire , sinon,  onglet 4  "Nul n'est nul" ou, encore,  "Je ne parle plus à qui a raison".

Résistances au changement      Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Si ce blog a su retenir votre attention dans les 1 200 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on trouve plus que prévu

 

Publié dans littératures

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article