On fait dire ce qu'on veut aux chiffres

Publié le par imagiter.over-blog.com

1810829729_664dd91a51.jpg

C'est quoi la référence objective alors ? Au lieu d'une réponse vous aurez la litanie mais les mots c'est pas ça. D'écouter les expériences des autres n'apporte rien. Les infos sont biaisées (à chaque fois qu'elles ne conviennent pas). Les images ne prouvent rien et les faits…etc. On fait dire ce qu'on veut au chiffre – le mantra qui disqualifie tout : puisque les chiffres comme objectivité trouvable dans tous les pays ne disent que ce que vous ne voulez pas qu'ils disent, il n'y a plus rien. Faut abandonner toute conversation. Ne plus écrire. Ne plus présenter d'argumentaire. Un tel nihilisme sortirait de la bouche de ce qui est craché péjorativement anarchiste ? Pas du tout. Il n'y a pas plus extrémiste qu'un bourgeois, plus nihiliste et destructeur qu'un conformiste, plus irrespectueux de tout qu'un-e intégré-e…etc

 

Qui –bien planqué-e dans une lâcheté, jamais atteinte depuis le début de l'Humanité, ne ressassent qu'une phrase pas changer de style de vie pas changer de style de vie pas changer de style de vie…même d'un millimètre. Tous leurs actes n'existent que pour cela. Même faire croire que l'on ferait dire ce qu'on veut au chiffre ? Exactement ! Tous ces individus sont pires que Bush de sinistre mémoire…plus extrémistes et terroristes encore ? Donc pour maintenir ce grave refus du réel faut exclure toute RAISON. On fait dire ce qu'on veut aux chiffres donc les chiffres ne veulent rien dire et je n'ai pas à changer de style de vie. Les expériences fabuleuses ne signifient rien dire et je n'ai pas à changer de style de vie. Plus aucun fait ne prouve rien dire et je n'ai pas à changer de style de vie. Le langage, les images, les raisonnements et arguments ne veulent plus rien dire et je n'ai pas à changer de style de vie… une telle INERTIE, qui s'incruste depuis des décennies et ne peut conduire qu'au suicide collectif, subi de plein fouet par la société, est bien menée par les terroristes bourgeois, si "conformistes" (à quoi, au fait ?). Qui nous sortent l'impossibilité logique : on fait dire ce qu'on veut aux chiffres !!! DONC ils ne peuvent m'obliger A CHANGER ( pots-aux-roses tous éventés ?) !!!

 

On ferait donc dire ce qu'on veut aux chiffres ? Oui, seulement si on est aussi malhonnête qu'eux, aussi illégaux et tout le temps, bouffis de mauvaises fois, qu'un bourgeois. L'incarnation revêche, rogue, aigre et acariâtre de la mauvaise volonté. On fait dire ce qu'on veut aux chiffres

 

Les chiffres restent une approche loyale de la vérité des faits. Et une introduction imparable au réel. Impossible de leur faire dire ce qu'ils ne formulent pas. Les têtus totaux appartiennent au réel intégral – pas à la province si locale des dirigeants !!!

 

On fait dire ce qu'on veut aux chiffres – FAUX !!! On peut essayer mais les défenseurs de la civilisation qui disent nettement faut changer de mentalité (oui sortir de la délinquance mentale bourgeoise) et complètement changer de style de vie – ne parlent pas à la place des chiffres afin de les empêcher de…dire…de…

 

                                    …changer complètement changer de style ?

 

Tous les chiffres le disent !!!

                                                           Et nul ne peut leur faire dire autre chose !!!

 

…si vous êtes intéressé(e)s par des buts aussi exaltants mais si ingrats d'ingratitudes des autres, vous trouverez de nombreuses nouvelles manières d'interroger notre réel dans les blogs "Le capitalisme est structuré comme un alcoolisme", "Que paient les trop riches ?", "une société, institutionnellement, organisée pour voler les pauvres" du 23 septembre 2011, "Tout l'argent gratuit pour les seuls capitalistes" du 25 septembre 2011 …,"L'angle mort de la finance", " Chiffres de l'occupation de l'armée étrangère de la finance" (blog du 17 février 2012), "Les crises sont causées par les excès d'inégalités", "Les déRègles du privé ?", "Evincer les mégalomanes du portefeuille ?", "Le coût infime pour sortir 3,5 milliards d'humains de la misère ", "S'il y a faim c'est qu'il y a, d’abord, affameurs", "Arbitraire d'Ancien Régime du marché ?", "Genève, capitale mondiale des spéculateurs agroalimentaires ?", "L'accaparement des terres - l'hypocrisie dévastatrice de l'Europe ?", "Si aides aux banques remplacées par aides directes à la pauvreté ?" ou bien " La règle d’or budgétaire appliquée au privé ?", "Comment on ne sait plus penser – agences de notation", "2001- 2011 : décennie des pires décisions ? (1)" "La vie toujours plus chère c'est bien le privé", "Ils vendent "tout" votre argent - comment ?" , "Empêcher les riches de nuire aux pauvres", "Un libéralisme sans libéralités",  "Diriger un pays comme une routine paresseuse ?", "Ne pas prélever les recettes : actes d'irresponsables politiques ?", "A quoi "sert" tout cet argent ?", "c’est bien le capitalisme punitif qui restreint la vie de tous", aussi, du 5 Mai 2012 "Pourquoi ne surtout pas imiter l'Occident ?", ou même"L'auto- élucidation permanente de la société par elle-même".

 

                        Que le vaste humour vous grandisse et vous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

 (à suivre)

 

trouvez, aussi, un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits freethewords.org,   onglet 4  "Nul n'est  nul", onglet 3 "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), onglet 4  " La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir " et "L'anticommunication comment ça fonctionne ?", onglet 2 "L'ardeur sociale" et "Le roman de l'économie",  onglet 3  "Why do we left the left wings ?",  onglet 2  "Comment devenir un (e) athée du capitalisme". Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3,   LE ROMAN DE L'ECONOMIE,  ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? qui s'est emparés des désemparés ? qui a détressé les détressés ? qui a dérobé aux nécessiteux leur nécessité ? s'il y a faim il a, d’abord, affameurs, endetteurs, capital au noir ou argent clandestin, etc),  onglet 2.

Résistances au changement      Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

La façon d’écrire se nomme infini respect

 

Si ce blog a su retenir votre attention dans les 2 100 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on trouve plus que prévu

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article