Pas de dette nationale mais un immense pactole ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

4345176713_3deea11fd8.jpg

Pendant les élections, on nous matraque avec une dette qui serait le coupe-parole/ pensée péremptoire idéal. Mais toujours hors contexte, sans clarté sur les origines, la nature et la constitution de celle-ci, bref dans le vide suspendu des idéologies – une fois de plus, ce sont des gouvernements qui accusent les citoyens de "leur" propre politique. Faut le faire. Sarkozy atteint au plus grand ridicule en accusant le président actuel d'empêcher sa propre politique de redressement. Tout ce qui existe actuellement ne le devrait pas, précise-t-il. Il est en colère contre ces années qui nous ont amené ici. Faut que ça change. Va-t-il, alors, en fait, adopter une politique opposée ? Pas du tout. Juste le mimer piteusement. Dans le rêve éveillé qui tient lieu de débat c'est la posture catégorique*** (faut être contre) qui aboutit au si dérisoire ridicule où Sarkozy devient le pire et teigneux opposant et critique de lui-même (faut vous inquiéter – justement – c'est juste pour la posture, pas "pour" le réel, oui oui donc les "ordres" pleuvent des médias mercenaires ? plus vrai, ces médias avec les financiers, ils seraient bien les putschistes illégaux de 2012, non ?) .

*** une appartenance impérative, une catégorie qui ligote, une énucléation de soi- même – autant de synonymes qui interrogent sur le modernisme ou non d'une "catégorie", si elle finit de devenir indicative pour retourner à impérative ?

Etranges résultats collatéraux de ces délires collectifs ? Cette méthode montre que la dette n'est pas issue du réel mais juste d'un procédé rhétorique. On le dirait si bien que la réalité démontre, plutôt, PAS DE DETTE mais un avoir collectif positif. Oui oui un trésor national, un magot dans le pays, un surcroît de richesse collective – à répartir. Voici, plutôt, 2012 !!!

Vraiment ?

Pendant que le MEDEF, inconscient, va jusqu'à imposer l'ordre du jour des gouvernements avec son "passons à la réforme de l'assurance maladie " comme si, au conseil d'administration du pays, les ministres disqualifiés n'étaient plus que les employés du putsch financier…Oui coup d'Etat illégal…Puisqu'il ne peut exister de République si le politique ne prime pas sur l'économie. Et que les banques, la BCE ou la Bourse doivent obéir aux ordres politiques afin de nous "prouver" leur acceptation de la démocratie. Leurs dérives terroristes (avec chantage systémique – c'est bien cela, non ?) ne peuvent plus être tolérées. Le changement actuel est gigantesque puisque tout ce qu'ils disent se voient retenu contre eux. Le mensonge des dirigeants est si énorme qu'ils en sont comme pris dans la toile et chacun de leur gesticulation nous offre des informations d'abondance…

La structure antirépublicaine (au sens de la prospérité pour tous) est anti compatible avec un système financier autonome et putschiste. La finance est structurellement clairement antidémocratique (tout pour nous et rien pour les autres est un slogan nihiliste de sociopathe pas d'un personnage sérieux et rationnel)

Il n'y absolument pas à réformer l'assurance maladie sinon dans le sens où le système doive rembourser nombre de défauts de paiements aux prestataires d'impôts et de cotisations que nous sommes. Pas diminuer augmenter. Puisque ce système est très bénéficiaire…

Oui oui, vous avez bien lu nous sommes dans un système bénéficiaire. Qui oublie, seulement, que tous en soient bénéficiaires de ces bénéfices. Que le mot "bénéfice" retrouve son sens premier de bénéfique. Clair sens qui ne peut prêter à malentendu, oui ou non ? La dette n'existe pas si nous globalisons tous les avoirs. C'est un bénéfice tout entier dont une mauvaise répartition alourdit de 70 % le fonctionnement intégral. De soulager de cet excès de poids dans le coût pharamineux de la non répartition – permet de voir, au grand jour, tous vos apports personnels à la collectivité. Savoirs qui peuvent amplifier leur densité du simple au millionième. Entre autres, voir le réel tel qu'il est. Le salarié, par exemple, est assez diffamé dans le sens que 90 %, au moins, des informations sur lui sont fausses, biaisées, tronquées, manipulées, amputées de tous faits et arguments contraire à la thèse imposée…ce qui devient surtout dommageable pour le futur de nous tous.

De ne pas savoir que le salaire génère lui-même sa consommation, que les taux ne lui sont pas restitués en expansion géométrique (2,4,8,16,32) mais arithmétique (2,4,6,8,10), que tant d'autres savoirs occultés par la propagande et qui contiennent, désormais, toutes les solutions futures…Ce blog en délivre assez souvent et surtout celles le plus à notre portée…

Ne jamais suivre leur agenda (il n'est pas légitime par rapport au sens des votes majoritaires), la façon d'amener les débats pour mieux les empêcher, les appellations piégées, le cadrage par rapport à la réalité intégrale (ne pas laisser les préoccupations rachi minoritaires et si ringardes des dirigeants prendre la place de l'intérêt collectif), les faux raisonnements, etc – ce sont les conditions afin de rester indépendant et honnête intellectuellement. Le constat que tant de "libertaires spectaculaires" (en vivre l'image pas la réalité) ou autres suivent si moutonnièrement les DIRECTIVES des pouvoirs (thèmes, timing, hiérarchies des essentialités, débats d'idées qui ne ont que répéter des slogans déconnectés de leurs démonstrations, etc…) – prouve, aussi, que nous ne voulons surtout pas être comme eux. Ils se proclament modernes, ils sont plus poussiéreux, surannés et régressifs que les pires ringards. Le fait trop anormal, aussi, les médias mercenaires (vendus au plus offrant – et sans garantie de probité d'information !) les présentent comme des modèles de contestations (alors qu'elle ne peut jamais "avoir" un modèle !) – signe méticuleusement qu'ils ne contestent rien, en fait. Vraiment, nous préférons vivre dans bien plus de pauvreté des images (le tout pour le look aura généré bien des trahisons grotesques !). Les images appartiennent au pouvoir de manipuler, la méfiance devrait être des plus extrêmes à leur égard. Or c'est tout l'inverse, ils ne se fient qu'à leurs pires ennemis. Et ils semblent exiger des autres qu'elles/ ils fassent pareil ?

Ce préambule de grande fermeté afin de comprendre à quel point non non Pas de dette nationale mais un immense pactole en surplus !!!

Prenez les chiffres issus du rapport annuel 2011 des comptes de la Sécurité Sociale. Accessibles à tous. N'y voyez-vous pas que : 1) Une partie des taxes sur le tabac destinée à la Sécu, est en retard de paiement : 7,8 milliards. 2) Une partie des taxes sur l'alcool, destinée à la Sécu, est en défaut de paiement: 3,5 milliards. 3) Une partie des primes d'assurances automobiles destinée à la Sécu, est, aussi, en retard de paiement : 1,6 milliard. 4) La taxe sur les industries polluantes destinée à la Sécu, est, également, en défaut de paiement : 1,2 milliard. 5) La part de TVA destinée à la Sécu persiste à rester en retard de paiement : 2 milliards. 6) Défaut de paiement à la Sécu pour les contrats aidés : 2,1 milliards. 7) Défaut de paiement par les entreprises :1,9 milliard. En faisant une addition simple comme bonjour (bonjour ! ça va ?), nous arrivons au chiffre de + 20 milliards d'euros.

Or l'appellation frauduleuse du "trou de la Sécu" le chiffre, à ce jour, à 11 milliards. Une opération simple encore y voit, aujourd'hui, un flagrant excédent, oui oui un bénéfice net de  + 9 milliards d'euros !!!

Là où ils disent dettes ce dont clairs excédents…Au lieu d'en féliciter, chaudement, les populations, ils les engueulent, froidement, pour "leurs" politiques et leurs résultats. Faudra bien, un jour, affronter ces cerveaux détraqués pour qu'ils répondent, acculés, combien de fois, oui, dans la profusion des décisions, admettent-ils/ elles une culpabilité ou une responsabilité de leur part ? Non, ce sont les autres qui sont "responsables" (subissant les conséquences) de "leurs" décisions (déjà prises bien avant !). Causalité rendue plus qu'irrationnelle (un des éléments qui convainquent que le capitalisme est, déjà, une défaite intellectuelle sans limite !)…

Globalement, nous n'avions pas de DETTE. Mais un ensemble déplorable, et dérisoire de trop de ridicules. Tels. Les négligences étourdies comme ces retards de paiements, les distractions inattentives tels ces défauts, aussi, de paiements, les oublis omis de ce genre font donc passer d'excellentes nouvelles pour des catastrophes. Des obligations sociétales de félicitations à la population (à la plus grande productivité d'Europe – donc les salariés qui "rapportent" le plus, excusez du peu !!!!) se transforment, ainsi, en insultes et humiliations. Toujours dans le même sens inique. A croire qu'aucun dirigeant ne veut que nous soyons heureux, louable, féliçitable et…récompensable!!!
 
…oui oui, malgré les exagérations à l'assistanat envers les trop riches …oui oui malgré le lourd fardeau qu'ils représentent… oui oui les peuples mériteraient comme de très grands éloges!!!
 
Surtout – s'ils parviennent à élucider, en commun, ceci. Si la Sécu est en évident bénéfice, s'il n'y aucun trou déficitaire – où ont bien pu passer ces 9 milliards d'euros annuels ? Depuis des années et des années que cela dure – nous vivons bien, chacun et chacune, le poids excessif de  ces retards et défauts de paiements…

Les trop riches (organismes et individus) se mettent à jour de leurs retards de paiements ou reversent des trop perçus – et, clarté des faits !: les prétendues dettes disparaissent une à une !!!

Sans omettre, le fait essentiel depuis 1975 (fin de la répartition équitable des plus values apportées par la productivité !), qu'il a pu être chiffré que ce n'est moins pas de 5 000 milliards d'euros qu'ils doivent REVERSER, immédiatement, SUR NOS SALAIRES !!! Aussitôt fait, aussitôt plus du tout de dettes !!!

De quoi pouvoir changer radicalement tout le fonctionnement de la société – vrai ou faux?

Ainsi – malgré l'extrême mauvaise volonté des dirigeants, voire leurs dérives vers des mentalités délinquantes, qui les poussent à s'opposer à l'intérêt général et au bien public, etc – les peuples sont parvenus à résoudre les grands sujets comme dette, répartition ou chômage !!! que vous le vouliez ou non…

Plus de dettes nationales qu'un trésor à partager !!! 

à rapprocher, aussi, utilement, du fait que "Tous les chiffres sont bien contre le capitalisme" (blog du 23 février 2012)…les expertises du réel, dont font état ce texte, surgissent-elles d'avoir consulté, aussi, les blogs "une société, institutionnellement, organisée pour voler les pauvres" du 23 septembre 2011, "Tout l'argent gratuit pour les seuls capitalistes" du 25 septembre 2011 ou  "Les banques doivent faire leur travail" du 25 septembre 2011… en écho le 21 janvier 2012 d’André Orléan « Que les banques fassent leur métier », Le Monde, p. 6 « culture & idées »…,"L'angle mort de la finance", " Chiffres de l'occupation de l'armée étrangère de la finance" (blog du 17 février 2012), "Les crises sont causées par les excès d'inégalités ?", "Principe de précaution massif envers la finance ?", "Désindustrialisation : à qui la faute ?", "Plus ça va plus c'est vulgaire d'être trop riche","Gains collectifs partout", "La spéculation désocialisée", "Les émeutiers ce sont les trop riches ?", "Peut-on vraiment se dire "objectif" lorsque intéressé et profiteur ?","Le coût d’une non intervention publique ?", "Hontes du néolibéralisme", "Banques, plus rien ne va !!!", "Plus tu prends aux autres plus tu les enrichis !!!", "Les élus ne sont pas les propriétaires de ce qu'ils gèrent", "Plus con qu'un banquier ?", "L'infantilisme du "circuit intégré de la finance internationale"""Ce que représente l'argent des banques ?", "Collectif/ individuel", "Privatecity" – Publicity", "L'autorégulation étatique est prouvée …", "Donner l'apparence de la solidarité à un simple courant d'air (1 et 2)", "Du suffrage universel "libre et non faussé"", "au mieux des intérêts de tout le monde", "Qui on valorise ?", " La finance - une fraude systémique ?", "Comment le capitalisme se met à dos tous les génies ?", "Si la nouvelle génération de penseurs ne vient pas vite", "Le bon détour ne ment…" ou "POURQUOI LES MARCHES CA NE MARCHE PLUS ?"
Gains collectifs à la place des gains individuels, Fête sociale permanente, Service public du crédit, retour massif des services publics autogérés, et tant d'autres filons du futur etc – toute une nouvelle civilisation est bien, complètement, en place !!!

        Que le vaste humour vous grandisse et vous nourrisse !!!
Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif
 (à suivre)

trouvez, aussi, un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits freethewords.org,   onglet 4  "Nul n'est  nul", onglet 3 "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), onglet 4  "La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir ". onglet 2 "L'ardeur sociale" et "Le roman de l'économie",  onglet 3  "Why do we left the left wings ?",  onglet 2  "Comment devenir un (e) athée du capitalisme".Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3,   LE ROMAN DE L'ECONOMIE,  ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? qui s'est emparés des désemparés ? qui a détressé les détressés ? qui a dérobé aux nécessiteux leur nécessité ? etc),  onglet 2.
Résistances au changement      Impliquent changement de résistances
Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Si ce blog a su retenir votre attention dans les 1 800 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on trouve plus que prévu


Publié dans gouvernance mondiale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article