On a froissé mon aile ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

 

 

7251265292_6ea68a8c45.jpg

Pourquoi, c'est un grand oiseau ? Mais non, il a dit, lorsque sa voiture a été frôlée et que l'aile de l'automobile a été froissée : "on a froissé mon aile". Ce qui a l'évidence est d'un animisme, d'une osmose à l'âme véhiculée de la tôle, une identification bien exagérée, sa famille serait voiture. La fusion fait confusion. Cette métaphore des anthropologisations outrancières, l'univers entier comme notre piteux serviteur, le but de toutes les planètes ce n'est que nous nous et nous. La Terre juste un négligeable décor – tout pour nous…rien pour la vie, la nature et l'univers. "Quantités" si négligeables…plus les hommes deviennent riches plus la Terre s'appauvrit : où siège l'anomalie ?

 

Ces clairs détraquements interviennent de plus en plus chez tous ceux/ celles qui refusent de penser par eux même. Le bon sens populaire ne peut plus agir si vous avez fui le peuple. Et puis tout comique de gouaille de fond se voit interdit…oui oui, le capitalisme se présentant comme émancipateur est le plus répressif qui soit, à part acheter, tout y est interdit ou bridé, empêché, freiné, entravé, refréné, etc…vu les maux gigantesques qu'ils créent – les dirigeants et stars se montrent si chochotes, si puritains, si psychorigides…avec eux, il ne faut plus parler que de RIEN…

 

Ce qui fait des personnages comme nous les "vrais" responsables de la planète, les gouvernants vraiment terrestres, les unificateurs de l'Humanité, les dernières grandes références, les socles ultimes – pratiquant, sans relâche, "l'auto- élucidation permanente de la société par elle-même".

 

Permettant aux retours de refoulés de diminuer leurs taux de destructions, nous trouvant sur les sommets des vagues de tous les gigantismes, Brassant, charnellement toutes les pensées, plongeant entiers dans les analyses, vivant drus en embrassant les synthèses. Osant aller jusqu'au réacteur central du réel, nous avons multiplié les méthodes et l'athlétisme mental. Afin de peser, estimer, jauger, mesurer, apprécier, examiner, considérer, soupeser, évaluer, coter, supputer, englober, unir, assimiler, goûter, ressentir, absorber, scruter, percevoir, envisager, discerner, observer, guetter, étudier, oui juger au mieux !!! Nous nous considérons comme pleinement responsable de l'Humanité !!!

 

Nous affrontons bien en face tous les méfaits des conformismes (ces maladies possiblement mortelles de l'Humanité)…Aucun bon sens n'en surgit, aucune raison qui s'avoue et se montre n'en secrète, aucun bienfait collectif – tout y reste caché, enfoui, masqué, en putrescence, à devenir toujours plus toxique, dissimulé, sournois tu, sociopathisé, travesti, déguisé, fictif, affublé, voilé – se faisant toujours passer pour autre chose, mimétique et parasitaire…dépendant plus qu'entièrement de pensées saines et de corps forts – le but n'en est rien moins, à moyen terme, que la destruction de toute la société, oui de l'associé-té…et c'est justement parce que les capitalismes vantent tant les conformismes qu'ils devraient, les conformismes, se voir entièrement disqualifiés et dévalorisés. Ils servent bien à vous rendre matons des autres, flicards de leurs comportements, effondrés jusqu'à les harceler à la soumission volontaire la plus extrême…

 

Tout ceci va devenir, bientôt, perceptible au plus grand nombre. Le bon sens va revenir près de chez vous. Va même y entrer au fur et à mesure que vos passions de rencontres vont grandir. Tant d'êtres sur Terre n'attendent que votre attente. La faim de découvertes n'a jamais été aussi grande. Plus de 80 % d'entre nous vibrent de partager son humanité…Là tout de suite !!! Ceci reste un futur proche. mais, à l'instant, en ce mi-2012, il faut un immense courage pour affronter ces conformismes blindés comme des barbaries !!!

 

Ce qui donne, alors, de la flamme à ce courage ? Les premiers d'entre nous, qui "savourent" de débusquer une folie conformiste, reçoivent de flambants flashs vraiment bandants ou mouillants. D'entendre le "on a froissé mon aile" vous envahit d'un flot de joies absolument inédites…Etc…

 

Aussi – armé-e-s de ce viatique - allez revisiter nos blogs récents "Le temps météo nous conteste dru ?", "Lorsque la Nature se voit expulsée des modèles économiques ?", "Qu'y a t-Il encore de sérieux en économie ?" (1), "L'avenir est en jeu" ou "Lorsque les excédents des uns font les déficits des autres" – et vous ressentirez, jusqu'aux tréfonds de vos sensibilités, les gigantesques plaisirs à rester toujours sur les premières vagues de tout…

 

Le temps des conformismes, si blessants, est proche de sa fin – tous les mots sont contre eux/ elles. Et les actes aident au basculement de la vision :

            le synopsis (que nous développerons ailleurs) en est de voir un champ qui soit la Nature, pollinisation par les papillons et les insectes, herbes assez hautes, les vibrations de la vie, etc. Et des monomaniaques de la tondeuse: dès qu'il y a soleil, en compulsions désœuvrées, ils tondent, semant obstinément la mort, empêchant la pollinisation (donc la survie de la vie), etc. Alors que la plupart des Conseils généraux empêchent leurs personnels de couper en dessous de 17 cm – là c'est à ras. La mentalité militaire rigide qui ressort : pas un cheveu (un brin d'herbe) qui dépasse, tous au garde-à-vous devant moi, le destructeur de la nature qui "règne" sur sa pelouse de mort, c'est moi moi moi…etc…

 

Le basculement de la vision (la Nature vivante et la pelouse morte) commence par le puissant malaise qui vous étreint à observer ces acharnements (tondre toutes les semaines) et l'impression, devenant nette, que c'est bien une maladie mentale. Que la bonne attitude devient de "laisser sa place à la Nature". Ensuite, votre vigilance monte en efficacité : effectivement, chaque année vous observez moins de vie "naturelle" dans les campagnes, sur les rivages et dans les montagnes. Cela ne peut continuer en ce sens. Tondre exagérément sa pelouse (2 coupes par an et au dessus des 17 cm peuvent suffire) se dévoile comme une compulsion maniaque – à classer dans les Toc ou les conformismes à soigner. Point barre.

 

Le bouleversement climatique - ce changement de fond qui peut nous devenir mortel, aux humains - existe parce que c'est la Terre qui FAIT le climat et nous qui l'empêchons de le "faire"…afin que la Terre puisse rééquilibrer le climat nous devons lui restituer de la Nature ("ses" fleuves, "sa" végétation et "sa" constitution géologique, etc.)…imaginez les milliards de pelouses qui laisseraient  enfin, "la part de la Nature" hors de tous leurs détraquements conformistes…comme pour la protection de la couche d'ozone, les effets seraient notables rapidement…

 

Et sans efforts: en fait, il n'y aurait rien à faire. Tout ce que nous leur réclamons c'est de NE PAS FAIRE. Ne pas tondre leurs pelouses…

 

                                   Pas fatigants les changements de fond !!!

 

                        Que le vaste humour vous grandisse et vous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

 (à suivre)

 

trouvez, aussi, un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits freethewords.org,   onglet 4  "Nul n'est  nul", onglet 3 "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), onglet 4  " La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir " et "L'anticommunication comment ça fonctionne ?", onglet 2 "L'ardeur sociale" et "Le roman de l'économie",  onglet 3  "Why do we left the left wings ?",  onglet 2  "Comment devenir un (e) athée du capitalisme". Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3, Le Roman de L'Economie, ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? qui s'est emparés des désemparés ? qui a détressé les détressés ? qui a dérobé aux nécessiteux leur nécessité ? s'il y a faim il a, d’abord, affameurs, endetteurs, capital au noir ou argent clandestin, etc),  onglet 2.

Résistances au changement      Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

La façon d’écrire se nomme infini respect

 

Si ce blog a su retenir votre attention dans les 2100 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on trouve plus que prévu

 

Publié dans qui fuit le réel

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

JeH 27/07/2012 11:54


Cela fait déjà un bon bout de temps que l’on sait que la Terre n’est plus le centre de l’univers !!! 


Mais un déplacement s’est opéré :  l’Homme est resté le centre de l’univers ! et ses activités … enfin, c’est ce que l’on entend, et sous-entend partout
… 


Les astrophysiciens ne cessent de faire des découvertes qui nous mettent “hors-centre” de cet univers, alors pourquoi on continue toujours à nous laisser
croire le contraire ?


Parce que notre vision du monde part de notre vue, de nos yeux, mais cela nous mène à une illusion d’optique, notre regard se croit le seul, l’endroit d’où
nous observons ne peut être ailleurs que là où nous sommes. 


Mais si tout au contraire, nous incluons dans notre regard le regard des autres, placés en d’autres lieux, nous embrassons un paysage plus vaste, difficile à
enfermer dans un objectif, un cadre, un poster qui se poste comme pour garder rien que pour lui. Voir à travers son regard et le regard des autres nous ouvre notre champ de vision, nous obligeant
à tourner la tête, bouger le corps, se déplacer … . 


Ce champ qui devient vite une pelouse rase où plus rien ne peut pousser, se ré-générer, se multiplier, si nous restons sur nos positions.

imagiter.over-blog.com 27/07/2012 17:49



en plein dans le molle


c ce qu'il fallait dire


commentaire réussi marci