NO COMMENT !!!

Publié le par imagiter.over-blog.com

4886936365_d294d9227e.jpgUne de nos amies, vraie pointure, secrétaire de stars à l'occasion et organisatrice de spectacles plus souvent pour d'autres stars, initiatrice de nombres d'associations comme d'expositions sur moult sujets – mais, ayant toujours refusé, de "tomber en haut", de basculer "du mauvais côté", celui des injustifiables et indéfendables trop riches, nous a fait part dans son dernier mail de ceci. Paris meurt de plus en plus vite (Belleville expulse ses derniers bastions populaires, etc) ou, encore, la fête est niquée jusqu'au trognon, le bourge "abonné" ne va plus voir que le "vu à la télé", (soit la décharge désobligeante de la vraie culture, pas si élitiste que ça en fait, cette culture. CQFD ?). Mais c'est "grâce" à ses habitants- mêmes que le sabotage s'accélère. "Le dernier grateux venu demande, avant même d'avoir dégainé, combien qu'on l'paye, dans les dernières vraies teufs, les irréductibles ones. Alors qu'il fait du tout gratos chez les riches", qui ne le remercieront jamais, d'ailleurs, de cette générosité si mal placée ; ils ne savent plus (robots détraqués !) que prendre tout et tout prendre, prendre sans comprendre...Alors les flatter dans cette direction "socialement très dommageable" c'est bien du suicide collectif…Plus rien de gratos pour les trop riches…qu'ils allongent le prix fort: c'est leur rendre service, respecter leur santé…et la nôtre…

Komak ? Dans tous les autres domaines, c'est du kif kif. Ils tirent tous contre leur propre camp. Si le "la gauche veut se suicider", submergeait vos neurones,  sachez que c'est la "fausse" gauche" – nous nous sommes plus ardents que jamais…Et notre amie d'expliquer : "entre collègues, c'est les non collègues qui ramassent le pacson ! Les collègues on leur tire dessus !". Seuls les riches sont servis de partout et par tous ces faux – transfuges (puisqu'ils retournent, illico, du côté des vieux potes qu'ils viennent de délaisser et de piétiner, ou trône donc le transfuge ?)…Donc les blogs, pris dans cette furie de se déposséder de tout et de le filer gratos aux riches, c'est comment ? Hola hop! C'est qu'ils "transvaseraient" même tout ce qui nous est collectif…Stop ! assez les dégâts !!!

Blogs et sites, on prend, on prend, toujours à sens unique, mais, source après source, ça pourrait tarir dur. Tous les paris taris!!! Resteront que les nombrilismes en boucles et les arnaques creuses. Rien de substantiel, d'incarné, de solide, d'expérimenté, de collectif, de fendard, d'insolent et de pertinent – ne restera. Ceeeûûssssent qui rampent, pas trrrêêêêêéés intéressant(e)s du tout, ennui qui nuit au bout. Yes jerry can? Jerrican, yes ! C'est le no commentaire, c'est le no diffusé, le no recommandé, on aime mais on le dit pas, c'est bien le sabôôôttagggee des pauvres qui s'auto-dissolvent à plus soif !!!

Nous, rien à cirer, rien à gerber. Jamais on plie, on va pas changer. On signale, c'est tout, on essaie bien d'y remédier, en retournant, entre cents autres procédés, à nos dix milliards d'occasions de rire.

 Ouuuaaiiip! De rire de si bon cœur, sans chercher à nuire à personne (ce ricanement insincère qui pollue les boyaux!), mais afin de bien se nettoyer de toutes les escroqueries ambiantes et des lâchetés dominantes. Hey man- uuucuré…y-a plus que des poules qui tuuuuuennnnt leurs oeufs d'or. Ca commence à schlinger le suicide collectif. Tout ça juste pour contrarier contrarier, mais qui mais qui qui qui? Ils ont complètement oublié mais continuent, mécaniquement, de s'auto-disssoudre en croyant "contrarier" c'ui qu'i'se' rappl' pus q'e c'quiiii !!! le scoop: la gauche veut se suicider JUSTE pour "contrarier" quelqu'un, mais elle sait même plus qui…Emportée toute par la force…d'inertie…

Tant de bons textes, de visuels, de sons impecs, de présentations komaks, de soins et d'ardeurs multipliées – juste pour le vide ou le silence. No comment. Comment on commente (on dit le comment!) ? On commente plus rien, on zappe jusqu'à l'indifférence, jusqu'à l'indifférencié, l'indistinct marasmé, l'imprécis opaque et le confus sens dessus- dessous ou le trop magma anti-individualisé…On saccage tous les bénéfs de l'individualisme: individus tous mêlés dans la même course aux échecs collectifs tous azimuts…Et après cela, des hallucinés durs qui dégoisent sur leur "réussite individuelle": comment dans un naufrage collectif, réussir "individuellement", allons…No comment, on commence plus rien…on finit tout !!! T'es commu t'es niqué, t'es commu-niqué: plus de vases communicants, en tout cas, y'a plus que la moitié du mot. On se demande bien laquelle ???

No comment = très conttteeentte de toutttt ou bien trop écccoueûûuré-e de soi ?

???????????????????????????????????????

Bon, pas tout ça, faut retourner à faire du texte, afin de vous contenter, au point comme que vous ne commenterez pas…Vous remarquerez que nous sommes même caps de commenter vos no comment usagés…maestro ma! estroardinaire !!!

 

(à suite toute…) 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article