Nuire nuit gravement à la société (2)

Publié le par imagiter.over-blog.com

4651806532_7940da56e0.jpg

Nous n'abordons toute réalité que par un tout petit angle. Il faut bien commencer quelque part et le fait que nous n'ayons pas du tout appris à contrôler nos attentions vers le comment commence ou commence comment – voici qui devient dommageable pour la finesse des ajustements nécessaires. Nous fuyons notre progression, nous ne voulons plus évoluer. Toujours trop factices? La réalité, elle, semble sphérique, faite des entiers 360 °. Nous pas: invisible dos, regard idéalement disponible à 180°, mais plus proche, communément, de 60 ° - non ! nous ne sommes franchement pas prédisposé(e)s au réel tel qu'il est...

 

Comment ssskkkon fai, alorsssskkqqe ?

 

La réalité, elle, ne se prend que pour elle-même, n'est entourée que d'elle-même. Ne rejette rien, ne repousse rien. Elle contient tout et rien ne la contient. Devant cette prouesse de gigantismes, nous pouvons apprendre à nous "accommoder" au réel. L'accommodation est ce mouvement de l'œil qui nous permet de voir les choses telle qu'elles sont - d'avoir les yeux en face des trous. Ne manquerait plus que l'accommodation mentale, alors ? Accommodation morale, accommodation émotionnelle et accommodation sentimentale – pour faire complet. Très exactement.

 

Or à nul moment de notre vie et dans aucunes institutions, nous n'apprenons de ces choses là ! Des individus ont, donc, largement dépassé les circonférences mentales de toutes les institutions. Ils sont infiniment plus états que tous les états. Plus nations et bien plus unifiés que les dites (non redites) nations unies. Plus terrestres que tous les organismes terrestres. Plus que…

 

Le monde à l'envers: modes d'emplois…

Non! seuls des individus rassemblent, désormais, toutes les garanties morales, les qualités intellectuelles, les assurances humaines et affectives, les preuves émotionnelles ou, encore, les cautions d'écoutes sensibles – de la force du futur. Les grandes institutions, fautes d'exigences inflexibles ou d'amours fermes de la vérité, s'enlisent dans les impossibilités et impuissances. Elles se foutent les pieds dans la boue. Ne pataugent que dans l'accumulation de leurs non- dits…L'irréalisme est devenu leur credo…Puisque, circonstance aggravante, elles n'entendent plus (entre autre, faute d'écouter !) les voix du génie. Uniquement celles de la médiocrité, à forts élans d'effondrements…Agrippez cet exemple et songez au "La pesanteur et la grâce" de Simone Weil, pas la ministre l'écrivaine…Pas que des qualités (ses dérives religionalistes peuvent déplaire) - mais sa pensée qui sent l'usine du collectif, sait joindre les pans gigantesques du réel tout complet. Sans rien omettre ni rien oublier. La pesanteur plombe ces prétendues grandes institutions ayant choisi les voies de l'infinie médiocrités. Donc sans les génies !

Lourdingues…

 

La grâce, la si danse gracieuse qui appartient toute à l'Evolution! Evolution qui se montre "évoluant" gracieusement comme un oiseau ou bien se mouvant gratuitement telle un poisson. En effet, la grâce obtient même la grâce d'offrit le gratuitement, sans aucun recours gracieux. Voici qui situe la grâce du côté de la gratitude entièrement déployée sur la frémissante Terre - et sa terre. Le progressiste progrès est allié de l'Evolution. Notre civilisation bloquée (et débloquant complètement!),  stoppée nette par la pétrification des illégitimes privilèges (ce regard de la stupidité couronnée qui prive tous de tout sauf le privé-ligié)…son pire ennemi. Bousculer ces têtes à claques, coller aux culs de ces incapables, antagonistes de tout et même d'eux- mêmes – deviennent actes de preux.

 

Toutes les institutions, quelles qu'elle soient, se montrent donc comme les cinglées ennemies du futur du monde. Et des individus comme seul(e)s à la taille des enjeux réels. Nous ne pouvons plus avoir confiance que dans ces individus. Les organismes et institutions retournent à leurs limbes, à leurs enfantillages d'enfances réingurgitées. Vu leurs serveurs effarés, médusés et engoncés – nous savons que l'œil de l'Histoire vient de les voir tels quels et de les foutre définitivement à la poubelle.

 

Dont acte !

 

Il n'y a plus que "certains" individus qui puissent nous guider dans les méandres du réel. C'est pas autrement puisque c'est comme ça. Y'a + que des mecs et des gisquettes qui soient à la taille de nos vrais besoins. Le reste: exit !

 

De ces faits, l'ultime brasier de questions ne peut que concerner comment ont –ils/elles procédé pour être devenus les seuls "experts du réel" crédibles ?

 

Des techniques existent… première marche

Elles sont toutes "hors de prix", glissez un peu: "hors de tous les prix possibles et imaginables"… seconde marche

…la seule et unique chose qui soit "hors de tous les prix possibles et imaginables" c'est le gratuit. Le gratuit surpasse donc tous les prix, il dépasse, devance et précède toute l'économie. Quoi qu'elle radote ou gagatise dans son monologue rouillé. C'est une telle grâce que le gratuit "économise l'économie". Elle, tête de linotte insupportable, ne sait que tout dépenser, gaspiller, saccager, détruire: ras le fion de sa gueule de voyou, de ses manières de pouilleux !!! Le gratuit, par contre, possède, lui seul, une valeur infinie: tous les autres prix, pitoyables prix pris, tous, en flagrant délire, se voient enfermés dans une minuscule valeur. Toutes les autres lui demeurent fermées: sa spécialité l'a tué. Aucun sens du réalisme vrai! Qu'on ne nous bassine plus avec cette ridicule non précieuse !!!

 

Le gratuit, dans l'arriération mentale qu'ils osent nommer "économie", représente le seul concept généraliste, l'unique globalisation, le seul enveloppant. Lui seul mérite une "mondialisation". Dans le "monde à l'envers" tout est détraqué par le pervers. Comment échapper à ses perversions ? L'antonyme d'envers n'est-il pas convers ? Convers ce qui converse, renverse l'envers de tout ? La gratuite conversation forme le début de toute gigantesque transformation. Le gratis seul reste universel, la monnaie sort sa hure hyper locale, furieusement "plouc" et engluée toute d'arriérations bou(s)euses !!! troisième marche

 

Une vue d'ensemble ? Des techniques permettent, patiences de chaque jour, efforts permanents, oublis de soi- même, de fréquenter toujours mieux la réalité. D'agrandir son angle de vue au delà des 180 °, naturellement prévus ? Ne les voyez vous pas danser leurs savoirs ? Et vous croyez les avoir "mérité" ? Alors que vous continuez à $€être la honte de l'Humanité, le fardeau de la Terre ? Tant que vous resterez consommateurs (cette déchéance !) ou spectateurs (cette décadence!) – toujours voyageurs clandestins des grandes femmes et des grands hommes – vous serez "objets" de honte. Voulez – vous devenir "sujets" de votre vie ? Pour cela vous devrez grimper les marches suivantes par vous- mêmes. Pas d'élitisme dans "mérite" juste l'effort, la recherche, la quête, la patience et la générosité. Comme du temps des initiations, si vous voulez. Les initiés prennent donc les initiatives. Les initiatives se décomptent par les initiales. GG. Les techniques d'émancipation sont au bout du chemin…

 

Pas pigé ? Donc pigeons ? Vous croyez que nous insulterions le pigeon (cette compréhension collective!) – ce voyageur qui ramène toujours les "trésors".  Crétins obstinés du monde à l'envers, vous croyiez si bêtement (décidément c'est un mot qui vous caractérise trop bien!) que les trésors seraient "d'argent". Ils ne sont que gratuits. Les techniques d'accès au réel élargi resteront gratuites, bénévoles, désintéressées, toutes gracieuses. L'humour cosmique nous suggère de poser ce "casse tête artistique": comment un trop riche pourra-t-il se payer ce qui restera gratuit ? quels itinéraires devra-t-il emprunter ? quelles impasses où passer ? cette richesse trop surgie de "l'argent des autres", ne devient- elle pas un excès de crocs en jambe auto-infligés ? et ribambelles de questions sur ce contre modèle, universellement rejeté ou non ? 

 

Lorsque vous y répondrez impeccablement – vous aurez le droit gratuitement à une de ces techniques gratuites…Vous croyez que nous nous moquions de vous ? Gratuit, oui mais cette fois –ci avec le plein accord de la Nature. Et puis, le parchemin du chemin (dedans, le filigrane "changer les choses sans en blesser aucune" vous garantit, qu'un jour, vous deveniez "chirurgien-ne de la société par l'intelligence" !) ? Pas de mercis, de rien, c'est tout naturel !!!

 

(à suivre) 

 

  

 

 

Publié dans méthodes de pensée

Commenter cet article