NE PAS SE MONOPOLISER " LES BEAUX RÔLES" :

Publié le par imagiter.over-blog.com

5307185005_f296884a05.jpg

NE PAS SE MONOPOLISER " LES BEAUX RÔLES" : c'est si peu efficace "d'être toujours du bon côté de la barrière"que la Société en est toute bloquée…Oui, c'est si peu efficace "d'être toujours du bon côté de la barrière" que tout semble s'en détériorer, que les progrès recule et les évolutions paraissent avoir les ailes ligotées. La majorité flottante qui "ne se décide jamais" autour des grands problèmes collectifs c'est parce qu'elle ne veut pas quitter le "beau rôle". En parole, tout va bien, nous avons même fait une enquête pour qui veut "abolir la misère" ? à plus de 90 % la population est unanimement d'accord , aucun obstacle ( juste les amers hargneux du "la misère ça fait réfléchir les pauvres – faut que ça continue, ça leur fait les pieds…etc." !). Or tout empire, "la misère chasse la pauvreté" : comment est-ce possible ( encore l'interrogation "on dirait comme de la sorcellerie" !) puisque aucune réponse rationnelle n'atteint la taille du problème. Tout le monde est d'accord mais tout aboutit en sens inverse du désir unanime. C'est donc que les volontés "réelles" font tout pour que "rien ne change" ( de la sorte tout ne peut qu'empirer !).

Cette folie collective ( que ça aboutisse, tout le temps, à l'inverse des vœux et écrits des consensus) paraît entièrement fondée sur cette maladive compulsion de "garder le beau rôle". C'est parce que ces esprits sont enfermés dans le toxique conformisme, qu'ils "imitent" ce qu'ils "croient" être le flot "dominant" – qu'ils se montrent toujours l'ennemi inflexible de leurs propres désirs et vœux. Cette Société est bien l'exact contraire de ce que veut la majorité au fond d'elle-même. Abolissons les rôles et interrompons la drogue dure "d'être toujours du bon côté" – nous pourrons, alors, aborder la réalité sphériquement. Nous ferons les tous premiers pas dans l'apprentissage d'être "ensembles". D'où disparition des diffamations ( renommer les renommées!) due, aussi, parce que la superficie "beau rôle" et "bon côté" s'avère si restreinte. Il n'y a pas beaucoup de place, que cela en devient malsain : les coups tordus en découlent.

 

Résultat : qui sème les désinformations diffamatrices "mérite", en général, beaucoup plus de REPROBATION que qui les subit : prouvons le ! Donc, l'immense virus beûrkpub a contaminé un bon nombre de personnes, ces personnes demeurent incapables, elles-mêmes, de percevoir leurs maladies et, de ce fait, elles empoisonnent largement la vie socIale autour d'elles. Largement le temps de remettre les choses à l'endroit.  Qui est qui et qui fait quoi. Le consommateur de base se voit défini comme un délinquant qu'il est temps de verbal-iser ( ringardiser en fait!). Le conformiste se montre comme un individu très dangereux ( vecteurs des poisons sociaux) qu'il faut urgemment soigner, ***&&& abrégés etc etc . La stratégie ne se dit jamais…Sinon en ellipses ou raccourcis, ici, reprendre la conscience de l'importance cruciale des mots, des conversations et des débats tous azimuts, faut réorganiser son espace personnel en aménageant, au maximum, des "espaces" à mots, à réflexions comme à partager des expériences – tout le monde doit changer un peu pour que le collectif change beaucoup…En finir avec les "beaux rôles" ?. Cette assertion semble difficile à percevoir en immédiat – osons faire des détours. Ce sera :

 

ARRETER D'AVOIR UN FLIC DANS LA TETE. Ce qui permet aux imposteurs, qui se donnent le beau rôle avec leur "A bas les flics !!!", de fliquer (et polluer) le collectif bien plus qu'un flic non caché ( en uniforme) ne le ferait. Ce n'est pas pour masquer de réels dérapages et bavures des polices, mais c'est pour détecter les "fausses bonnes actions" qui semblent aller dans le sens du vent, mais retardent exagérément les évolutions. Oui faut arrêter d'avoir un flic dans la tête. De quel droit de telles personnes se permettent-elles de juger ( et condamner beaucoup plus lourdement, que tout tribunal répressif, le fait en général – en plus, en s'ôtant, aussi, de toute possibilité d'avoir tort !) ? quelqu'un JUSTE SUR DES RUMEURS ? Hein, pourquoi répandez-vous la "réprobation à sens unique" ? Cela fait quoi d'avoir tort de façon si voyante et depuis si longtemps ? A bas tous les à bas ! La gauche fait un champ de ruines des réputations : et à qui ça sert sinon aux pouvoirs, et surtout les pouvoirs de droite, qui sont, sociologiquement, très minoritaires et qui ne survivent donc que par créations permanentes de crises ( ils se foutent de détruire la planète et d'entraîner l'Humanité dans leurs délires sans issue) et de circuits de diffamations et désinformations ( ce sont bien eux les réels fouteurs de merde et fauteurs de troubles : pourquoi les "secondez"-vous donc ?). Ainsi, que de tels échecs humains soient si LOURDEMENT relayés à gauche est devenu pire qu'inadmissible !!! Lassant !!!

 

SOYEZ TOUJOURS PLUS SCANDALISES ET INDIGNES : car quel genre d'êtres ont le plus, à gauche, "un flic dans la tête" ? Des êtres ne voulant pas connaître la GLOBALITE ( and globalization knows nothing about global, hey stupid !) et qui se permettent de mettre la zone dans ce qui ne les regarde pas du tout ( une vie individuelle et, parfois, une stratégie collective). Ils piétinent et saccagent ce qui les dépasse. Instrumentalisés, ils roulent pour quelqu'un d'autre : ayant le reproche au bord d'eux, la réalité les dévoile comme cerné-e-s de tous les reproches bien mérités, en fait ! Pourquoi ne pas, d'abord, s'interroger – à qui vais-je faire le plus de mal? La réponse clignoterait : à la gauche et, en plus, je renforce fortement, la droite.  Alors, tout reste lié

 

NE SOYEZ PLUS JAMAIS VECTEUR DES CIRCUITS DE DESINFORMATIONS. C'est malin pour quelqu'un de si péremptoire qui ne veut rien apprendre pour/sur lui-même : les diffamations, en général, ne sont "bénéfiques" qu'à la droite. A se "perdre" dans le regard qui accuse quelqu'un, on "oublie" de se voir soi-même faire bien plus de mal que tout ce que l'on imputait à la personne première. Comment savons-nous tout cela ? Depuis longtemps, nous nous interrogeons sur les anomalies; bizarreries, étrangetés, embrouillements, incohérences, éparpillements ou confusions des "forces d'émancipation" ( une montée pluriséculaire, et, trop soudain, un reflux si complet dans une période supposée hyper scientifique, hyper intelligente et démocratique). Nous pressentions que cela tenait aux mentalités profondes sans trouver la structure magnétisante, qui colle tous les faits épars. Aussi, dans cet ordre d'idée, avions-nous ouverts plusieurs pistes. Une d'entre elle : un de nous s'est dévoué à prêter son corps, son visage et son nom à une expérience. Nous avons lancé la rumeur 22-13, une rumeur tout à fait infondée, et donc facile à inverser, comme quoi il y aurait la "police" à gauche ( d'où trahison). S'il y avait une "police" à gauche ça se verrait : ces 90 % de la délinquance "en valeur" chez les riches, se verraient traités "comme les autres", les délits "économiques" se distingueraient comme très"pénalisés", la spéculation boursière rencontrerait des dommages et intérêts à verser verseau, les banquiers se spécifieraient comme tellement emprisonnés qu'il y aurait ample renouvellement des directions etc. ( et le tout à vos imaginations) ; donc pas de police à gauche, en réalité !

La "rumeur" -info se voulait telle une projection de Rorschach. Le tout très vague, nébuleux et indécis, en conséquence, pouvant être interprété de multiples façons ( trahison par rapport à quoi? quelle police? préfecture de "police" n'a rien à voir avec préfecture de département ? où l'action supposée de celle-ci ?etc etc). Le tout facile de vérifier qu'il n'en est rien…Il nous fallait un clair "fil rouge bien visible" ( quels milieux sont les plus "conductibles" aux perversions ? comment ça fonctionne ? quel est le niveau d'intelligence collective ? que reste-t-il du solidaire noué des années 1970 ? la matrice 22-13 permet d'ajuster les réponses à ces multiples questions sans le moindre coût financier) et "un facteur de tri imparable" ( qui "l'accuse" d'être 22-13, sans l'ombre d'une preuve, a, OBLIGATOIREMENT, un problème à cacher – parce que tout le monde sait que la "rumeur" – comme la plupart des rumeurs – est infondée) afin d'accélérer la lucide vision des êtres, dans leurs filiations objectives : le but pratique, pour agir, s'énonçait qui sont celles/ceux qui font blocus ( même et surtout d'inconsciente façon !) par le blocage de leurs têtes ?

 

Et quel(s) est (sont) ce(s) blocage(s) ? Ainsi que d'user de procédés hautement didactiques : une vraie expérience existentielle peut se transmettre ( et vérifier) à tous les niveaux de langage et de compréhension ! La moisson a été d'une abondance incroyable ; mais, ici, nous n'en reporterons que les conclusions ( la vraie gauche n'est pas trop reluisante sur ce coup) :

 

1 – la droite se révèle extrêmement "serviable", d'une gentillesse et d'une générosité inattendue à diffuser la délation, elle s'investit et investit énormément dans ce circuit, elle utilise sa gigantesque logistique non pour unir mais bien pour diviser partout : ce qui est de la pire irresponsabilité – si nous devons avoir "un style de vie écologique de toute urgence" rien de plus dangereux que de diviser. La droite paraît bien trop délinquante et inconsciente ( par exemple, à surdévelopper, aveuglément, le circuit des diffamations). Toute "confiance" vers elle devient impossible.

2 – le fait que trop de gens "aiment" qu'on "dise du mal des autres" et bien peu du bien – devient un ferment destructeur de tout lien social. Ainsi, peut-on si facilement ( toute la Société, sous son angle commercial, publicitaire et médiatique, semble une incitation, une forte facilitation à la délation calomnieuse, maniée par l'envie ou la haine, puisque bien peu de révulsions s'opposent à ce phénomène) dire du mal DE N'IMPORTE QUI, qui ne soit pas "médiatisé" ( une définition ? serait "médiatique" qui "possède le plus grand potentiels de nocivités" – ça ne s'invente pas ! l'aversion à l'égard de ces détraqués non plus !). Et, s'y ajoute, en face, un manque quasi général de questionnement ( le délire règne !) : pourquoi une aussi GROSSE rumeur, et si persistante, avec tant de moyens mis en œuvre pour un individu aussi PETIT ( pauvre, sans moyens de diffusion ni protection juridique) ? Parce que ( vu l'ampleur de ces rumeurs) nous sommes contraints de piger que "de l'annihiler" (empêcher la libre circulation des idées) REGLE tous les problèmes ( pourquoi y-en-a-t-il toujours plus alors? c'est pas la bonne personne ! pas la bonne méthode ! pourquoi continuer alors? ça sert qui ? comment situer toute action, en général ?).

Vous voyez que la récolte abonde, seulement, du côté ( si peu visité !) des diffamés !!! Les pistes de réponse pourraient aller jusqu'à inverser : tant de pilonnages, au contraire, prouvent que c'est une personneIMPORTANTE de la gauche réelle, qui pourrait aider à la résolution des problèmes et à l'émergence d'un vrai collectif. Qui a bien pu "relayer" tout ça ? qui cela sert au final? comment se fait-il, qu'à gauche, ne soit pas vérifié les canaux, ni les origines des rumeurs. Que ne soient pas analysés le pourquoi et le comment : sinon nous aurions perçu que "vouloir se donner "toujours" le beau rôle sur "à bas les flics!" ( alors que vous avez un super flic dans la tête!) aboutisse à des résultats pires que désastreux. D'ailleurs, enlevez le "à bas les flics!" à beaucoup, il semble qu'il ne reste que peu de consistances dans leurs vies et encore moins d'argument(s) dans leurs têtes...

3 – l'image, d'autant plus envahissante que manipulée, tue le factuel. Gravissime : sans factuel, plus d'accès au réel et plus de faculté de raisonner qui accompagne la "fabrication du réel". Les "beaux rôles" sont tout entiers incubés par les images et le simplisme afférent. Par exemple, diffamer se montre si simpliste que rien de la complexité de chaque être n'y peut entrer – "se contenter" de cela, évidemment, reste peu reluisant ! Les "beaux rôles" (vraiment pas beaux !!!) mettent en extrême danger le futur. Cqfd.

4 - avoir un flic dans la tête n'est plus digne de gens de gauche. Juger ( et condamner) sans savoir vraiment reproduit, à l'identique, le circuit dénoncé. Et s'abat trop sur les personnes "n'ayant guère besoin de cette injuste surcharge" en plus. Alors pourquoi prolongeriez-vous ce faire ? Ou pourquoi laissez-vous la majorité le faire? En gros, ça aboutit à se tromper ( et être trompés) sur tout le monde : vous aidez à fond vos (nos) ennemis et détruisez ( le virtuel – voir guerre d'Irak – semble nettement plus meurtrier que le réel : on appuie en général TROP fort, TRES LOURDEMENT vos (nos) vrais amis. Pour vous, nous avons perdu toute envie de vous plaindre mais VOUS vous permettez de détruire NOS vrais amis ( tout en prétendant être "nos" amis) : entre les deux – les diffamés et vous – facile de choisir. En tout cas ce n'est pas vous.

 

A gauche, tout être qui "a un flic dans la tête" devrait être fermement ringardisé :

  • Les diffamations ne passeront pas
  • Nous sommes tous des diffamés
  • Diffamateurs les pires fouteurs de merde

Et autres slogans ( qu'il faut fuir en général) sont à la preste portée.

 

5 – conclusion ( induite des 4 items) : y'a beaucoup trop de "têtes de droite" à gauche, en fait !!! Il reste possible de montrer comment on se débarrasse des toxines et poisons de droite. Ainsi que le mode d'emploi avec "questions-réponses", par exemple. Comment reconnaît-on des "têtes de droite" à gauche ? Ces personnes accusent sans cesse, jugent et condamnent les autres si sommairement. La Société de consommairement. De plus, même impulsion, elles refusent toute remise en cause personnelle. Infiniment toxiques et irrespirables, elles ouvrent un des éléments de la réponse à Pourquoi perdons-nous à gauche depuis 30 ans ? Aussi, parce que les diffamations se voient "relayées" à gauche. La plus thérapeutique réponse n'est-elle pas, alors, de ringardiser toute possible source de diffamation comme désinformation désorganisatrice, ennemie de l'élan unitaire ? Toute personne qui se hausse à se trouver capable ( où sont les oeuvres, où sont les compétences ?) de faire aux autres ce qu'elle ne veut pas qu'on lui fasse, doit être mise en face de ses responsabilités ( c'est plus elle qui NUIT au collectif!). Etre "contre tout" obtient des résultats désastreux ( vous polluez infiniment votre camp, très peu celui de l'adversaire)). Vous êtes donc plus, concrètement, CONTRE la gauche que contre la droite. En avez- vous conscience, si oui, pourquoi persistez-vous ?

 

               De vouloir toujours le "beau rôle" ( la volonté si cruelle de ne pas savoir alliée à la conviction d'avoir toujours raison) conduit donc à des "postures" des "attitudes" des "rôles" qui IMITENT l'aspect extérieur de la réalité et de l'authenticité. Au lieu de "rendre tous rôles impossibles" afin que "la vie ne s'éloigne plus dans une représentation". Ce qui a ouvert la porte à toutes les dérives : un habillement "de gauche"? une mode idem ? quelle honte, ontologiquement, que de se déguiser ! Des "commerçants" qui "imitent" pour vous vendre l'exact inverse dès que l'emballage enlevé, où des "socialistes " ( où se cache leur social ?) singeant un discours de gauche pour faire pratiquement "tout pareil" "que de la droite". Etc. Là où n'existe pas de théorie, toute "empirisme" ou "pragmatisme" pue fortement. Combien d'impostures s'ouvrent lorsque l'on se fie trop aux postures ! Le look est une anti-information. Et pourquoi continuons à dire que "toute apparence est trompeuse" en continuant de faire comme si elles nous apportaient la vérité ? Comment "admettre" que personne ne semble savoir que les styles de vie DEVOILENT les mentalités, qui se situent  derrière ? Donc le capitalisme sera aboli par votre "mentalité" ( et le style de vie qui en découle) plus que par toute autre chose. Qui n'a pas confiance dans la spontanéité ne pourra jamais être de gauche.

 

(à suivre)

 

 

trouvez un complément à cette réflexion sur le site internet freethewords.org,  onglet 4  " Où trouver encore du sérieux ?, onglet 2  " Le roman de l'économie", onglet 3 "L'intelligence indestructible du capitalisme ?", onglet 2 "Légalité de l'égalité "  ou onglet 3  "Why we left the left ?" et " Rien de plus solide que le solidaire".

Publié dans sciences

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article