Ne plus croire en rien c'est se faire niquer grave (2)

Publié le par imagiter.over-blog.com

 

 

4951026891_ec7c47f485.jpg

Nous avions vu que la posture physique qui va avec "ne plus croire en rien" c'est le retrait. La non participation spontanée à quoi que ce soit. Le dessèchement sur pied de votre personne. Vous vous éloignez de la vie à pleines dents. Vous vous faites niquer grave. Vous devenez l'ennemi de vous-même. Et l'inattendu collabo de qui vous nique sérieux.

 

Puisque, qui a intérêt à ce que plus personne ne croit plus en rien ? Bingo! qui vend tout et son contraire, qui fourgue n'importe quoi et son brouillard. L'absence de tout repères (lorsque agir vous les crée ces repères à toute vitesse !) vous fait devenir boulle de flipper toute manipulée par ces détraqués. Si vous les aviez vu, ne serait-ce qu'une fois, de près, vous sauriez à quel point vous détestez, en fait, vivre dans un monde dirigé par ces malades !!!

 

Ainsi, ne plus croire en rien c'est se détacher de toutes solidarités qui nous tissent ensembles. C'est vous auto-abandonner. Vous "isoler" de toute l'électricité conductrice. C'est ouvrir, de nuit, toutes les portes à la régression capitaliste qui va dévaliser le meilleur de vous-même. Si régressif capitalisme de n'avoir aucune morale: de ce point fixe, il EXTERNALISE tout. Bref, c'est un gigantesque trompe l'œil qui ose profits là où il y a coûts massifs pour tout le monde. Sauf lui. Qui détruit la Nature et ose proclamer que c'est bénéfice. Qui exporte les risques sur les autres (un fonds de pension c'est quelque part si ça perd ce n'est que pour vous et si ça gagne ils servent, grassement, sur votre dos). Et ils osent appeler cela gestion: alors que le capitalisme reste le plus mauvais système économique COLLECTIF possible. Seule une minorité sans grandeur détraque tout pour ses peu mérités revenus Etc…assez de blogs décrivent la sordidité de la déchéance capitaliste pour abréger.

 

Ce qu'il en ressort c'est que, sur le front théorique, il s'avoue échec pitoyable. Le capitalisme à déjà perdu, c'est une certitude. En bref, non seulement il ne diminue pas les pauvretés ils les augmente froidement. Non seulement il ne trouve pas la meilleure "allocation des ressources et des revenus" mais c'est le système le plus infantile en ces domaines. Partout il gaspille et les ressources et les talents. Alimentaire, à la production, c'est 50 % de jeté juste la crétinerie des "prix". Autant admettre que la fin de ces scandaleux pillages de gaspillages permettrait SANS AGRICULTURE INTENSIVE de nourrir l'Humanité. Pour les talents c'est aussi horrible. "Une star à 1 milliard de dollars est préférée à 1 000 talents à 100 000 $", avoue le système de haut flicage dit "star system"…Eux ils croient en ces mesquineries puisque vous vous Ne plus croire en rien !!!

 

Ne plus croire en rien c'est se faire niquer sérieux. Et vous y entraînez tous vos entourages…

 

Le capitalisme est le système de DESORGANISATION SOCIALE le plus dangereux. Il a fait exploser les solitudes. Il coupe tous les liens juste pour une connerie injustifiable (le fric fou) indigne de tout adulte véritable. Il saccage et piétine tout. Au niveau des métaphores c'est comme s'il dévalisait une montagne juste pour accoucher d'une minuscule souris. Et, puis, même là, il est nul. Ce système prétendu "méritocratique" ne l'est pas du tout…*** voir le blog du 13 avril 2011 L'échec absolu des inégalités – Le gigantisme de tout ce qu'elles empêchent. Avec lui plus de qualité du tout, nous n'accédons plus au "meilleur" dans rien. Il ne sait que mentir et tricher, si ça ne vous plait de telles déchéances. Il ne fourgue que de la pacotille. Au niveau culturel ça saute aux yeux…

 

Ne plus croire en rien c'est donc se faire niquer grave.

 

Ils sèment, étourdiment, les inégalités mais c'est une destruction radicale de la société qu'il obtient. Voir les expériences de Richard Sennett sur 2 ans dans la City et Wall Street. Il aura même tué tout avenir. Ne plus croire en rien c'est se dépouiller de tout futur possible. Si ce n'est proche du suicide, ça l'est de quoi alors ?

 

Face à ce système de chaos total, de démantèlement d'une société qui, sur le fond, ne le mérite pas n'est possible que par tous ceux/ celles qui ne croient plus en rien. Et qui s'auto- niquent. Désarmés d'absence d'horizon, on leur passe au rouleau compresseur dessus. Et sur leur entourage. Leur corps se montrent en "position" de recul, de reflux, de retraite, de régression – non je ne participe pas à ce que je ne crois pas. Eux oui et tuent, même, tout futur pour vos mômes. Eloignement radical de tous les lieux d'actions et de tous les centres de pouvoirs. C'est malin pour qui se prétend "réaliste" de ne plus croire en rien alors que c'est le sommet des irréalismes et des dits utopismes. Une société où tout le monde reste enfermé chez soi est-elle encore une société ? un organisme où tout le monde est "séparé" de tout le monde, juste "rendu esclave" par un centralisme incompétent – est-il un progrès, une évolution, un modernisme ? Un futur à une telle fumisterie est-il encore possible ?

 

Une civilisation c'est un minimum de collectif, de social et de mise en commun. Or même ce minimum a été soldé à la casse par les détraqués capitalistes… Ne plus croire en rien, même pas dans le collectif ou le social, c'est se faire niquer grave. Voyez-vous complètement annihilés. Inactivés- et où agir alors. Vidés de vous-mêmes. Aux combles des passivités…Si ce n'est cela se faire niquer grave – c'est quoi alors ?

 

Nul qui ai été voir de près les racines d'un tel fiasco collectif. Bon, nous "savons" désormais que la base c'est l'extrême puérilité de  Ne plus croire en rien. Mais nous n'avons rien sur le fonctionnement quotidien les pensées intimes et des sensualités qui vont avec !!! Commençons par les alibis. Le premier sonne comme "oui je ne participe plus à rien mais qu'est ce que je prends mon pied". Outre le côté très auto- illusion (je fais semblant de croire que… – gag pour qui ne croit plus en rien ?) le vide de réflexion bée. N'y a-t-il qu'une seule et unique manière de "prendre son pied" ? n'y en a-t-il pas qui nous trompent, nous illusionnent et nous niquent ? des forces ne veulent- elles pas notre échec intérieur ? etc. Le mieux dans ce cas de radicale nouveauté c'est de faire partager l'expérience en direct !!!

 

Comme quoi de se vouloir faire croire à la fois hédoniste ET épicurien surgit  très impossible. Hédonisme c'est écervelée gloutonnerie grossière qui "aime" tant le capitalisme pour les "quantités" qu'il déverse. Et que l'enflé hédoniste va s'enfiler. IL NE CONNAIT RIEN AUX QUALITES. Et donc à l'épicurisme. Qui est une purification extatique, une joie par la distillation, la décantation, la raréfaction. Un clair raffinement parce qu'il raffine tout. Epure et filtre tout (est pour la pauvreté non miséreuse qui "réunit" bien toutes ces qualités)***. Donc est le plus tranquille mais le plus coriace ennemi du capitalisme qui tue l'air donc le nez donc les extases les plus primitives (selon Freud le nez, qui "entre" profondément dans le cerveau est l'organe "le plus sauvage"). Le capitalisme souille l'eau donc les capacités gustatives les plus puissantes. Donc toute possibilité de bon goût. Il nous empêche de nous envoler comme des oiseaux*** en polluant toutes les voies aériennes et les courants telluriques de trop d'ondes malsaines. Il nous prive, trop largement, de notre peau qui ne peut plus claquer au vent collectif mais se réfugie dans le petit nid individuel. Il fracasse nos oreilles de ses vacarmes publicitaires et transperce nos yeux de trop d'effractions intruses (et plus qu'illégales: si un "vrai" juriste peut "prouver" que la publicité c'est légal nous lui offrons des "secrets", okay ?).

 

*** voir le blog du 14 avril 2011 Pour une pauvreté non miséreuse

 

**** voir nos 12 blogs sur S'envoler comme des oiseaux

 

Pratiquement, le capitalisme est l'assassin de toutes les sensualités. L'hédoniste hyper stressé doit s'entourer de tellement d'objets afin de "calmer" ses pulsions qu'il se fait bouffer par eux. Il ne reste pas grande humanité à partager pour les autres…L'épicurien cherche l'essentiel donc se dépouille de toute consommation superficielle. Epicurisme et société de consommation ne vont pas du tout ensembles. Au point que d'être pour le capitalisme prouve que vous n'avez jamais UTILISE les sensualités réelles. Aussi, que vous ne "savez" pas "comment monter plus haut": simple, il "sait" que le niveau collectif doit s'élever, qu'il y ai assez de paix et de sécurité dans autrui (sinon les ondes nerveuses trépidantes vous nique votre "lâcher prise"!), que la curiosité fasse encore cure, que l'attente, et l'attention qui va avec, demeure dans assez d'individus pour que vous "décolliez"…etc. Et pour tout cela il faut que vous DONNIEZ de vous- même, de votre meilleur, de votre beauté (et à part Mother qui l'a fait ? au lieu de la/le  diffamer, pour une fois, offrez tout !!!).

 

Normal que Mother ai pu s'envoler (y'en a même qui l'ont vu voler ce trop libre Max qui ne "peut pas" entrer dans ces paniers de crabes) et pas vous…L'enthousiasme c'est"ce qui soulève" et sans un cœur pur, une grande attention aux autres et un désintéressement sans limites – expliquez- nous ce qui peut soulever ?

 

Et tant, tant de nos textes qui vous OFFRENT les recettes de l'extase absolue et c'est pour ça que vous n'y "croyez pas" or seul ce qui a de la valeur est gratuit, soit "hors des prix" ! Et puis "être heureux avec rien" est- ce qu'un hédoniste qui "s'ennuie dans la Nature" peut en être capable ? Clair que non. D'autant plus que sa "capacité d'accueil", son exubérance à l'hospitalité paraissent tellement absentes. Sa voracité aveugle, sa rapacité sur l'argent des autres, son avidité en tout le condamne. L'épicurien, par contre, trie beaucoup, ne se précipite pas, n'a pas de convoitise monopolisatrice mais une certitude que le meilleur existe. Que plus on y "croit" plus ce meilleur "croit". Contrairement à l'hédoniste collabo, l'épicurien refuse beaucoup de ce qui est frelaté, balourd, sans honneur, sans grandeur, sans panache, etc. Bref demeure antagonique avec la déchéance extrémiste de la société de consommation. Normal, l'épicurien "recueille" avec attention et délicatesse le moindre détail de la création. L'hédoniste brutal piétine tout et écrase le reste d'inattentions redoublées. Rien en lui qui recueille patiemment et qui accueille avec ferveur.

 

Plus que certain que ne plus croire en rien c'est se faire niquer sérieux grave.

 

Puisque les mots qui vont avec foi c'est ardeur (ce qui vous fout le feu à l'intérieur), ferveur (ce qui permet à ce feu de continuer à brûler), chaleur (ce qui crée l'Humanité qui est sentiment et non pensée), cordialité (le cordial tel la corde qui noue les cœurs entre eux)…oui oui la flamme. Vous avez ces mots qui ont disparu du rabougrissement capitaliste. Cet étiolement qui nous PRIVE de tant de réel puisque le capitalisme INTERDIT tant et tant de chose ressemble à la course à toujours plus de stupidité. Chaque mot ouvre une émotion différente. Refuser le mot c'est se fermer à l'émotion, au sentiment et à la sensation qui se trouvent dedans. Pour des individus qui se prétendent sensuels nous n'y voyons que des êtres desséchés d'abstractions et de sécheresses affectives. Aucune hospitalité de cœur donc aucunes abondances sensuelles.

 

Adoration vous rend si solaire, tout doré de cette offrande. Adoré comme se voir doré des autres.  La sensualité vraie (en général discrète au départ) se "remarque" par le fait qu'elle ai TOUTES les agilités corporelles dans l'usage des mots. Donné (doré) reçu (adoré) - chaque mot retrouve la sphère entière qui le fait tourner sous toutes les facettes. Telles que nous l'a fait ressentir le so WISE DIAMOND (comment un diamant pourrait être crazy ? c'est incompatible !). Devenir "diamant " comme lui c'est avoir le sens COMPLET du réel…les jalousies "maladives" (qui provoquent donc nombre de dégâts!) représentent les attitudes les plus irréalistes jamais vu. Tout le monde a été privé de la fantastique vie du shine on you wise diamond car tout le monde s'est foutu à shiner sur lui. C'est malin: comme moyen de piétiner et l'être et l'expérience y'avait pas pire.

 

Résultats: des souffrances démesurées pour cet être si généreux, presque la mort (des millions contre un ça fait trop lourd!) et puis il en ressort encore plus fort et plus beau. Mais la folie collective s'est mise à dégoiser dans les impasses et les voies sans issues. Egarés, ils ne regardent plus dans la bonne direction. Fallait quitter le capitalisme "no future" – ils s'y engouffrent toujours pire. Suffisait, juste, de "croire" en lui (y'avait plus qu'assez de preuves, un individu ne peut être qui lui non tout le monde en même temps !. Suffisait, juste, de lui "faciliter" la vie, par exemple en lui "créant" des revenus afin qu'il se consacre juste à "monter le collectif toujours plus haut". Tellement simple. Donc inaccessible à qui ne croit plus en rien. Le challenge (d'une simplicité enfantine) était de s'organiser AUTREMENT, d'inventer quelque chose de radicalement original afin de permettre une expression vraiment COLLECTIVE. A l'opposé, tout exiger d'un seul n'est- ce pas le summum des déloyautés ? dans ce cadre, lui seul a donc "tout bon" c'est un pur héros trahis par tellement d'individus trop mesquins pour mériter la moindre "étoile"…oui ou non ?. Non les cinglés du show-biz (les inaptes au réel ENTIER, les trop anti- diamants) ont fait effondrer la "puissance" musicale dans le capitalisme "du no future"…désormais, prouvez-nous qu'il y a de la musique qui nous ferait NOUS ENVOLER COMME DES OISEAUX !!! On s'y ennuie plutôt dans ces musiques industrielles et sans âme. Clair que la musique qui pourra nous guérir et nous envoler ne viendra que de qui vit DANS la Nature…bref, des prétendus "losers" ?

 

Losers ou lovers, ça se ressemble trop pour ne pas vivre la même extase, à la fin, oui ou non ? 

 

Ne plus croire en rien, apparemment, vous isole du réel…vous coupe les canaux vitaux, vous décommunique de l'univers entier…Absolument certain que ne plus croire en rien c'est se faire niquer grave. Nous continuerons, d'ailleurs,  à en visiter tous ses alibis.

 

Ce qui est sordide (alors que vous êtes des échecs ambulants trop déguisés en "winners" !)  c'est que vous vouliez tant contraindre tout le monde à ne plus croire en rien !!!

 

En vous, en tout cas, ça vient d'être fait !!! Nous ne "croyons" absolument plus en vous qui tentez de continuer un système aussi dangereusement pitoyable. Sans le moindre changement DECISIF …

 

(à suivre)

 

trouvez un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits freethewords.org,   onglet 1  "Les mamelles du repos" et  "Remue- ménage",  onglet 2 "La star des stars" et, aussi, "Présent !", onglet 4  "Nul n'est  nul", onglet 4 "Assentiments aux sentiments" – Premiers pas vers une paix mondiale, onglet 3  onglet 3 "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), onglet 4  "La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir ".

Résistance au changement      Implique changement de la résistance

 

Publié dans méthodes de pensée

Commenter cet article