Nous payons encore le désastre Raffarin

Publié le par imagiter.over-blog.com

3918876901_1bb3238a8f.jpg

Sa très courte vue, le désastre Raffarin, en France, c’est son obstination bornée qui  aura abouti à détruire l'aura d'intelligence et de culture française, pour faire chuter ce pays dans un entertainment sans issues…les clones sordides y sont tels que, dans une époque supposée moderne, sommet de l’évolution et des savoirs, des politiques aient, en 2011, du temps à gâcher pour proposer que « dans les écoles tous les élèves, primaires, collèges, lycées portent des uniformes »…

 

Comme l’impression vertigineuse de chuter dans l’esprit d’un homme de Cro Magnon, qui ne sait plus penser mais est devenu un rétroprojecteur d’images stériles et qui régresse sans cesse dans toujours plus de puérilités. Faute de savoir affronter en adulte les vrais problèmes..

 

Nous payons encore le désastre Raffarin…cette période, l’un après l’autre, où il s’en est pris aux scientifiques et aux chercheurs, aux sommités médicales, à l’intelligence, aux artistes et aux intermittents du spectacle…etc mais pour de très mauvaises raisons. Et avec des résultats – avec le recul – vraiment catastrophiques…

 

Avec le seul mot de l'aliénation complète de "rentable" à la bouche, il a violé les consciences pour les infecter du seul court- terme et de la seule courte-vue…Il a habitué à ne plus penser qu’en termes foncièrement irréalistes…le court- terme coûte toujours bien trop cher au long terme…un seul exemple, alors que dans le but (si peu avouable) de voler aussi le service public de santé par le privé, avec toujours sa stupide méthode ‘(relayée par de scandaleux politiciens) d’affaiblir le public, de faire saillir ses dysfonctionnements, afin de le faire croire non rentable (alors que leurs exagérées convoitises « prouvent » à quel point le public est rentable), bref, il a été, systématiquement, procédé à un sous recrutement volontariste de médecins.. Pourquoi, dans la médecine publique, avoir baissé le nombre de médecins formés par an, de 8 500 en 1970 à oui oui 3 500 actuellement ? N'était- ce pas, encore, afin de trop favoriser le privé ? Avec le mot « rentable » comme alibi …

 

 …résultats : le court- terme rend toujours plus crétin, et surgissent de leurs boites de non connaissance du réel des ahuris qui tartinent « cherche médecins désespérément » ou « nous n’avions pas prévu » le vieillissement de la population » et autres puérilités irrecevables car signalant une incompétence trop monumentale… A force de se cacher derrière le court terme rien n’est plus conséquence de rien. Non plus, aucune décision n’est plus cause de quoi que ce soit. Le zapping de l’oubli instantané fait son œuvre de barbarie…tout flotte dans encore plus d’irréalités !!! c’est pourtant clair – la pénurie de médecins de 2011 est conséquence directe du sous- recrutement de médecins d’il y a 10 ans et plus……vrai ou faux ?

…gouverner c’est prévoir…la politique gestionnaire ne voit que le court terme donc sabote, à vue, le long terme…la pénurie de médecins, si prévisible à conclure d’un regard sur les recrutements, ne se voit jamais dans le court terme (avec son excuse passe –partout du « rentable ») – et c’est le court terme 2011 qui surgit devant les yeux toujours aussi égarés de 2011 (qui refusent toujours de savoir et d’apprendre !!!)… et blêmit  « pluuuus de médecins » !!!

 

…pas de prévisions, aucun gouvernement…Gouverner à court terme c’est ne pas gouverner…oui ces absurdités sont toutes issus des gestionnaires détraqués avec qui « on ne discute pas » (le service public, dans de nombreux domaines, reste la gestion la plus efficace socialement et économiquement), des mots comme court- terme ou rentable, etc  AUX COÛTS ULTERIEURS COLOSSAUX !!!

 

Raffarin reste, pour la droite et malheureusement d’autres, un modèle de bon gestionnaire…c’est tout le contraire : les catastrophes qu’il a produites en n’utilisant qu’un mot ( et sans le moindre argumentaire solide, sans un programme pluriannuel qui avoue ses coûts cachés réels)  oui le mot « rentable » comme un mantra, un grigri, une idole, un fétiche, un totem surnaturel…font qu’il faille le déboulonner, complètement, tel un histrion d’incompétences…

 

Son discours aura été celui du simplisme et du monologue…il osait « votre approche du problème n’est pas la bonne, moi je sais mieux que vous, vous ne savez pas lire les textes, vous ne comprenez pas, etc »…or il s’adresse à de personnalités qui, chaque jour, se cassent la tête sur des problèmes hyper complexes et qui en « savent, sans doute bien plus que lui sur toutes les méthodologies d’organisations»…

 

Ce personnage guignolesque, représente toutes les erreurs que l’aveuglement par un seul paramètre peut donner…il va nous aider à nous méfier des traits de ces cerveaux détraqués :

 

1 - si rentable (dans le sens erroné du faisant des profits immédiatement) devenant le SEUL critère de gestion…il n’y aurait plus de possibilités de continuer une civilisation…tout ce qui est technologique, culturel ou artistique n’a jamais été et ne sera jamais « faisant des profits immédiatement »…entre l’idée et sa concrétisation il y a toujours un laps de temps incompressible qui ne peut être dit (avec cet aveuglement de barbares qui détruisent un champ entier pour « récupérer » un brin d’herbe) rentables : vouloir supprimer ce moment d’attente libre et gratuit c’est tuer toute civilisation…aucun moment d’aucune éducation n’est rentable …

 

2 - le fait que le mot rentable devienne une torture illégale soit le fait, systématiquement, de puceaux du savoir, qui viennent avec leur nouveau mot (supposé magique) afin de tout raser, n’est- ce pas l’image , non du « savant fou », mais du « politique fou » ? Une preuve de monomaniaquerie ?  Le même esprit obtus derrière la diversité des situations…jamais la moindre référence pertinente à ce que vivent réellement les chercheurs, les penseurs ou les artistes…preuve, entre d’autres, qu’il ne connaît « rien » à la situation concrète sur laquelle il appose ses « réformes »..et qu’il applique en aveugle une greffe artificielle sans avoir aucun compétences de chirurgien…on voit les résultats catastrophiques 7 ans après…

 

3 - une fois de plus, le fond n’est pas un problème de communication ni de pédagogie…ce ne sont pas les chercheurs qui ne comprendraient rien c’est Raffarin qui n’a rien compris du tout, s’entêtant, irrationnellement, dans une rentabilité qui n’en a jamais une véritable…tatouant la solution sans avoir pris, à aucun moment, connaissance de la situation…puisqu’il est clair qu’avec des moyens économiques colossaux, la bonne méthode n’est pas dans la fuite en avant de la « croissance » (concept utilisé que par les lâches et les incompétents), oui oui toujours la future croissance, toujours la future prochaine…jamais celle d’aujourd’hui à bien de répartir tout de suite, à redistribuer ici et maintenant…même bestiale stupidité qu’avec le mot rentable, comme ramené à « la mentalité primitive » où .rentable c’est de la magie instantanée - je pense culture tilt ! à  la seconde j’ai des millions d’euros qui me rentrent en poche sans faire d’autres efforts que de rester parasites du travail des autres, de leurs œuvres et de leurs créativités…or, culture ou  recherche c’est du temps, beaucoup de temps avec rien de rentable dedans…si vous ne saviez attendre – vous n’aurez plus d’arts, plus de découvertes et plus aucune technologies…en conséquence, qui est bouffi d’arriérations de « rentable » n’est pas, globalement, réaliste du tout, n’a pas du tout une bonne évaluation de la situation, et, à l’évidence, ne sait absolument pas quoi faire…bref, c’est à Raffarin et ses clones qu’il faut resservir son discours…eux seuls ont, vraiment, « tout à apprendre » !!!

 

4 – En effet, toute leur méthode est fausse : Ce n’est pas la croissance qui importe (cette course en avant pas très rationnelle qui refuse d’affronter, ici et tout de suite, le réel) mais la bonne répartition de toutes les compétences, talents et richesses qui existent…ce qui, à l’évidence, n’est pas fait…exactement, comme si ce genre de politiques SE MONTRAIENT PRESSES DE SE DEBARRASSER DU PROBLEME en n’usant que de solutions simplistes…aux coûts cachés monstrueux …a l’évidence, ils n’aiment pas se coltiner aux dossiers, voir leurs complexité, envisager toutes les solutions, tout écouter…ils n’ont pas la passion de la pensée et se permettent de traiter l’intelligence avec aussi peu de respect qu’ils en ont pour eux-mêmes…vu qu’ils sacrifient toujours l’honneur de l’intelligence pour s’adonner à d’infantiles jeux de pouvoirs…

 

5 -  Et, enfin, en ce résumé, des toxiques avec lesquels le drogué à « rentable » contamine la société….il fait savoir que rentable c’est…rente, oui RENTE…le sens de rentable c’est de constituer une rente pour qui ne participe pas du tout à la production. Qui n’en est, souvent, qu’un superflu parasite, mais prétend la financer sans expertises aucunes ni sans savoirs autres que de coller son nez sur une colonne et son total…qui ne doit afficher que du profit pour lui lui lui lui, même si cela doit « coûter » infiniment plus que son supposé « gain » pour la collectivité…pas joli joli…pas sérieux du tout…et sûrement pas fruit de l’intelligence !!!

 

En bref, la plupart du temps, le mot « rentable » avoue une absence de rentabilité globale absolue !!!

 

…..et qui emploie ce mot devient, enfin l’objet d’une saine méfiance : quelque part, nous nous disons, désormais, monomaniaque du rentable, gaffe, pas vraiment sérieux !!!

 

Rentable, croissance, etc. - ce n’est du tout plus pris pour de l’argent même pas compté…

 

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

 (à suivre)

 

trouvez, aussi, un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits freethewords.org,   onglet 4  "Nul n'est  nul", onglet 3 "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), onglet 4  "La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir ". onglet 2 "L'ardeur sociale" et "Le roman de l'économie",  onglet 3  "Why do we left the left wings ?",  onglet 2  "Comment devenir un (e) athée du capitalisme".Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3,   LE ROMAN DE L'ECONOMIE,  ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? etc), onglet 2.

Résistances au changement      Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

 

Si ce blog a su retenir votre attention dans les 1 400 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on trouve plus que prévu 

 

Publié dans sciences

Commenter cet article