On parle toujours mal quand on a rien à dire

Publié le par imagiter.over-blog.com

2168059614_b9b8385c70.jpg

La problématique devient que moins de personnes pensent par elles- mêmes plus le trésor social diminue, plus les aires déployées d'émotions, de sentiments et de ressentis se racornissent vers le minuscule…jusqu'à disparaître !!!

Nous ne parlons donc jamais pour ne rien dire. Les résultats de ces omissions de sens deviennent, immanquablement, favorables aux pouvoirs en place. Plus de vigilances, en conséquence, sur vos propres agissements que sur ceux des voisins. Cette seule attitude faisant avancer la société d'un immense pas…

Dans l'hypothèse de désolations d'inspirations, plutôt que de souiller les sources vives ( oui l'inoubliable "de la discussion jaillit la lumière") – préférez tous les exercices d'athlétisme mental…" On parle toujours mal quand on a rien à dire ", se "fusémet"*** Voltaire. Il lança sa fusée, l'émis, la mis sur la bonne orbite. Posant, collatéralement, la certitude que la conviction (à la Max Weber) l'emporte sur les habillages hypocrites. Au fond d'eux, les gens préfèrent les convictions profondes, les sincérités plus risquées, les authenticités qui impliquent. Même si le prime abord de l'exigence et des dérangements induits – aboutissent à un retard dans le conscience de cette acceptation.
 
*** d'après le droit inentamé de créer de nouveaux mots. Le peuple était voué à de la verve vive. C'est lui qui inventait les vocables neufs…S'il ne crée plus de mots mais en diminue le nombre en usage – nous reprenons ce droit inentamé. 

Le contraire de conviction c'est de se taire, déguise ses mots, de se fermer, de ne jamais formuler clairement ce que l'on pense…l'éviction de toute approbation et adhésion,  dans ce scepticisme qui ne s'interroge même plus – c'est le vide vécu !!! Flottements, imprécisions, flous, hésitations, vaporeux, confusions, balancements ou embarras – le manque de certitude fait tout trembler…comment trouver les micro-décisions les plus adaptées – si vous vous trouvez secoués d'indécisions (cette impossibilité à décider et "se" décider !!!) ?

De ces ensembles d'éléments, il ressort que d'insister pour parler lorsque l'on a rien à dire – aboutit à ce que l'on y parle toujours plus mal. Comme un grand manque de concentration où vous jetez sans même regarder, où vous pensez à tout autre chose, où la distraction vous omet, vous oublie, vous  étourdit ou sème les bévues…Il en émerge comme une flagrante exigence d'alignement : pensée, sentiment et corps doivent résonner pareillement…

Lorsque se montre détricoté, incohérent, décousu, extravagant, désarticulé, désordonné – le rapport entre l'intention, la conviction mentale et le ressenti corporel, normal que la réalité qui en ressort possède les mêmes haillons dépenaillés. Ne pas être "dans" ce que l'on dit vous désagrège ou vous disperse, dissémine et éparpille loin de tout sens tenu. Comme par inadvertance. Comme sans aucune suite dans les raisonnements. Tel du fortuit ou de l'accidentel parachutés sans nécessité ni conscience…etc. Si tant est que c'est le langage qui nous a entièrement structuré – homo sapiens  sapiens – son mauvais usage ou son simple emploi inadéquat nous déstructurent. Obtient de très paradoxaux résultats…

Et – en ce qui concerne le langage – les mêmes effets se montrent aussi. Embrouillements, décousus,  désordres, approximations, nébulosités, à-peu- prêt, etc…tout semble se liguer afin de parvenir à un échec de langage.

    Le langage nous engage, de la sorte, dans une implication complète…

De dénier et renier ce réel c'est un peu comme si nous ne savions plus parler…
                infans
Oui, nous parlons toujours très mal quand nous n'avons rien à dire…

Les mots ne sont pas un jeu – il y va du feu tout entier…seul le "nous passions avec nos passions" parvient à traverser les murs d'encerclements et de mutismes sociaux !!!

…puisque, vous pouvez désormais l'expérimenter en direct, en apprenant à utiliser le "cerveau sensualisé"… comme il apparaît dans quelques unes de nos plus récentes techniques sur ce blog ? : "Sourire vos digestions", "Comment l'œil vous respire l'univers ?", "Parfum parfait", "La vaporisation du moi", "La bibliothérapie ? Les livres guérissent !!!", "Mimétisme comme unique raison", "se perfectionner à la perfection…", "L'infini partout autour de soi", "Les échanges affectifs d'infos", "Dans danse", "La gratitude est le paradis lui-même", "Les profondeurs de l'usage du cerveau ?", "Reposer le repos d'une question", "Qu'est- ce qui vous amène à vous amener ?", "Toute la spiritualité ne serait que spirales ?", "Ce qui est maintenant prouvé ne fut jadis qu'imaginé""Tribus", "Piller les roupillons", "S'organiser autour des organes", "La réalité est complète", "Tri et trois ?", « Butiner le but », « La queste des questions », "Objectivité de la poésie", "Esprit libéré et esprit encombré ?", "spirer et conspirer", "Essaie de dormir !", " Trio vainqueur – sentir, sentiment, senti- mental !!!", "La Forme à (absolument) tout faire ?", , "Comment garder des sensations de qualité ? (1) (2)", « Efface le face à face que reste- t-il ? » ou bien "La communication qui n'a jamais appris la communication réelle" ? etc. – oui encore etc. En bref, quasiment tout vous serait caché ? Sans doute ! vous pouvez le vérifier sur le blog "Lorsque ne plus savoir admirer tourne à la maladie" (1) un blog a obtenu un titre à part " A votre égard tout sera égards". Grâce à qui ? Toute l’histoire du rire en 5 textes.  Encore, voir le blog du 16 septembre 2010 « Simuler votre cerveau vous offre toute la réalité » ou comment notre cerveau peut être un véritable magicien à votre service, etc…

        Que le vaste humour vous grandisse et vous nourrisse !!!
Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif
 (à suivre)

trouvez, aussi, un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits freethewords.org,  onglet 1  "Les mamelles du repos", "Remue- ménage" et "L'athéâtre",  onglet 2  "Comment devenir un (e) athée du capitalisme" ou bien "L'intelligence indestructible du capitalisme ?" et "La star des stars", "L'ardeur sociale" ou, encore, "Présent !", onglet 3 "La diction du dictionnaire" ou comment rendre tous les mots physiques", et  "Rien de plus solide que le solidaire", sinon,  onglet 4 "Où trouver encore du sérieux ?", "Nul n'est nul", "Je ne parle plus à qui a raison" ou bien, encore, "Assentiments aux sentiments".
Résistances au changement      Impliquent changement de résistances
Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser
Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

Si ce blog a su retenir votre attention dans les 1 800 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on trouve plus que prévu

Publié dans le ridicule qui tue

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

jo 12/04/2012 08:11

Hello bonjour , waouhhh quelle tirade bravo mais si l' informatique est la science de l' information , la problématique est-elle la science des problèmes ??? mmmhhhh Je reste dubitatif....

Mais bravo pour le site...

Réflexions d' un oiseau rigolard
condor79

imagiter.over-blog.com 12/04/2012 17:30



Bonjour et
Merci pour l'habileté à ouvrir les débats et conserver l'humour. Nous avons produit beaucoup de blogs, déjà, celui- ci est dans la continuité…vous y opposez, bien volontiers, des arguments non
revisités…

Comprendre la démarche et vous porter vers plus de conviction – peut se faire en lisant (ces prochains jours !) notre étude sur le premier rapport mondial sur le bonheur du Earth Institute de
l'Université de Columbia. U.S.A. Rapport commandé par la conférence des Nations unies. "L'argent ne fait pas le bonheur : il a même tenté de le kidnapper" ou bien "Nous avons déjà été voté(e)s ?"
et "Ce qui est établi ne doit pas retourner sur l'établi ?".
Merci de toutes façons…