Où tu foutais les foutaises ? (1)

Publié le par imagiter.over-blog.com

28574785_446eebcd69.jpg

Entendu une chanson "lorsque l'on est vraiment libres on a pas besoin de s'envoler". Allez dire ça dans les prisons où la jonction d'un ciel bleu et du savoir s'envoler comme des oiseaux rendrait si libres. Alors pourquoi une vie sociale à 90 % (plus, moins ?) faite de telles foutaises ?

 

*** when you're really free/ don't need to fly

 

Cette foutaise surgit tout droit du refus puéril de vivre les expériences. De les refuser infantilement et masochistement par seul esprit de contradiction (pourtant rarement en branle face aux puissants et dirigeants!). Dans ce blog nous vous avons fait part d'une des expériences les plus fortes de la vie humaine: VOLER TELS DES OISEAUX***…avec tous les éléments basiques pour concrétiser, maintenant, l'expérience (sauf cet état intérieur nécessairement parfaitement "aligné" qui ne dépend que de chacun-e)…expérience transformatrice où la majorité des foutaises n'entendra que des commentaires de commentaires déjà inadéquats au départ (puisque les individus n'ont pas vécu l'expérience). De l'info "yes we saw you fly" (purée nous t'avions vu voler) il est trituré une gadoue infâme et inutilisable. S'envoler fait passer aux stades supérieurs des libertés. Ca vous transforme (et facilite) toutes les formes et méthodes de pensée. Ça vous permet de raccorder tout votre corps à votre intelligence désormais devenue "intelligence sensuelle". Et tant d'autres prodiges que l'on ne peut découvrir que pas à pas. Dire l'inverse n'est qu'une foutaise. En priver les autres une très dégueulasse action.

 

**** voir les 17 blogs sur ce thème diffusés sur le blog "imagiter"…

 

Le pire donc de cette foutaise c'est qu'elle fasse obstacle à la diffusion de la merveilleuse info. Qu'elle empêche les autres de prendre connaissance du noyau de feu du savoir. Bref, se montre copieusement anti-humaine et très anti-sociale. Pourquoi une détestation de soi telle (refuser même d'entrer un doigt de pied dans une expérience à votre portée c'est de l'auto mutilation, non ?) qu'elle ne veut que saccager toute beauté, toute grandeur ou toute force, etc – autour de nous tous ?

 

Cette nouvelle rubrique "Où tu foutais les foutaises ?" veut donc pourchasser de tels salopards et saloperies qui souillent, ainsi, tant la vie collective avec leurs irrecevables…foutaises. Nous sommes prêt-e-s à les acculer jusqu'au fin fond de l'enfer, s'il le faut, afin de les démasquer. Elles/ ils (ces racailles des sommets !) ont assez sévi - faut que ça dégage (dégaze) désormais…

 

Autre abordage (il y a tant à faire pour faire refluer les foutaises qu'il requiert de diversifier les entrées afin de ne pas se lasser de démanteler (autre chose que le "how to dismantle…" des peu recommandables U2…) les foutaises.

 

Un vrai bon livre (donc qui ne sera jamais discuté profondément !) "Lost in management " de François Dupuy – février 2011 débusque, dès la 3ème ligne, que "les discours tenus par et sur les organisations reflètent peu la réalité concrète". Oui, "grande est la surprise pour un observateur extérieur de constater le rapport compliqué que ces organisations ont avec la réalité (…) son appréhension étant "filtrée" par le biais d'un vocabulaire convenu, codé, un ensemble de notions vagues qui sont d'autant plus rituellement acceptées par les acteurs qu'elles ont un rapport bien lointain avec leur propre réalité"…Ceci c'est en interne – qu'en est-il du regard extérieur, aussi évaporé ou déréalisé ?

 

Un "zéro savoir sur le management" ? Plutôt un "effet de cercle vicieux : la littérature sur l'entreprise n'est, dans son ensemble, guère passionnante et de ce fait les avertissements sérieux et argumentés qui sont parfois lancés se perdent dans une masse informe alimentée par les éditeurs qui voguent au mieux sur les effets de mode " (p. 14). Les éditeurs seraient donc les principaux receleurs et semeurs de foutaises ? La colère à leur égard, d'ailleurs, enfle chaque jour : l'ampleur de ce QU'ILS N'ONT PAS PUBLIE ET DIFFUSE devient primordiale. Nous avons là toutes les pièces du puzzle manquantes à l'émergence de "cette intelligence collective qui soit à la vraie taille des problèmes actuels et de leurs complexités". Donc de leurs solutions !!! D'ailleurs, nos blogs (retrouvables ici!) ont prouvé qu'ils ne savent "plus lire", certainement pas penser, ne savent même plus rien d'utile et de pionnier dans tous les domaines intellectuels et, à la suite de Deleuze, que leur seul fonctionnement effondré et étroit nous empêche de connaître tous les génies actuels. COMME ECHEC ABSOLU – difficile de faire mieux. Les massives répulsions à leur égard escaladent toujours plus haut. Aussi - de pouvoir user d'une rubrique pour pointer tous leurs délires de fofolles – accélérera la percussion…

 

Une des sommets des foutaises se concentre donc dans ces imposteurs de la culture, des infos et des expériences humaines…Ils vous se voir, désormais, retranchés dans leurs ultimes alibis. Tous les circuits de questions ont changé de direction: les prétendus dirigeants de TOUS les secteurs seront toujours plus sommés de répondre…Tout de même "des éditeurs qui voguent au mieux sur les effets de mode" ça fait pas sérieux du tout. Cela fait même bricole d'amateurs – un anti-professionnalisme notable. Cette frivolité irresponsable les décrédibilise absolument. Et vous allez, au fur et à mesure, vérifier de près les bimbeloteries de leurs arguments bidons.

 

L'essentiel, pour nous, reste de bien saisir ceci. Qu'elles fuient le réel c'est un fait mais qu'elle prétendrent monopoliser les circuits de décisions et d'informations sur le réel une autre…celle-là totalement inacceptable. Le pire se montre cette manie trop perverse qu'elles ont d'empêcher autrui d'agir différemment de leurs foutaises. La démocratie reste dans les seuls mots: dans le fonctionnement réel c'est juste subir leurs lubies bondées de foutaise, non ? Clair que, dans nombres de domaines, ILS N'ONT PLUS DU TOUT LEUR PLACE. Si nous voulons que la civilisation survive d'autres doivent les remplacer. Et vite !!!

 

Comme nulle part ailleurs ne vous sera recommandé "Lost in management" de François Dupuy nous vous recommandons cet ouvrage ouvrant (ontologie même du mot!). Toujours page 14, il vous prouve que "les entreprises ne savent plus ce qu'elle font". Ce n'est pas rien comme scoop, non ? La première partie se titre "Comment les entreprises ont perdu le contrôle d'elles-mêmes : les conséquences de la "paresse managériale". Bingo! la paresse marketing, la paresse éditoriale, la paresse médiatique, la paresse des rédacteurs en chef ou la paresse universitaire – partout, nous voyons LES PIRES ENNEMIS DE LA SOCIETE empêcher celle- ci de se sortir de tous les problèmes. Puisqu'il devient si visible qu'une bonne partie de ces problèmes se sont eux, leur présence illégitime, leur immense incompétence et leur irresponsabilité ajoutés à leur inaptitude à penser, agir, décider ou vivre des expériences en direct. Merci à François Dupuy d'aider à faire émerger ce nouveau paradigme: les dirigeants actuels sont "le" problème le plus central du moment et qui peut nous délier et déligoter de leurs foutaises mortelles se voient rencontrer des obstacles puérils (dont une partie de vous en font partie intégrante!) et contre productifs.

 

Tel le plus que méconnu Adam Smith - vous savez celui qui parlait de la main invisible en exposant les bienfaits de la division du travail et pas de la finance dont il disait, de cette finance, quelle n'est pas la richesse des nations mais que seuls les talents sont richesses…comme incompréhension volontaire difficile de faire pire, oui ou non ? Demeure qu'Adam Smith est l'ennemi des financiers, hier comme aujourd'hui, et qu'en lui se trouve les leviers afin de pulvériser les trop de foutaises des financiers…le Lost in management, lui, aussi inverse les flux conformistes. En effet, il prouve que ce management plus que stupide sabote tout le capital humain, les ressources humaines (il laisse "filer" le travail, chapitre François Dupuy). Placer donc à la direction du personnel ceux qui vont gâcher tous les talents, foutre en faillite les savoirs-faire et remplacer cette vraie richesse par la fausse monnaie du management c'est pire que n'importe quel terrorisme, non ? D'ailleurs? le "Lost in management" ne peut que trouver des effets pervers au management (l'anti-organisation même, l'anti-rationalité aussi !): il laisse "filer" le client, chapitre, plus loin, François Dupuy. Et, enfin (le livre est si dense que nous y reviendrons) on "sacrifie tout l'encadrement de proximité" (pp 115 et suivantes)…

 

Comme nous avions pointé le "Comment la théorie financière a produit le krach 2007-2009"*** le sous-titre du livre "L'arrogance de la finance" (plus ils se trompent plus ils s'aigrissent à l'autoritarisme sourd et aveugle !) de Henri Bourguinat et Eric Blies– nous avons ici une preuve "juridique" de plus…de ce que  c'est la pensée-foutaise des racailles au sommet qui crée toutes les catastrophes systémiques, qui détruit le tissu social, qui éteint les talents, sabote le futur et empêche la santé, la force mentale, les génies ou les argumentaires percutants de passer. Selon l'équitable part qui leur revient: en tout cas nettement plus importante que les foutaises des racailles au sommet. Bref, les foutaises des sommets c'est pire que n'importe quel terrorisme.

Voici donc les premiers skuds (ré)utilisables…nous pensons vous avoir convaincu qu'en le moindre mot, concept, fausse mode, fausseté branchée, connerie moderniste, etc (liste trop balaise !) venant des détraqués des sommets – il faille se méfier à fond…

 

Mais qu'il demeure si plus préférable d'avoir du concret (ici et maintenant) pour retourner aux envoyeurs…leurs foutaises foutues !!!

 

Au fait, nous seul-e-s conservons l'avantage de connaître la réponse à "Où tu foutais les foutaises ?" !!!

 

(à suivre)

 

trouvez un complément à cette réflexion sur le site internet freethewords.org,   onglet 1  "Les mamelles du repos" et  "Remue- ménage",  onglet 2 "Présent !", onglet 4  "Nul n'est nul" ou, encore,  "Je ne parle plus à qui a raison".

Résistance au changement      Implique changement de la résistance

 

Si ce blog a su retenir votre attention dans les  1 000 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on trouve plus que prévu

*** de Kristina Borjesson – Black list – 15 grands journalistes américains brisent la loi du silence, 2003

 

 

Commenter cet article

CLOVIS SIMARD 30/11/2011 12:59

Description : Mon Blog(fermaton.over-blog.com),No.10- THÉORÈME CONTRÔLE.- VIVRE N'EST PAS MALADIE ?