Ordres à la Banque mondiale

Publié le par imagiter.over-blog.com

7858026338_b212195bd8.jpg

Il peut sembler paradoxal de s'adresser ainsi à des organismes internationaux. Pas tant que cela si l'on met, côte à côte, les immenses catastrophes et méfaits causés par eux et la rigidité idéologique dangereuse avec laquelle ils ont appliqué le désastreux "consensus de Washington", généré par les Chicago boys qui n'avaient jamais parlé QUE de la situation européenne. En 1930, en plus. Décalage radical: idées pus que ringardes.…Et dont l'application fanatique de quelques phrases, isolées de leur contexte, ont produit – directement - les crises systémiques depuis 2007-2008…ce n'est pas rien…une Banque mondiale qui se trompe sur tout. Et impose, colonialement, aux autres ses erreurs… ne peut qu'être mise sous tutelle…

Silences coupables sur les catastrophes gigantesques causées par tant de barrages inappropriés. Dont la plupart ne sont déjà plus utilisés. Et qui participent, encore aujourd'hui, aux désastres écologiques majeurs. Ce n'est pas rien. De quoi hurler une grande engueulade…

 "De grands équipements souvent inadaptés sont vendus à des gouvernements peu informés, naïfs ou corrompus. La  Banque mondiale a financé des projets de ce type pendant des années. (p. 110 - Jean-Christophe Vié, de l'UICN – Le jour où l'abeille disparaîtra – janvier 2008)."

Pire – devant l'annonce que les bouleversements climatiques vont provoquer, en peu d'années la disparition du 1/3 (tiers) des espèces vivantes, et l'inattention infantile devant cette information vitale…Que des regards vides de compréhension et une léthargie vraiment anormale !!! Comprennent-ils/ elles encore le sens des mots ? Puisque "certaines espèces ont besoin de conditions climatiques très particulières pour se reproduire ; un degré d'hygrométrie ou un intervalle de température particuliers. Des variations de seulement un degré peuvent avoir des conséquences inattendues (p. 117- ibidem). Or le GIEC, dont la puérilité dérisoire des calomnies dont ils ont été la cible avoue la valeur des travaux, prévoit une augmentation de… au moins, 1,5 ° à 2,5 ° C du global warming (pas réchauffement climatique comme la mauvaise foi (froid ?) française traduit, sournoisement, mais réchauffement global, donc non pas prévu QUE pour la France !)… donc 1,5 ° et plus – alors que déjà 1° C c'est catastrophe ? Mais peut-être, tout simplement, que la Banque mondiale est tout simplement incapable de comprendre ces explications scientifiques ? Voir le blog "Les preuves à l'envers" du 6 septembre 2 012… D'où clair abus aux compétences, CV biaisé, concurrence intellectuelle non libre et complètement faussée ? Les escrocs se noient dans leur ego mégalomaniaque ?

Puisque…

"Nicholas Stern, ancien économiste de la Banque mondiale (un organisme régulièrement mis en cause au sujet du financement de projets très dommageables pour l'environnement) chiffrait de manière astronomique le coût des changements du climat pour l'économie mondiale. Que la vie disparaisse, ce n'était pas somme toute pas si grave, mais si l'économie risquait de souffrir, alors il fallait agir (p. 116 - Jean-Christophe Vié – Le jour où l'abeille disparaîtra) "

 

Preuve est donc faite… difficile de trouver des cerveaux aussi immatures, incapables de penser en adultes, se montrer mentalement autonomes, ne sachant absolument pas hiérarchiser les problèmes, suivre la structure de la Raison et ses ratios, analyses, contre analyses et synthèses finales…bref, inaptes à décider pour tous. Et passible d'accusations énergiques d'escroqueries aux compétences réelles et d'usurpations de fonctions…destinées à d'autres !!!

 

Juste des mécaniques creuses qui ne savent qu'obéir surtout pas commander…D'où les "ordres" vous comprenez ?

 

Le "consensus de la Terre" c'est que si la vie est morte l'enfantillage absurde nommée économie ne peut exister dans le néant. La vie est supérieurement plus nécessaire que l'économie. On ne peut se passer de la vie, de l'économie oui… Absolument et entièrement, en plus…Au point qu'économiser l'économie – complètement s'en passer -  devrait constituer l'obligatoire prix Nobel (enfin prix de la Banque de Suède) dit d'économie…pas de solution plus adulte que de virer ce tas abusif de problèmes psychologiques qui se planquent derrière l'appellation déréglée d'économie … l'économie c'est tout thérapeutique, de la grande médecine oui, soigner ses fanatiques oui ; épargner, ainsi, c'est sauver la vie, ne plus l'assassiner, économiser c'est ne pas dépenser. Ce qui advient si l'on suit la sagesse du "chacun-e sa paie c'est la paix" puisque payer vient de l'étymologie "apaiser"…et qu'un revenu d'existence mondial de tous à 2 000 € par mois ne coûte que 24millions d'€ sur 100 ans. Alors que c'est 147 MILLIARDS par Individu que coûte le seul système bancaire européen. Donc nous restituons 146 milliards et 976 millions…ça c'est économiser en très grand. Donc de la vraie économie… Enfin, ce n'est qu'un résumé…tous nos travaux prouvent amplement, longuement, méthodiquement, sérieusement et avec compétence tout ceci…voir simplement le blog du 31 août 2012 " Abolir toute pauvreté – non cela ne coûte pas cher du tout"…

De quoi participer à l'autorité morale qui se met très en colère contre la Banque mondiale coupable de tant d'erreurs inadmissibles. Et de faire dégager tous les incompétents abusifs qui occupent des fonctions destinées à d'autres "qui nous en sortiront"…Ce sont les ordres et il n'y en aura pas d'autres…

Voyez, juste comme une des nombreuses garanties que nous fournissons, l'état de leur immaturité écervelée –comme s'ils croyaient que le père Noël existe, en fait -"Une croyance idiotement répandue donnerait à penser que la nature dispose d'une possibilité de régénération infinie. Dans ce cas, la diminution de la biodiversité devrait être considérée comme un phénomène réversible. En réalité, il ne faut pas s'y tromper : nous savons que nos capacités à faire machine arrière sont réduites (p. 120 -- ibid)." Ainsi stagnent-ils/ elles dans des comptes de fées enfantins où on peut faire n'importe quoi ( croire que son gain n'a pas un coût est de la dernière arriération mentale connue) et que "la Nature réparera tout" (et pourquoi pas que le père Noël existe ?) se montre d'un angélisme irréaliste incapable de devenir adulte…Non et non et non, la réalité est obligée de vous cingler son fouet au visage…L’adaptation de la nature a des limites… elle ne peut pas régénérer au-delà de cette limite !!!

 

Ridicules enfants égarés qui faisaient semblant de diriger le monde –

                                                                          vous avez vraiment TOUT** à apprendre !!!

 

** par exemple, ce que nous disons dans nos blogs de fond sur les "Agricultures intensives" livre noir de l'agriculture et solutions alternatives démarrant le 6 juin 2011 jusqu'au 14 en 6 textes très fouillés. Allant jusqu'au "Vandalisme des dirigeants" le 26 août 2011.

 

                        Que le vaste humour vous grandisse et vous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

 (à suivre)

            tous ces blogs sont bien reliés à une pensée globale

 

trouvez, aussi, un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits freethewords.org,   onglet 4  "Nul n'est  nul", onglet 3 "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), onglet 4  " La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir " et "L'anticommunication comment ça fonctionne ?", onglet 2 "L'ardeur sociale" et "Le roman de l'économie",  onglet 3  "Why do we left the left wings ?",  onglet 2  "Comment devenir un (e) athée du capitalisme". Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3, Le Roman de L'Economie, ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? qui s'est emparés des désemparés ? qui a détressé les détressés ? qui a dérobé aux nécessiteux leur nécessité ? s'il y a faim il a, d’abord, affameurs, endetteurs, capital au noir ou argent clandestin, etc),  onglet 2.

Résistances au changement      Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

La façon d’écrire se nomme infini respect

 

Si ce blog a su retenir votre attention dans les 2 200 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on trouve plus que prévu

 

Publié dans gouvernance mondiale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article